Par le petit bout du mythe

Quand on pense à la mythologie grecque ou romaine, on pense d’abord spontanément aux épopées homériques, à la théogonie d’Hésiode, aux tragédies de Sophocle ou aux poèmes de Virgile ; de nombreux travaux d’autrefois et d’aujourd’hui se sont essayés à l’analyse en profondeur de ces figures mythiques dont la légende contribue pour large part à la fascination que suscite chez nous le monde antique. Comment donc le podcast « Par le petit bout du mythe1 » cherche-t-il à se démarquer de ses semblables ? En adoptant une approche peu commune, laissant de côté les divinités de l’Olympe et les héros du Cycle troyen pour se pencher exclusivement sur les « personnages secondaires » de la mythologie2.

C’est là l’objectif poursuivi par Guillaume Diana, alias « le Prof de latin-grec », au travers d’épisodes audios de vingt à trente minutes paraissant mensuellement3. Dans chaque épisode, l’auteur évoque en premier lieu l’un des grands mythes de l’antiquité en guise de toile de fond ; il met ensuite en lumière un personnage peu connu apparaissant ponctuellement dans un ou plusieurs mythes, rarement en tant que protagoniste, ce qui ne l’empêche pas d’y tenir parfois un rôle crucial4. Alternativement sont présentés certains concepts mythologiques à la définition parfois tâtonnante5. Le texte audio est agréablement appuyé par des compositions musicales originales, contribuant à l’immersion de l’auditeur.

À la suite de leur parution, l’auteur adjoint aux épisodes un dossier documentaire très complet regroupant les textes anciens qui évoquent de près ou de loin ses personnages, et en proposant des versions libres de droits. On y retrouve les sources détaillées dans le podcast – donnant à l’auditeur la possibilité de se référer en temps réel aux textes évoqués – mais aussi quelques textes complémentaires. C’est l’occasion de (re)découvrir des auteurs tout aussi méconnus que les figures mythiques explorées6. Ce travail de recherche documentaire d’une qualité indiscutable peut néanmoins présenter quelques difficultés d’abord. En premier lieu, les traductions divergent souvent entre le texte audio et la version du dossier ; de plus, les auteurs antiques classés indépendamment de leur ordre d’évocation obligent à de fréquents allers-retours. Enfin, certains des textes du dossier ne sont pas abordés dans le podcast lui-même ; ce qui ne serait pas un réel problème si le lecteur avait la possibilité de l’analyser par ses propres moyens, mais se complexifie nettement lorsque, en l’absence d’une traduction libre de droits, il ne dispose du texte qu’en langue originale7. Les passionnés ne seront néanmoins pas laissés sans solution ; qu’il s’agisse du dossier ou de l’épisode, l’auteur référence scrupuleusement ses sources, et l’auditeur embarrassé pourra se référer à n’importe quelle version bilingue de l’œuvre en question. Toutefois, la démarche rend plus complexe et chronophage l’appréciation réelle de l’étude menée par G. Diana.

Fidèle aux détails des textes anciens qu’il décortique avec une rigueur indéniable, le podcast est pour autant clair et non dénué d’humour, épuré de termes trop techniques ou de mots grecs à la sonorité barbare. Si l’auteur s’appuie sur les sources antiques originelles, il n’hésite pas à faire le lien avec des œuvres beaucoup plus contemporaines, y compris dans le domaine du cinéma ou des jeux vidéo8. Devant ces éléments qui parleront autant aux adultes qu’aux plus jeunes, peut-on dès lors catégoriser « Par le petit bout du mythe » comme un travail de « vulgarisation » destiné à faire connaître, dans une version quelque peu réactualisée, ces personnages mythologiques oubliés au tout public ?

