Bienvenue à Bibracte

Vue aérienne du mont Beuvray © BourgogneLive / Aurélien Ibanez

Située au sommet du mont Beuvray, dans le Morvan, au cœur de la Bourgogne, Bibracte fut fondée à la fin du IIe siècle avant notre ère par les Éduens, peuple gaulois qui y installa pour un siècle sa capitale, au cœur du Morvan et de la Bourgogne actuelle. Abandonnée pendant deux millénaires et tombée dans l’oubli, la ville de Bibracte renaît aujourd’hui grâce aux archéologues.

Biracte est un lieu unique en Europe, associant trois atouts originaux et complémentaires : un site naturel et historique d’exception, un centre de recherche européen et un musée qui constitue une vitrine de l’archéologie celtique.

Jacques-Gabriel Bulliot, inventeur de Bibracte, sur ses fouilles. Extrait de “L’album des visiteurs du Beuvray”, conservé à la Société éduenne d’Autun © Bibracte, Société Eduenne / n° 103168

Un site de référence pour l’archéologie européenne

Bibracte est, d’après César, “de beaucoup la plus grande et la plus riche ville des Éduens” (De Bello Gallico, I, 23). Elle fut le lieu de différents épisodes importants de la guerre des Gaules : César défait le peuple helvète à sa proximité en 58 avant notre ère ; une coalition gauloise menée par Vercingétorix s’y lie contre l’envahisseur romain pendant l’été 52 ; le général romain y séjourne enfin à diverses reprises, notamment au cours de l’automne 52.

Bibracte est identifiée de manière définitive avec le mont Beuvray depuis les fouilles archéologiques très importantes menées entre 1867 et 1907 par l’érudit autunois Jacques-Gabriel Bulliot puis par Joseph Déchelette, père de l’archéologie protohistorique. Depuis 1984, le site est de nouveau l’objet d’un grand projet de recherche, qui associe des archéologues issus de divers pays européens.

Un représentant typique des oppida celtiques

Restitution du murus gallicus à la Porte du Rebout © Bibracte, Arnaud Meunier / n° 139609

Situé à 25 km à l’ouest d’Autun, dont le site accueille, un demi-siècle après la conquête romaine Augustodunum, la nouvelle capitale gallo-romaine des Éduens, le mont Beuvray, qui culmine à 821 m, est un bastion avancé du massif du Morvan qui domine la vallée de l’Arroux, affluent de la Loire. Presque entièrement désertée au moment de la fondation d’Augustodunum, Bibracte est un représentant parfait des oppida, ces vastes agglomérations fortifiées qui parsèment l’Europe moyenne au Ier siècle avant notre ère. Elle est ceinturée d’une fortification monumentale, longue de 5 km, formée d’un rempart armé de poutres et parementé de pierre (murus gallicus), précédé d’un fossé. La superficie enclose (135 ha) semble en grande partie occupée par des habitations au Ier siècle avant notre ère. Elle fut plus grande encore (200 ha) : les recherches récentes ont en effet montré que le site fut initialement ceinturé par un rempart plus étendu.

Au centre de la ville, une basilique civile et une grande demeure dite domus sous un abri conçu par l’architecte Paul Andreu © Bibracte, Antoine Maillier / n°92389

Un lieu unique pour étudier la romanisation

Les dégagements de vestiges sur de grandes surfaces permettent de mesurer l’impact progressif de la “romanisation”, amorcée bien avant la conquête romaine sur le site de la capitale des Éduens, peuple qui avait conclu un traité d’alliance avec Rome dès le milieu du IIe siècle avant notre ère. L’oppidum est traversé par plusieurs voies qui structurent l’urbanisme. Dans une première phase (première moitié du Ier siècle avant notre ère), l’architecture n’utilise que la terre et le bois ; les vestiges des bâtiments sont donc ténus. Les techniques de construction méditerranéennes sont introduites à partir du milieu du Ier siècle avant notre ère. On observe finalement la construction de maisons spacieuses, de plan romain, à la fin du même siècle et au début du suivant. Les recherches dans la partie centrale du site livrent les restes d’un ensemble monumental articulé autour d’une basilique, qui semblerait bien être un forum, dont la datation, entre 50 et 30 avant notre ère, est particulièrement précoce. À proximité, au Parc aux Chevaux, c’est un imposant quadriportique construit en bois et entourant une cour qui a été dégagée.

Une ville active

Maquette de l’atelier du bronzier découvert en fouilles, présentée dans le musée. © Bibracte, Antoine Maillier / n° 65223

La ville est également un centre économique important, dont la population est au bas mot de 5000 habitants à son apogée. Sa richesse provient en grande partie du commerce avec les régions méditerranéennes, que les Éduens contrôlent grâce à leur main-mise sur les voies de communication majeures qui empruntent les vallées de la Saône et de la Loire. Le vin importé principalement d’Italie, parvient en grande quantité à Bibracte dans des amphores dont les tessons sont innombrables. Les fouilles montrent également que l’oppidum est un lieu très actif de transactions commerciales. On a aussi mis au jour un grand nombre d’ateliers métallurgiques, où des artisans mettaient en forme des objets en fer ou en alliages de cuivre.

Un lieu de recherche, d’expérimentation et de formation

Depuis les années 1980, que ce soit sur le site archéologique ou au centre de recherche de Glux-en-Glenne, à quelques kilomètres du mont Beuvray, Bibracte accueille des chercheurs et des étudiants qui participent au programme de recherche sur la ville antique. Bibracte est ainsi devenue une « salle de travaux pratiques » partagée par des universités européennes. Aujourd’hui, la recherche conduite à Bibracte concerne notamment les outils numériques appliqués à la « chaîne de production archéologique », du terrain aux utilisateurs, et la démarche paysagère appliquée à un projet de territoire (dans le cadre de la politique des Grands Sites de France). L’établissement est également actif à l’international dans le partage d’expérience en matière de gestion des espaces patrimoniaux, notamment dans la cadre du dispositif de coopération du Réseau des Grands Sites de France.

