VESUNNA Site-musée gallo-romain de Périgueux

L’originalité du site-musée gallo-romain Vesunna tient dans un concept original. Une architecture audacieuse de Jean Nouvel valorise le site archéologique de la domus de Vésone, objet phare de la présentation. L’ensemble est enrichi par des collections qui présentent la ville antique de Périgueux (le chef-lieu du territoire des Pétrucores), la vie publique et la vie privée de ses habitants.

En ouvrant ses portes au public il y a 20 ans, le musée valorisait un patrimoine mal connu, bien qu’exceptionnellement bien conservé. Désormais le musée mène une politique d’action culturelle dynamique et propose cette année l’exposition temporaire Agatha Christie en quête d’archéologie jusqu’au 31 décembre 2023.

 

La domus de Vésone

Plan relief de Périgueux au milieu du IIe siècle. Vesunna, Périgueux. Cliché Bernard Dupuy

La domus de Vésone – autrefois appelée villa des Bouquets – fut découverte en 1959, à l‘occasion d’un projet de construction d’immeubles. Alors que ce terrain municipal jouxtait les vestiges monumentaux du temple de la Tutela Vesunna (la Tour de Vésone), sans surprise, les premiers sondages révélèrent une importante occupation gallo-romaine.

Les fouilles furent réalisées entre 1960 et 1967, sous la direction de Claude Barrière et Max Sarradet, puis entre 1973 et 1977, sous la direction d’Anne et Jean-Luc Tobie et de Marc Gauthier. Des fouilles complémentaires furent nécessaires lors de l’avant-projet de construction du musée : en 1992 et 1995 sous la direction de Claudine Girardy-Caillat, puis en 1999 et 2000 sous la direction de Luc Wozny.

Le site se distingua rapidement par son ampleur (environ 4000m2), par l’élévation des murs conservés (1m environ) et surtout par l’ensemble des peintures murales retrouvées en place dans l’aile ouest de la maison. C’est grâce à ce dernier que le site fut classé monument historique en 1963.

L’étude des vestiges nous indique que la domus de Vésone fut construite sous le règne de l’empereur Claude (41-54 ap. J.-C ). Sur le plan classique d’une maison romaine, elle s’organisait autour d’un péristyle. Les peintures trouvées in situ datent de cette époque. Ses propriétaires ne sont pas connus, mais les travaux d’embellissement qu’ils réalisèrent durant près des trois siècles témoignent de leur pouvoir et de leur richesse. Le bâtiment fut abandonné et démonté pierre à pierre à partir de la fin du IIIe siècle, lorsque la ville antique s’est repliée dans une épaisse muraille.

Les enduits peints

Fouilles de la domus de Vésone au début des années 1960. Les murs ont conservé les peintures murales. Vesunna, Périgueux. Cliché Max Sarradet

La domus de Vésone doit notamment sa renommée aux nombreux enduits peints qu’elle a livrés. Les fresques trouvées in-situ lors des premières fouilles datent de l’état 1 de la maison, vers le milieu du Ier siècle. Elles étaient encore en place sur le bas des murs au milieu du IIe siècle, lorsque le sol fut rehaussé d’un mètre. Les zones supérieures, brisées, avaient été jetées dans les remblais du IIe siècle. Leur étude a permis de les reconstituer sous forme graphique et de les intégrer dans les images virtuelles du film « La domus de Vésone et son décor », diffusé dans le musée et sur son site internet.

Les remblais ont aussi livré deux exceptionnels ensembles de peintures fragmentaires, présentés partiellement dans le musée.

La peinture qui ornait le mur de fond de jardin de la domus dans la première moitié du IIe siècle (état 2) représentait des scènes de jeux de l’amphithéâtre, avec des personnages grandeur nature : des gladiateurs, un arbitre, des animaux sauvages et des armes.

Au centre du jardin, à partir du milieu du IIe siècle (état 3), le mur du terre-plein central était orné d’une riche faune marine, peinte de façon très réaliste sur un fond rouge bordeaux : oursins, coquillages, crustacés, dauphins et une dizaine de variétés de poissons.

Le musée

Vesunna, Périgueux. Cliché Jac’Phot

Propriétaire du site, la Ville de Périgueux a choisi de protéger les vestiges de la domus, de les révéler, de les rendre accessibles au plus large public et d’y installer les collections gallo-romaines constituées puis enrichies depuis le début du XIXe siècle.

