Les réseaux antiques et médiévaux : entre espaces et concepts

Date. Mercredi 24 mai 2023

Lieu. Nancy – salle A 233b, Campus Lettres et Sciences Humaines et à distance

Le séminaire scientifique des doctorants du laboratoire HisCAnt-MA s’inscrit dans la continuité des deux premières éditions, en voulant permettre aux jeunes chercheur.euses de se rencontrer et d’échanger sur leurs projets de recherche en cours.

Pour cette troisième édition, les doctorants du laboratoire ont retenu la thématique générale des « réseaux » dans le souci de pouvoir concerner les différents travaux de recherche menés en archéologie, en histoire, en philologie et en littérature, aux époques antiques et médiévales.

Si, à l’origine, le terme de « réseau » désigne simplement un filet, un rets, un entrelacs d’éléments liés ou connectés les uns aux autres, il n’est pourtant pas si évident de subsumer les applications du terme sous une définition unique. Le terme invite à prendre en compte tout à la fois le lien qui connecte les éléments entre eux, mais aussi les éléments connectés eux-mêmes, qui peuvent interagir, et être hiérarchisés. Le « réseau » a donc une dimension dynamique qui explique sa transversalité : c’est un concept usité dans de nombreuses disciplines différentes, qu’il s’agisse d’ailleurs des sciences humaines et sociales ou des sciences physiques.

Comment les réseaux se (re)construisent-ils ? Qui en sont les acteurs ? Comment s’organisent-ils ? Pour répondre à ces questions générales, il convient donc de distinguer le caractère « matériel » du réseau et son caractère « immatériel » sans toutefois que ces deux dimensions soient exclusives :

  • D’une part, ces réseaux peuvent être matériels, dans le sens d’une interaction entre objets. Ces approches quantitatives et qualitatives peuvent s’appliquer de manière multiscalaire : à l’échelle du texte, d’œuvres et de la source en général ; localement, dans le contexte de l’aménagement des cités ; régionalement, dans un cadre commercial par exemple ; ou encore à une échelle plus globale, où le modèle par excellence serait les réseaux de transports, qui permettent d’unir différents espaces. Il serait ainsi possible de réfléchir aux dynamiques de connexion que mettent en avant ces interactions matérielles.
  • D’autre part, les réseaux immatériels peuvent traiter des dynamiques politiques, religieuses et même conceptuelles qui recouvrent les dynamiques sociales. En ce sens, la notion de réseau est valable pour tout type de mouvement ou de communauté et offre une perspective utile sur des concepts clés tels que l’autorité, la coalition, le patronage et l’amitié.

Programme

Il sera possible d’assister à distance à la journée d’étude, en cliquant sur ce lien (code d’accès 0233#).
Pour toute question, vous pouvez nous contacter à : je.doc.hiscantma@gmail.com

Source


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
admin (19 mai 2023). Les réseaux antiques et médiévaux : entre espaces et concepts. Actualités des études anciennes. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tc9u


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search