Utilisation sur chantier de fouilles d’une tablette et d’un tachéomètre robotisé. © Bibracte, Antoine Maillier / n° 122725

Le musée de Bibracte

Sous l’impulsion de François Mitterrand, alors président de la République et très attaché au mont Beuvray, le musée voit le jour en 1995. Adossé à la forêt, le bâtiment, conçu par l’architecte Pierre-Louis Faloci, joue la métaphore de l’archéologie : les matériaux mis en œuvre évoquent la succession des âges de l’humanité, depuis la pierre brute des soubassements jusqu’au zinc et à l’acier de la toiture, en passant par la pierre polie des façades. L’omniprésence du carré dans la trame du bâtiment rappelle les quadrillages des chantiers de fouille. Les deux galeries de l’exposition permanente jouent sur les transparences et s’ouvrent sur la forêt sous laquelle reposent les vestiges de Bibracte.

Véritable porte d’entrée du site, le musée de Bibracte expose les résultats des recherches effectuées sur le site et les remet en perspective : il s’agit de montrer, à travers l’exemple de Bibracte, que les populations de l’Europe “moyenne” ont franchi un stade de développement majeur voici un peu plus de vingt siècles, en inventant une forme urbaine propre à ces régions.

Espace des maquettes comparatives des oppida dans le musée. © Bibracte, Antoine Maillier / n°122747

Entièrement repensée et remodelée en 2013, l’exposition permanente prend pour sujet le site archéologique. À l’étage, la première galerie d’exposition expose le phénomène de la première urbanisation de l’Europe tempérée qui, entre le IIIe et le Ier siècle avant notre ère, aboutit à “l’éclosion” de plus de 200 oppida entre l’Atlantique et le Danube : Bibracte en est le témoignage le plus complet et le mieux conservé. Le visiteur, auquel aucune théorie n’est imposée, progresse dans le parcours comme un archéologue en proie à ses interrogations face aux découvertes qui se succèdent. L’exposition mobilise, au fil d’espaces thématiques, les objets et les données scientifiques issus de sites exemplaires à l’échelle européenne.

La galerie inférieure se fait véritable “musée de site” en explorant, en détail, les différents secteurs de l’oppidum de Bibracte, son rempart, ses édifices publics et privés, le quotidien des habitants. Cette partie de la visite sert également un propos historique sous-jacent, celui de la romanisation, puisque Bibracte est un témoin unique du moment où les populations de l’Europe moyenne de culture celtique ont été englobées dans l’orbite de Rome pour devenir des Gallo-Romains. Le discours est servi par une grande diversité de supports d’information, tous produits du travail des archéologues : plus de 1 600 objets et fragments originaux sont exposés, aux côtés de reconstitutions donnant à voir les vestiges tels que les archéologues ont pu les observer, de plans, cartes, photographies, dessins, typologies, maquettes révélant les états successifs des bâtiments, etc.

A gauche : restitution d’un hypocauste découvert dans la grande maison à la romaine PC1 © Bibracte, Antoine Maillier / n°140313 ; à droite : Tête sculptée en lamprophyre découverte en fouilles en 1994, à la Pâture du Couvent © Bibracte, Antoine Maillier / n° 81190

 

Des expositions temporaires

Exposition Dans d’acier. Sculpture de Robert Schad devant le musée de Bibracte © Bibracte, Antoine Maillier / n°140250

Chaque année, une exposition temporaire est le temps fort de la saison culturelle de Bibracte. Elle a pour mission de donner un éclairage particulier de la recherche archéologique, en complément du parcours de l’exposition permanente, ou de mettre en lumière l’œuvre d’un artiste contemporain.

En 2023, avec Danse d’acier, c’est le sculpteur allemand Robert Schad qui prend possession du musée et de ses abords. Robert Schad sculpte l’acier, sous la forme de barres de section carrée qu’il coupe et qu’il soude pour assembler des œuvres monumentales, mais qui réussissent la prouesse d’exprimer la légèreté et le mouvement. Il est par ailleurs passionné par la danse, qu’il définit comme « un mouvement façonné dans l’espace ». Par la rigueur de leurs volumes et la qualité de leur éclairage, les espaces du musée de Bibracte étaient prédestinés à accueillir cette œuvre puissante.

Un musée pour tous

Un musée accessible à toute la famille © Bibracte, Antoine Maillier / n°97833

Grâce à l’association unique d’un site remarquable de pleine nature et d’un musée qui en forme la porte d’entrée, Bibracte permet de passer une journée complète en famille où chacun trouvera une proposition à son goût et matière à échanges entre enfants, parents et grands-parents.

La “journée gauloise” permet ainsi de découvrir le musée et ses expositions, de profiter de la pause de midi pour expérimenter l’archéologie sur le versant culinaire au restaurant “Le Chaudron”, qui propose un menu gaulois, et de parcourir les grands espaces du mont Beuvray, entre chantiers de fouille et panorama, sous la conduite d’un guide.

En été, une offre foisonnante d’événements (concerts, projections, rencontres, conférences, visites naturalistes) s’ajoute à un éventail d’ateliers pratiques destinés à tout public, notamment aux enfants.

Ouvert tous les jours de mi-mars à mi-novembre

Mont Beuvray

71990 Saint-léger-sous-Beuvray

www.bibracte.frinfo@bibracte.fr



Citer ce billet
admin (2023, 5 juillet). Bienvenue à Bibracte. Actualités des études anciennes. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tcao

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search