Ulysse dans le monde d’Hermès

Ropars (J.-M.), Ulysse dans le monde d’Hermès. Paris : Les Belles Lettres, 2023. – 248 p. – ISBN : 9782251453859

Crédit image. Première de couverture – Les Belles Lettres

Auteur reconnu d’études qui explorent, à travers les personnages de l’Odyssée, les liens qu’entretiennent les traditions mythiques et les données épiques, Jean-Michel Ropars livre ici une analyse beaucoup plus ample, construite sur une connaissance intime des diverses traditions textuelles aussi bien que de la bibliographie. Avec le projet, au demeurant réussi, de relever et d’expliciter les similitudes qui accompagnent la nature, le comportement et les actes de deux personnages dont l’humanité s’avère par bien des aspects jumelle, en dépit de l’écart irréductible qui sépare leurs conditions : le mortel Ulysse, l’acteur central de l’Odyssée, et l’immortel Hermès.

 Le point de départ de la première partie intitulée : « L’épopée et le mythe » repose sur « l’hypothèse   que le personnage fictionnel (Ulysse) a été pensé par les aèdes comme le reflet historicisé et socialisé d’un dieu (Hermès) » (p.21). Qu’est-ce à dire ? L’activité mythique, à l’œuvre dans la poésie qui a produit l’Hymne à Hermès, et l’activité épique qui se déploie dans l’Odyssée puisent en fait dans des fonds culturels communs dont l’auteur explore les méandres.

De multiples d’éléments, qui se situent sur plusieurs plans, rapprochent le héros et le dieu. A commencer par la proximité qu’établit le texte épique entre le grand-père maternel d’Ulysse, Autolycos, père d’Antiklée, la mère d’Ulysse, et le dieu Hermès qui avait doté Autolycos d’une aptitude toute particulière pour le vol et les parjures. Au dieu qui était son protecteur le mortel vouait en retour un culte tout particulier, n’économisant pas les chèvres et les chevreaux qu’il lui offrait en sacrifice.

Autre élément, l’importance de la présence d’Hermès à Ithaque, particulièrement visible au moment du retour d’Ulysse. Lors du sacrifice qu’Eumée fait du plus beau des porcs, le porcher offre ainsi la première portion aux Nymphes et à Hermès fils de Maia. Il existe par ailleurs une « colline d’Hermès », signalée comme étant le lieu d’où l’on peut voir les bateaux arriver.

Mais la plus grande proximité réside dans les aspects physiques, intellectuels et moraux, les manières d’être et d’agir que le héros partage avec le dieu.

Hermès peut accorder son aide, il peut aussi jouer de mauvais tours, tantôt ami des hommes, qu’il assiste dans leurs activités de déplacements ou d’échanges, tantôt source de désagréments. L’intelligence rusée, la mêtis, qui le caractérise est d’ailleurs ce qui lui a permis de conquérir sa place de dieu en face d’Apollon, lequel, raconte l’Hymne à Hermès, se plaint de l’impudence avec laquelle agit son jeune frère. La même mêtis est l’atout majeur d’Ulysse, présenté dès le premier vers de l’Odyssée, comme l’homme qui est polutropos, « riche en tours ». Ce qui lui permet, bien qu’il ne soit pas un guerrier faiseur d’exploits comme le sont d’autres héros de l’Iliade, Diomède ou Achille par exemple, d’être néanmoins celui qui grâce au stratagème du fameux cheval de bois, réussit à faire tomber la cité de Priam. Ce qui ne signifie pas qu’Ulysse soit dépourvu des qualités physiques qui caractérisent un aristocrate : en témoignent sa victoire au lancer de disque à la cour d’Alkinoos ou encore son talent inégalable comme archer qui lui permet de triompher des prétendants. Mais il reste que la pratique de l’arc dans laquelle il excelle est marquée d’une certaine ambiguïté et ne bénéficie pas du prestige qui accompagne le combat à la lance et à l’épée. Ulysse n’est pas un guerrier flamboyant, il est plutôt le champion de l’embuscade.