Pas si évident. Car « le Prof de latin grec » attend de son auditoire qu’il ait fait ses devoirs : pas le temps dans ces brefs épisodes de revenir sur les détails tragiques de l’amour d’Orphée, ou sur les aventures épiques de Jason et ses Argonautes9. L’analyse va directement à l’essentiel sans s’encombrer des personnages voisins ; on se contentera de récapituler quelques éléments marquants des mythes principaux au début de chaque épisode. Un choix narratif de l’auteur par ailleurs cohérent, car tenter un développement systématique des évènements et des personnages reviendrait à s’attaquer aux têtes de la fameuse Hydre de Lerne : à peine viendrions-nous à bout d’une figure mythique que deux nouvelles surgiraient, évoquées au hasard de ces légendes aux multiples facettes interprétatives ; difficile dans ces conditions de rester centré sur son objectif sans digresser constamment. L’auteur lui-même témoigne à plusieurs reprises dans ses épisodes sa volonté de consacrer ses prochaines investigations à tel ou tel personnage précédemment mentionné ; il aura fort à faire pour les honorer tous et toutes, mais l’entreprise ne manque pas d’envergure.

Ainsi, ce podcast possède véritablement deux niveaux d’écoute et d’analyse. Bénéficiant d’une narration claire et concise, il est tout à fait indiqué pour toute personne désireuse de se documenter un peu sur les mythes anciens, ou simplement à la recherche d’une jolie histoire ayant l’antiquité pour cadre. Cependant, la détention d’un panel de connaissances mythologiques préalable sera un atout non négligeable pour estimer à sa valeur véritable le fond culturel et littéraire de ces épisodes. Car nous avons bel et bien affaire à un travail de recherche scientifique avec cette étude qui, prenant par « le petit bout de la lorgnette » ces mythes à redécouvrir et réinterpréter sans fin, vient faire sortir de l’ombre ces oubliés de la mythologie pour les mettre à la lumière, le temps d’un podcast, aux côtés des héros et des dieux.

Axel Fourcaud,

Université Bordeaux Montaigne

1 Revendiqué « premier podcast francophone qui associe littérature et mythologie ».

2 On pensera à titre de comparaison au podcast radiophonique « Quand les dieux rôdaient sur la terre », animé par Pierre Judet de la Combe, qui pour sa part s’attaque volontiers aux grands noms héroïques ou divin.

3 Via la plateforme Ausha, qui sert de relais à toutes les plateformes d’écoute. Le podcast dispose également d’un avant-poste sur les réseaux sociaux Facebook et Instagram, lesquels annoncent les parutions prochaines. G. Diana est également créateur de la chaîne YouTube qui porte son alias ; celle-ci est destinée à faire découvrir les cours de langues anciennes aux élèves du secondaire – ou en passe d’y rentrer – et leur donner envie de les pratiquer.

4 Citons pour exemple Aristée l’apiculteur (épisode 1), Ariane la princesse guerrière (épisode 4), ou encore la nymphe Leto (épisode 7).

5 Ainsi le « Mythe des âges » d’Hésiode, avec toutes ses déclinaisons postérieures (cf. épisode 2).

6 Mentionnons les Histoires incroyables de Paléphatos, auteur grec du IVe ou IIIe siècle av. J-C ; les Fables de C. J. Hyginus, grammairien latin du Ier siècle ap. J-C. ; ou encore Les Dionysiaques de Nonos de Panopolis, poète égyptien du IVe-Ve siècle ap. J-C.

7 C’est le cas avec un extrait de l’écrivain latin Hygin, dans le dossier d’Aristée (épisode 1) : sans mention de la part de G. Diana et sans une connaissance approfondie de la langue latine, on se trouve bien en peine de saisir la portée réelle du texte.

8 Mention est faite notamment dans l’épisode 2 du film Jason et les Argonautes de 1964, ou encore du jeu vidéo Age of mythology (2002).

9 Cf. respectivement épisodes 1 et 2.



Citer ce billet
Axel Fourcaud (2023, 7 juin). Par le petit bout du mythe. Actualités des études anciennes. Consulté le 26 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tca6

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search