Entretien avec Hélène Ménard

Maîtresse de conférence HDR, Hélène Ménard est spécialiste de l’ordre public à Rome et dans les villes de l’Occident romain à l’époque impériale. Elle s’intéresse à la justice, dans le cadre plus général des pouvoirs et de leur perception, des normes et de la régulation sociale. Elle étudie plus particulièrement les sanctions pénales, notamment la damnatio ad bestias ou condamnation des criminels à être livrés aux bêtes (fauves, ours, taureaux…) lors de spectacles, à partir des sources juridiques, littéraires, martyrologiques et iconographiques.

Vous êtes historienne, spécialisée dans le droit romain. Pouvez-vous nous dire quelques mots sur les sources du droit romain ?

J’ai découvert les sources du droit romain au moment de ma maîtrise : je me suis alors intéressée à la notion de brigandage dans le Digeste, cette compilation faite sur l’ordre de Justinien, et qui comprend des passages de juristes romains. Depuis, j’ai conservé un intérêt particulier pour les sources juridiques, qui ne se laissent pas facilement approcher, surtout quand on est historienne. Il s’agit d’une littérature fragmentaire, qui nous est parvenue avant tout par des compilations tardives, et un processus de codification : je pense aux Codes théodosien et justinien, au Digeste et aux Institutes de Justinien, que l’on oublie souvent. Le seul manuel de droit romain qui nous soit parvenu intégralement, est celui de Gaius, redécouvert en 1816 grâce à un palimpseste conservé à Vérone. L’épigraphie, les papyrus fournissent également des informations sur le droit romain, dans toute son étendue et sa complexité.

Une difficulté concernant ces sources, est que le droit constitue une langue en soi, qui peut faire peur à qui n’a pas de connaissances juridiques, de formation juridique. S’attacher à saisir la pensée des juristes à travers leur raisonnement spécifique demande donc un effort à qui est plutôt habitué à des sources littéraires classiques. Mais quelle récompense quand on comprend le raisonnement d’Ulpien ou d’un autre juriste moins connu !

Les sources juridiques nous permettent alors d’approcher au plus près la pensée des Romains. M’intéressant à la justice et à la culture pénale à l’époque impériale, les sources juridiques constituent pour moi des documents aussi indispensables que précieux.

Est-ce que les fondements de la justice étaient les mêmes qu’aujourd’hui ? En quoi les fondements de ce droit mais aussi de la justice différaient des nôtres ?

Les fondements du droit et de la justice, comme les notions utilisées à l’époque romaine et aujourd’hui sont les mêmes, par exemple l’équité. Néanmoins le droit, la justice, ne peuvent pas être séparés des structures sociales existantes, et il faut avoir bien conscience de l’écart entre une société telle que celle de la Rome impériale, et la nôtre. Les esclaves, par exemple, ne bénéficiaient pas de la protection juridique accordée à un citoyen romain. Dans cette société timocratique, les sanctions pénales étaient également différenciées selon le statut : pour les peines les plus graves, s’il appartenait à une catégorie inférieure de la société, le criminel pouvait être condamné à des peines corporelles (le fouet), les travaux publics ou encore les summa supplica (la croix, le bûcher, les bêtes) ; s’il appartenait aux élites, il pouvait être condamné à l’exil ou à la décapitation.

Vous avez passé votre HDR, il y a quelques mois, c’est une étape importante dans la carrière d’un.e enseignant.e chercheur.sepouvez-vous rappeler aux lecteurs ce qu’est une HDR, en quoi ça consiste et nous faire partager votre expérience.

Si j’ai entrepris une HDR, ou Habilitation à Diriger des recherches, c’est parce que cela répond à une demande institutionnelle : elle est nécessaire pour encadrer de façon autonome des doctorants, et postuler à une chaire de professeur d’université.

Mais ma motivation essentielle était surtout d’entreprendre un travail de recherche plus continu, et de faire du mémoire inédit, qui en est la pièce centrale, un livre. Les universitaires sont rarement en capacité de dégager le temps nécessaire pour entreprendre ce genre de travail car ils sont accaparés par l’enseignement et les tâches administratives. La nécessité de publier des articles, de participer ou de coordonner des événements scientifiques est également chronophage. J’ai donc choisi de me donner cet objectif, qui a abouti le 8 septembre dernier.

Une soutenance est toujours un moment qui cristallise certaines tensions : la tension intellectuelle d’avoir réussi à produire un travail intéressant, la tension académique d’un exercice auquel on soumet plutôt les étudiants que soi-même, enfin la tension personnelle. Ce n’est pas simple de se retrouver face à un jury de six membres, même lorsqu’on les connaît très bien, et d’échanger avec eux dans un cadre contraint.

