L’Africa de Pétrarque : lectures anciennes et nouvelles

Date du colloque. Du jeudi 30 mai au samedi 1er juin 2024

Lieu. Rome, Ecole française de Rome

Date limite : Lundi 17 juillet 2023

En pratique

Les propositions seront composées d’un titre et d’un résumé de 400 mots maximum, accompagnés de quelques lignes de présentation, et devront être adressées à africa.petrarque@gmail.com.
La date limite des propositions est fixée au 17 juillet 2023.
Les langues du colloque seront l’anglais, le français et l’italien.
Le colloque devrait commencer le jeudi après-midi et se terminer le samedi en fin de matinée. L’hébergement des intervenant.e.s sera assuré à hauteur de deux nuits. Une prise en charge totale ou partielle des frais de transport pourra être envisagée.

Argumentaire

À l’orée de sa vie d’écrivain, Pétrarque avait conçu l’Africa, épopée en hexamètres latins centrée sur la victoire de Scipion l’Africain sur Carthage durant la deuxième guerre punique, comme son chef d’œuvre, à l’instar de Virgile et de son Énéide. Il ne l’acheva pourtant jamais, malgré l’impatience de son entourage. Après sa publication posthume, mis à part dans des contextes bien spécifiques, ce récit désenchanté et inquiet du triomphe de Rome sur le monde, aux accents philosophiques, spirituels, aux élans lyriques et dramatiques, fut rapidement éclipsé par le reste de l’œuvre de Pétrarque.
Le présent colloque international a pour objectif de rassembler des spécialistes issus d’horizons divers pour explorer cette épopée pétrarquienne dans ses rapports avec l’Antiquité et avec son temps, étudier la manière dont elle a été reçue et interprétée par la suite, et en proposer des lectures nouvelles, au croisement de la poétique, de la philologie et de l’histoire littéraire, culturelle et politique.
Presque oubliée à partir du XVIe siècle, l’Africa n’a été traduite en langues vernaculaires que par extraits avant le dernier quart du XIXe siècle. C’est au tournant du XIXe et du XXe siècle que les érudits s’emparent de nouveau de l’Africa (dans la mouvance qui voit Pierre de Nolhac publier Pétrarque et l’humanisme en 1892) et qu’ils réalisent les premières éditions et traductions de l’intégralité de l’œuvre, en France et en Italie. Puis sa réception dépasse le cercle universitaire, dans un essor lié sans équivoque à la montée du nationalisme et de l’impérialisme italiens. Le poème fut ainsi particulièrement diffusé et cité durant les deux décennies du régime fasciste. L’édition de Nicola Festa, qui date de cette période (1926), publiée comme premier tome de l’édition nationale des œuvres complètes de Pétrarque accompagnée d’un Saggio sul’Africa, a longtemps fait référence. Cette édition a été rendue caduque par la découverte de sept nouveaux manuscrits.
Depuis les années 1980, un regain d’intérêt pour l’Africa se manifeste entre autres dans les travaux menés, parmi bien d’autres, par Vincenzo Fera sur l’histoire du texte ainsi que les publications de Guido Martellotti, de Michele Feo et d’Enrico Fenzi . Des éditions récentes (en France, celle de Rebecca Lenoir et celle de Pierre Laurens, et en Allemagne celle de Bernard Huß et Gerhard Regn ; malgré la proposition d’une édition aux publications I Tatti, la recherche anglophone n’est pas encore au rendez-vous) ont facilité les travaux sur le texte de Pétrarque. Ce colloque s’inscrit dans cette lignée et, plus spécifiquement, dans un projet intitulé « Affrica : l’Africa de Pétrarque – édition, traduction, lectures », qui réunit une équipe pluridisciplinaire de chercheurs et chercheuses dans des rencontres régulières depuis septembre 2022 et travaille à une édition numérique.
En élargissant cette dynamique, ce colloque se propose de renouveler les approches sur cette épopée en croisant les regards et en apportant des perspectives inédites. Il s’agira ainsi d’évaluer les apports de la philologie numérique par rapport aux approches philologiques traditionnelles, mais également de creuser des pistes moins explorées en faisant appel, par exemple, aux outils fournis par les études de réception, les études de genre et les études postcoloniales, et en donnant toute leur place aux aspects narratologiques et à la construction de la mémoire culturelle.

Les participant.e.s sont invité.e.s à réfléchir à partir des axes suivants, de manière non exhaustive et pourquoi pas transversale :

– Intertextualité et positionnement : réception des auteurs antiques dans l’Africa ; réception de la littérature médiévale.

– Aspects philologiques et codicologiques : histoire et circulation du texte et de ses marginalia ; manuscrits et enluminures.

– Poétique et narratologie : raconter, décrire, émouvoir ; l’Africa et le genre épique ; lyrisme.

– Réceptions de l’Africa : premières réceptions ; l’Africa à la Renaissance ; à l’époque moderne ; à l’époque contemporaine.

– l’Africa historique et politique.

– Représenter le monde dans l’Africa : géographie, race et racialisation, vaincre, dominer, se soumettre.

– Corps et genre(s) dans l’Africa

– le projet philosophique et spirituel de l’Africa.

Les communications prendront la forme d’interventions de 30 min et donneront lieu à une discussion. Trois lectures plénières d’une heure sont prévues.

Lieu de la manifestation : Rome, Ecole française de Rome
Organisation : Mathilde Cazeaux, Paul Gwynne, Sarah Orsini, Adriano Russo
Contact : africa.petrarque@gmail.com

Source



Citer ce billet
admin (2023, 29 juin). L’Africa de Pétrarque : lectures anciennes et nouvelles. Actualités des études anciennes. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tcam

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search