Femmes-déesses dans la mythologie grecque

Mouchtouris (A.), Femmes-déesses dans la mythologie grecque. – Paris :  Editions du Cygne, 2022. – 92p. – ISBN : 978-2-84924-721-1

Crédit image. Première de couverture – Editions du cygne

Dans cet ouvrage, dont le titre ne correspond pas exactement au contenu, l’auteur ne s’intéresse pas uniquement aux « femmes-déesses » : une première partie de son étude est consacrée à une présentation succincte de la cosmogonie, puis du « panthéon grec » – en fait les dieux masculins appartenant au groupe des δώδεκα Θεών- et c’est seulement à partir de la page 35, sur les 90 que compte ce petit opus, que l’auteur entre dans le vif du sujet, en s’intéressant successivement aux déesses Aphrodite, Artémis, Athéna, Déméter (à laquelle elle adjoint Perséphone), Héra, et Hestia, qu’elle qualifie de « femmes-déesses » puisque les Grecs avaient une conception très anthropomorphique de leurs divinités et leurs prêtaient donc à la fois des qualités et de défauts bien humains.

Femmes-déesse dans la mythologie grecque est une étude anthropologique et sociologique plutôt qu’historique ou mythologique, ce qui ne surprend guère puisque son auteur, Antigone Mouchtouris, est sociologue, professeur émérite de l’université de Nancy, et spécialiste de la sociologie de la culture.

Son présent travail est en rapport avec les études de genre, inspiré, selon les mots mêmes de l’auteur, par un constat sur la position inférieure des femmes dans nos sociétés contemporaines.

Pour chacune des déesses auxquelles l’ouvrage consacre un court chapitre, on commence par une présentation très rapide de ses caractéristiques dans la mythologie grecque (avec parfois des dénominations impropres, Athéna étant occasionnellement affublée de son nom romain de Minerve), suivie par des développements plus ou moins longs sur leurs liens avec d’autres personnalités mythologiques, divinités ou héros.

Ainsi pour Athéna, l’auteur consacre de courts paragraphes à son rôle de protectrice de héros tels que Persée, Oreste ou Ulysse. S’interrogeant sur la signification de l’aide que la déesse a pu apporter à ces trois héros, elle en conclut qu’ « Athéna est toujours là pour soutenir des héros qu’elle juge valables », usant de la ruse contre la méchanceté (Persée contre Méduse), mettant en place la première forme de justice réparatrice dans le cas d’Oreste, manifestant des qualités qui expriment « la force de la femme capable de construire des choses », mais ne fondant pas de famille « pour mieux se donner aux autres et protéger ses valeurs » (p.61).

L’auteur effectue également une transposition des fonctions des divinités grecques antiques dans des réalités ou situations contemporaines, le tout dans une optique très clairement féministe. Ainsi, le caractère d’Artémis, déesse vierge ayant aidé sa mère Létô à élever son frère Apollon, est mis en parallèle dans une approche anthropologique avec la situation des jeunes filles dans le monde rural ou en Sicile au siècle dernier, quand la fille aînée jouait en quelque sorte le rôle de la déesse grecque, secondant voire remplaçant la mère pour élever les enfants mais ne devenant pas mère elle-même (p.67).

Le chapitre consacré à Déméter l’associe de façon indissoluble à sa fille Perséphone, personnage incontournable du mythe de la déesse de la fertilité. Leur dualité est mise en relation avec la prise de conscience de la périodicité du temps et amène l’auteur à considérer qu’il s’agit non de deux mais d’une seule femme dont l’itinéraire de vie, comme celui des femmes « humaines » s’inscrit entre la mort, la vie et la renaissance.

Hera, est envisagée, sans surprise, comme représentant la famille, la stabilité, se battant contre les liaisons hors mariage ; et Hestia comme une déesse représentant la stabilité, une divinité fondatrice de la société en sa qualité de représentante du feu domestique, qui ne s’éteint jamais, au sein du foyer.

Après cette brève analyse des caractéristiques anthropologiques et sociologiques des principales déesses du panthéon classique, l’auteur (p.87) tente de mettre en évidence l’existence de relations, de caractéristiques communes entre elles, et insiste sur le fait qu’elles sont toutes et toujours en mouvement et à l’œuvre pour le bien-être de l’être humain, avant de conclure (p. 87-90) sur ce que l’étude de ces femmes-déesses peut nous apprendre sur la nature féminine. Elle met donc l’accent sur la polymorphie de la femme qui peut assumer différentes fonctions dans nos sociétés contemporaines, sur le fait qu’il n’y a pas qu’un seul modèle féminin, qu’il y a « certainement des femmes inventives et ingénieuses », qu’il n’est pas nécessaire qu’une femme soit une mère pour avoir un rôle social comme le montre le fait que les déesses ont toutes participé à la construction de la civilisation et de la cité même si toutes n’ont pas eu d’enfant, pour terminer en affirmant qu’ « il y a en nous quelque chose de ces déesses et tour à tour nous retrouvons quelque chose d’Artémis, Aphrodite, Athéna, Déméter ou Hestia ».

Une lecture intéressante donc, mais pas pour qui cherche une approche mythologique ou religieuse de ces divinités principales du panthéon grec.

Cécile Boëlle,

Professeur agrégé, docteur en histoire grecque, enseignant

Lycée Fabert de Metz

Citer cet article comme : Cécile Boëlle, à propos de Femmes-déesses dans la mythologie grecque, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 05/06/2023, https://reainfo.hypotheses.org/29530.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search