On ne peut contester en revanche au roi d’Ithaque ses talents de négociateurs dont témoignent son intervention qui rétablit le calme au chant II de l’Iliade, lorsque Thersite tente de soulever l’armée contre le roi Agamemnon ou encore le rôle central qu’il tient au chant XIX, lors de la réconciliation entre Achille et le roi. C’est à cet ensemble de qualités qu’accompagnent des capacités d’endurance remarquables et une constance inébranlable que le héros doit d’échapper à tous les dangers de l’errance et de parvenir à retrouver son foyer et son trône.

Pour autant le personnage n’est pas dépourvu de complexité et de contradictions.  Ulysse est un menteur jamais à court d’une histoire propre à tromper son interlocuteur. On se souvient qu’il se présente au Cyclope comme celui qui n’est « personne » Outis.  Ce goût pour l’affabulation s’apparente à la fourberie.  Toute une tradition met effectivement en scène la perfidie d’Ulysse : que ce soit lors du partage des armes d’Achille où sa dispute avec Ajax lui vaut la rancœur tenace de ce dernier qui lui tourne le dos lorsqu’il le rencontre au pays des Morts, ou bien dans la pièce de Sophocle, Philoctète, qui impose à Ulysse un rôle détestable.

L’auteur sonde cette complexité en confrontant Ulysse à d’autres personnages mineurs de l’épopée qui ont affaire à lui, et dont les traits négatifs qui les caractérisent font écho à la part d’ombre du héros. Dans l’univers de l’Iliade, il y a ainsi Thersite qui, pas plus qu’Ulysse, n’est un combattant très estimé, et se trouve représenté comme un faiseur de discours railleur voire querelleur. Ce qui fait de lui une sorte de « double grimaçant » du héros. Ou encore Dolon, autre double parodique   dont le destin se joue dans le chant X de l’Iliade. Aussi peu courageux que Thersite, agissant par intérêt et en utilisant la ruse, il   finit vaincu par l’action conjointe d’Ulysse et de Diomède. Autre personnage, celui-là de l’Odyssée: le fameux mendiant Iros, le rival d’Ulysse lorsqu’il se montre déguisé en mendiant dans les banquets des prétendants. Asservi à la nécessité de se nourrir, comme le sont d’ailleurs tous les humains y compris Ulysse lui-même, sous son déguisement de gueux, Iros ne voit que l’intérêt de son ventre. Il se complaît dans la déchéance, refusant toute activité et n’utilisant sa force que pour brutaliser et chasser ses éventuels rivaux. Il se trouve à son tour battu et chassé par Ulysse.

La proximité entre le dieu et le héros, est reprise et développée dans la seconde partie de l’ouvrage autour cette fois-ci de la figure d’un Ulysse souffrant, façonné là encore comme un double humain d’Hermès. Parmi toutes les choses qu’ils ont en commun, figurent leur commune aptitude à franchir les seuils et les limites, à transmettre des messages, à pénétrer dans le royaume des morts, leur propension à voler (Ulysse pillant le pays des Kikones). Mais   il y aussi ce destin qui, de manière surprenante, impose à l’un comme à l’autre de subir des souffrances. La « figure souffrante » d’Ulysse traverse toute l’Odyssée à travers la description des multiples misères, tant physiques que morales auxquelles le héros est confronté et qu’il doit surmonter avant de pouvoir retrouver son foyer. Mais Hermès, lui-même de façon peu commune et même très rare pour une divinité (l’auteur signale cependant des parallèles avec le dieu Pan) subit lui aussi des avanies qui sont notamment infligées à ses effigies. En témoigne la célèbre mutilation des Hermès intervenue à Athènes en 415.

Les fils que Jean-Michel Ropars parvient à tirer entre la figure du dieu Hermès et celle du héros Ulysse sont multiples et enrichissent considérablement cette création de l’épopée dont on ne mesure pas toujours la complexité. Ils font magnifiquement ressortir la manière dont les aèdes ont travaillé la matière mythique et le matériel épique qu’ils avaient à leur disposition pour créer des combinaisons nouvelles qui s’inscrivent dans un fond culturel dont ce livre, à la fois érudit et audacieux, révèle toute l’ampleur et la richesse.

Evelyne Scheid-Tissinier,

Professeur honoraire Université Sorbonne Paris Nord


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Evelyne Scheid-Tissinier (12 juin 2023). Ulysse dans le monde d’Hermès. Actualités des études anciennes. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tca9


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search