Qui es-tu Apollon ? de Juliobona à la Culture Pop

Date de l’exposition. Du 15 avril au 30 novembre 2023

Lieu. Musée Juliobona – Lillebonne

Le 24 juillet 1823 a été retrouvé près du théâtre antique de Lillebonne (anciennement Juliobona) une magnifique statue du dieu Apollon en bronze, recouverte de feuilles d’or. C’est pour célébrer le bicentenaire de cette découverte que le musée gallo-romain de Juliobona consacre une exposition à ce dieu, qui prend place dans toutes les salles du musée (soit une surface de 140m2). Il s’agit ici de mieux comprendre cette divinité, sous toutes ses facettes et dans tous les arts : des vases grecs antiques à son alter-égo Playmobil®. Mission réussie pour un dieu aux multiples fonctions dans la religion antique ?

Il ne s’agira pas ici de décrire l’exposition salle par salle[1] mais d’en donner quelques clefs de lecture afin de mieux saisir son originalité, à la hauteur du dieu qu’elle traite.

Première chose qui pourrait surprendre : le fameux Apollon trouvé à Lillebonne n’est pas exposé dans les salles mais demeure toujours conservé au musée du Louvre. Pour y pallier, les concepteurs de l’exposition ont opté pour un grand écran tactile et vertical, présent dès le début du parcours, qui permet d’admirer une scan 3D de l’œuvre sous toutes ses coutures. L’application, très bien faite, permet d’en apprendre beaucoup grâce à des focus bien pensés mêlant archéologie, histoire et histoire de l’art : de sa découverte fortuite à sa composition et sa symbolique.

Apollon est un des plus grands dieux du panthéon “gréco-romain”. Fils de Zeus, il a gardé son nom chez les Romains tout en récupérant quelques compétences comme le soleil prit à Hélios[2]. Il symbolise donc à la fois le soleil, la médecine, le tir à l’arc, le théâtre, la poésie les prophéties… Dieu vengeur et irascible, il est connu pour ses conflits avec des dieux et mortels (Mercure, Héraclès, Niobé) ainsi que pour ses amours déçus (Hyacinthe, Daphné…). Il n’est pas étonnant que l’exposition du musée de Lillebonne utilise un nombre incroyable de supports et d’arts pour traiter d’une telle divinité.

On y retrouve sans surprise ce qu’on nomme encore pompeusement les beaux-arts avec plusieurs sculptures, gravures et peintures de l’époque moderne. L’époque antique n’est pas non plus oubliée avec de magnifiques vases à figures noires, statuettes, pièces de monnaies, autel gallo-romain (de Cernunnos, conservée à Reims). La continuité va jusqu’à aujourd’hui avec un nombre tout aussi conséquent d’œuvres d’art contemporaines comme un portrait des artistes Pierre et Gilles ou la sculpture Hipster in Stone de Léo Caillard.

La liste aurait pu s’arrêter là mais les commissaires font le pari réussi d’inclure des représentations ou évocations du dieu dans des art, médias et supports d’aujourd’hui. On retrouve ainsi la bande dessinée avec des dessins de l’un des plus grands succès actuels de webtoon (bande dessinée en ligne) Lore Olympus[3] où Apollon est montré comme un prédateur sexuel pas si éloigné de la description de ses méfaits chez Ovide[4]. Il y a aussi du jeu-vidéo avec un extrait de la pythie de Delphes dans Assassin’s Creed Odyssey[5], de la série animée avec deux épisodes de 50 nuances de Grecs[6] et même du jouet puisqu’un palais de l’Olympe et ses douze dieux est présenté en Playmobil®.

Tout cela concourt donc pour faire du musée de Juliobona un espace accessible pour le plus grand nombre. Ce mélange des arts permet de connecter des œuvres chronologiquement et plastiquement différentes et d’attirer ainsi le regard. Certaines salles et couloirs rapprochent les œuvres dans de petits espaces et participent à créer des capsules de dialogues entre textes et objets de divers matériaux et époques. Comment ne pas s’approcher de la Niobé de Laurent Perbos où une tête féminine d’inspiration antique pleure des flaques de couleurs suite au meurtre de ses enfants ? Tout est expliqué dans des fiches de salles et des cartels courts et colorés, en rose sur fond bleu, qui contribuent à créer un patchwork d’arts et de lumières rendant honneur au dieu.

La médiation n’est pas oubliée avec trois petites manipulations en bois bien réparties dans les salles :

– un jeu sur les attributs du dieu à remettre à la bonne place (il faut par exemple choisir entre une casquette ou une couronne de laurier à placer sur la tête du dieu).

– une frise chronologique-artistique pour replacer des œuvres dans leur bonne période création.

– un Qui est-ce ? pour retrouver le faux Apollon parmi neuf représentations dans la pop culture.

Sont aussi présents plusieurs espaces de lecture qui permettent de se plonger dans la mythologie en fonction de son appétence ou de son âge : catalogue de l’exposition, livres pour enfant, bande dessinée…

La boutique conclue la visite en se mettant au diapason de cette diversité. Outre les divers ouvrages et magnets, on trouve un parfum et même une plaque de chocolat créée spécialement pour l’occasion et qui a osé comme titre le dicton “Pas de bras, pas de chocolat” en référence à la statue de l’Apollon de Lillebonne à laquelle il manque justement… un bras.

En conclusion, on ne peut qu’inciter le public à venir jusqu’à Lillebonne, petite ville se trouvant entre Rouen et le Havre. Il y découvrira une exposition très originale mêlant érudition et divertissement pour tous les âges. Le magnifique théâtre romain de l’autre côté de la rue peut aussi être visité pour une joyeuse sortie culturelle sous les hospices du dieu du soleil.

Cyrille Ballaguy,

Docteur en muséologie
Chercheur associé – Univ. Lille, CNRS, UMR 8529-IRHiS, F-59000 Lille

[1] PARÉTIAS J., COUSIN E., BIÈVRE-PERRIN F., BESNARD T.-A., Qui es-tu, Apollon ? De l’Antiquité à la culture pop, (cat. expo. musée Juliobona, Lillebonne, avr.-nov. 2023), 2023, Paris.

[2] Quand sa sœur Artémis, devient Diane et vole la lune à la déesse grecque Sémélé.

[3] De la Néo-zélandaise Rachel Smythe, publié en français chez Hugo Publishing, 2018, Paris. Il traite de la romance entre Perséphone et Hadès avec de très nombreuses digressions

[4] Ovide, Les Métamorphoses, I, 452-567.

[5] Ubisoft, 2018.

[6] Jul, Arte France, 2018.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Cyrille Ballaguy (23 juin 2023). Qui es-tu Apollon ? de Juliobona à la Culture Pop. Actualités des études anciennes. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tcai


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search