Le projet architectural et la muséographique sont l’œuvre de Jean Nouvel. L’architecture résolument contemporaine est conçue comme une fenêtre ouverte sur le passé, enfoui sous la ville moderne. Un large parapluie plane au-dessus des murs antiques. La visite commence à l’étage, offrant une vue spectaculaire sur les vestiges archéologiques et, au-delà des vastes façades vitrées, sur la Tour de Vésone et le mur du Bas-Empire. Il semble ne pas y avoir de frontières entre intérieur et extérieur, entre le minéral du musée et le végétal du parc extérieur.

Les collections exposées proviennent des fouilles de la ville antique (Vesunna) et de son territoire, l’actuel Périgord. Elles expliquent la ville, ses monuments, et le mode de vie de ses habitants, leurs échanges avec l’Empire romain et la continuité de certaines pratiques gauloises. Leur richesse est certainement le fonds lapidaire composé de blocs réemployés pour la construction du mur périphérique de la ville du Bas-Empire : décor architectural, inscriptions, monuments funéraires, sculpture…

De gauche à droite : Bague ornée d’une intaille en onyx bleu représentant Mars. Vesunna, périgueux. Cliché Bernard Dupuy ; Détail d’une mosaïque découverte à Périgueux. Vesunna, Périgueux. Cliché Jac’Phot ; Colonne et chapiteau toscan-Vesunna, Périgueux. Cliché Bernard Dupuy

Agatha Christie en quête d’archéologie – Exposition temporaire

Affiche de l’exposition Agatha Christie en quête d’archéologie. Vesunna, Périgueux

Jusqu’au 31 décembre 2023, Vesunna présente Agatha Christie en quête d’archéologie, une exposition temporaire qui explore l’influence du voyage vers l’Orient et de l’archéologie dans la vie et l’œuvre de la grande romancière britannique.

Mondialement connue pour les enquêtes policières sorties de son imagination, Agatha Christie (1890-1976) était aussi une aventurière éprise du Moyen-Orient. C’est là-bas, en 1930, sur le site d’Ur, l’une des premières cité-Etat de Mésopotamie de l’Irak actuel, que la « Reine du crime » rencontre son second époux, l’archéologue Max Mallowan. Elle l’accompagnera ensuite lors des missions archéologiques qu’il dirigera en Syrie et en Irak, entre 1931 et 1938 puis entre 1949 et 1957.

Tout en poursuivant son œuvre de romancière, Agatha Christie deviendra membre à part entière des missions en réalisant dessins, photographies, films, nettoyage et remontage des objets découverts.

Si la passion d’Agatha Christie pour l’archéologie et le Moyen-Orient est peu connue du grand public, elle est pourtant présente dans nombre de ses écrits comme Rendez-vous à Bagdad, Meurtre en Mésopotamie, Rendez-vous avec la mort, Mort sur le Nil, Le crime de l’Orient-Express ou La romancière et l’archéologue – Mes aventures au Moyen-Orient.

L’exposition s’appuie sur les écrits de la romancière, les photographies et les films qu’elle a réalisés. Elle présente des documents d’archives remarquables et des objets personnels mis à disposition par les familles d’Agatha Christie (The Christie Archives Trust) et de Max Mallowan (son neveu John Mallowan). Le Département des antiquités orientales du Louvre et le Musée des beaux-arts de Lyon ont aussi consenti à des prêts exceptionnels de collections archéologiques provenant de Mésopotamie.

Du Londres des années 1930 jusqu’à Bagdad, du voyage à bord de l’Orient-Express aux fouilles du Moyen-Orient, les visiteurs découvriront le quotidien d’une expédition archéologique à travers les yeux et la plume de la romancière.

 

Elisabeth Pénisson,

Directrice de Vesunna

VESUNNA Site-musée gallo-romain de Périgueux

Parc de Vésone.  20, rue du 26e RI. 24000 Périgueux

Renseignements : 05 53 53 00 92 ou perigueux-vesunna.fr


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
admin (12 juillet 2023). VESUNNA Site-musée gallo-romain de Périgueux. Actualités des études anciennes. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tcap


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search