Le premier volume de l’HDR est constitué par une synthèse de la carrière, souvent appelée « ego-histoire » ; l’occasion de faire le point sur son évolution académique et intellectuelle. Un autre volume est constitué par un choix de publications. Enfin, le 3e volume est le mémoire inédit.

J’avais choisi d’écrire sur la condamnation aux bêtes, au croisement de mon intérêt pour la justice pénale et la réflexion sur la peine de mort, mais aussi d’un axe de recherche bien présent parmi les hellénistes de mon université montpelliéraine : les animaux. L’idée en est venue lors d’un colloque sur les prédateurs, à Antibes, il y a une décennie. Également du constat que l’image des chrétiens aux lions était prégnante.

Comme vous l’évoquiez, votre mémoire inédit s’intitule “Quand la justice recourt aux bêtes : la “damnatio ad bestias“. Réalités et imaginaires de la mise à mort pénale dans la Rome antique”, est-ce qu’on jetait vraiment les condamnés aux animaux sauvages dans une arène ou est-ce que cela relève plus du mythe ? 

Non, cela ne relève pas du mythe. Je comprends que cela puisse étonner, voire choquer. Comment une société comme celle de la Rome impériale pouvait avoir intégré à son arsenal pénal une telle sanction ? Comment une cité où le droit atteint un tel niveau, a pu mettre en œuvre une peine qui se déroulait dans un cadre spectaculaire, ludique, celui des chasses amphithéâtrales ?

Nous avons de nombreux témoignages de ces exécutions, à la fois textuels et iconographiques.

Les sources littéraires mentionnent, souvent rapidement, des exécutions par les bêtes, d’ailleurs assez diverses (lions, léopards, sangliers, ours, taureaux…), quand elles sortent de l’ordinaire, qu’il s’agit d’un événement mémorable. Parce que le condamné est connu pour ses crimes, parce que les animaux ne réagissent pas comme prévu – ainsi l’histoire de l’esclave fugitif Androclès épargné dans l’arène, à Rome, par le lion qu’il aurait soigné au désert. Ou encore par la mise en scène particulièrement originale. Ces mises en scène, nous les connaissons aussi par les sources iconographiques, notamment les mosaïques africaines ou encore les céramiques sigillées.

Les sources chrétiennes constituent une catégorie particulière : les récits de martyres chrétiens, comme pour Blandine à Lyon en 177, Félicité, Perpétue et leurs compagnons à Carthage en 203 ; mais aussi des écrits plus tardifs, qui intègrent ces récits à l’histoire de l’Eglise et à une réflexion sur le martyre.

Ce ne sont pas n’importe quels condamnés qui sont livrés ainsi aux bêtes dans l’arène : il s’agit de ceux que les Romains considèrent comme les pires criminels (homicide, sacrilège, déserteur, etc…). A l’époque impériale, ils sont également issus des couches les plus basses de la société : les humiliores, les plus humbles.

Pour terminer, faisons un lien entre société romaine et société contemporaine. Le bien-être animal est un sujet omniprésent dans la société, est-ce que l’envie de travailler sur les animaux dans vos recherches repose sur un engagement dans ce domaine ? 

Au risque de vous décevoir, cela ne reposait pas particulièrement sur un engagement en faveur du bien-être animal – même si j’y suis sensible. Néanmoins j’ai découvert, au fil de mes recherches, des champs scientifiques concernant les animaux qui m’ont passionné. L’éthologie est particulièrement intéressante pour comprendre certains passages de nos textes. Ainsi, quand les fauves n’attaquent pas un condamné, voire même quand ils ne veulent pas sortir dans l’arène. J’ai échangé avec des dresseurs qui m’ont beaucoup fait réfléchir sur l’importance de partir du comportement animal. J’ai aussi été passionné par l’ouvrage de l’éthologue Carl Safina, Qu’est-ce qui fait sourire les animaux ? J’avais des a priori sur ce type de recherches sur les cultures animales, et j’ai été plutôt convaincue de leur bien-fondé. Par ailleurs travailler sur les seuils de sensibilité vis-à-vis de la mise à mort des êtres vivants, animaux ou humains, a aussi été très enrichissant et m’a permis de porter un autre regard sur différents types de souffrance, dont la souffrance animale. Mais il s’agit plus de compréhension que d’engagement. Cela m’a permis d’envisager différemment les animaux, ceux que je peux côtoyer en ville, dans un jardin, au même titre que les fauves déployés dans les arènes romaines pour satisfaire à la voluptas populi et à l’expression de la grandeur de l’Empire.

Entretien réalisé par Audrey Lacroix



Citer ce billet
admin (2023, 28 juin). Entretien avec Hélène Ménard. Actualités des études anciennes. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tcal

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search