Gergovie : Toute l’Histoire sur un Plateau

Depuis 2019, le plateau de Gergovie accueille un nouveau musée, première étape pour valoriser un site naturel et historique qui est loin d’avoir encore livré tous ses secrets.

Crédit image. Henri Derus

Gergovie. Ce nom sonne à nos oreilles mais rares sont ceux qui savent placer ce haut lieu de l’histoire de France sur une carte. Gergovie se situe au cœur de l’Auvergne, à une dizaine de kilomètres de Clermont-Ferrand. Magnifique belvédère, le plateau de Gergovie offre un point de vue à 360° sur les paysages alentour, du massif du Sancy aux plateaux du Cézallier en passant par la Chaîne des Puys et la faille de Limagne, inscrites au patrimoine mondial de l’UNESCO…  Sur près de 70 hectares, il offre la nature en spectacle à ses visiteurs. Les locaux et les touristes de passage sont chaque année près de 400 000 à profiter de la beauté de ces paysages, pour pique-niquer, s’adonner au cerf-volant ou randonner.

Mais arpenter les sentiers du plateau, c’est aussi voyager dans le temps.

La victoire de Vercingétorix

Gergovie entre dans l’Histoire sous la plume de Jules César dans la Guerre des Gaules. En 52 avant J.-C., Vercingétorix mène la fronde contre Jules César qui a déjà pris la main sur une partie de la Gaule. Le jeune chef arverne attire César sur ses terres, à Gergovie, où il est alors encerclé par près de 30 000 soldats romains. César fait construire un grand camp de 35 hectares où il installe ses troupes. Il réussit à s’emparer d’un petit camp aux pieds de Gergovie et relie les deux camps par un système de fossés protégeant ses soldats. Après plusieurs jours, il tente une attaque mais se heurte à la résistance gauloise.

Crédit image. Henri Derus

César ne peut que se replier après avoir perdu 700 hommes. Après cette victoire, Vercingétorix est élu chef suprême des peuples gaulois, avant de connaître la défaite à Alésia qui mettra fin à la guerre des Gaules.

Redécouvert au XVIe siècle, le site gaulois fait l’objet de fouilles archéologiques depuis le XIXe siècle qui dévoilent des vestiges spectaculaires de la cité arverne. Pour toutes ces raisons, il reste aujourd’hui l’un des sites historiques et naturels les plus fréquentés par les habitants de la région.

Une histoire arverne

Situé à 750 m d’altitude, difficilement accessible de toutes parts, le plateau de Gergovie a naturellement été choisi par l’homme comme place forte naturelle.

Les Arvernes, ce peuple gaulois qui occupait le territoire s’approchant de l’Auvergne actuelle, ne s’y sont pas trompés et avaient fait de l’oppidum de Gergovie leur capitale pendant près de 70 ans.

Sur le plateau de Gergovie, on retrouve ainsi de nombreux vestiges de l’occupation gauloise puis gallo-romaine.

Les visiteurs peuvent donc encore y trouver les traces d’un ancien sanctuaire, de remparts, de portes d’entrée de l’oppidum, d’un quartier artisanal ou encore de chemins et places pavés. Tandis que partout des débris d’amphores rappellent la force du commerce qui existait entre Gergovie, les autres peuples gaulois et Rome.

Autour du plateau de Gergovie, on trouve d’autres oppida : Corent et Gondole. C’est l’originalité du peuple arverne : ce peuple qui tenait sa richesse de la fertilité des sols volcaniques d’Auvergne avaient créé un maillage dense d’oppida et d’exploitations agricoles.  L’autre originalité tient dans leur culture artistique extrêmement raffinée, comme en témoigne la beauté des vases peints arvernes.

La Redécouverte

Oublié pendant des siècles, Gergovie est réapparu au grand jour au XVIe siècle dans les textes de Gabriele Simeoni, un érudit florentin qui se fonda sur le toponyme d’un domaine situé sur le flanc est du plateau : Gergovia.

Mais c’est au XVIIIe siècle puis sous Napoléon III au XIXe siècle que l’histoire de Gergovie sortit au grand jour. Passionné par l’archéologie et par César, l’empereur va ordonner des fouilles sur le plateau et à proximité qui vont permettre de retrouver les traces des camps romains de César.

Des découvertes complémentaires sont réalisées dans les années 1930 et 1940 : fosses, citernes, quartier artisanal, porte aménagée dans le rempart ouest, villa, ainsi qu’un sanctuaire dont l’activité a perduré longtemps après l’abandon de l’oppidum.

Les observations réalisées au XIXe ont depuis été confirmées par des recherches réalisées entre les années 1990 et 2000 sur les camps césariens au pied du plateau, et sur les remparts de Gergovie.

Le sanctuaire a parallèlement fait l’objet d’études approfondies qui permettent de mieux comprendre l’enchainement des différentes phases d’utilisation de ce lieu de culte, depuis les premiers aménagements datant du Ier siècle avant J.-C., jusqu’au temple gallo-romain du IIIe siècle après J.-C.

Et depuis 2022, des fouilles sont menées par l’Inrap et la MSH de Clermont-Ferrand, en partenariat avec le Département du Puy-de-Dôme et l’Etat, sur la zone du « quartier des artisans ».

Un musée nouvelle génération

C’est toute cette histoire que le Musée de Gergovie fait revivre depuis 2019, lorsqu’il a succédé à la Maison de Gergovie construite en 1991.

Crédit image. Henri Derus

Épousant les courbes naturelles du plateau, le Musée de Gergovie, imaginé par l’architecte Jean-Paul Reuillard, se fond dans le paysage, sa plus grande partie étant semi-enterrée.

Les trois bâtiments émergents, visibles depuis le plateau, ne représentent que 10 % de la surface totale. L’architecture fait subtilement écho à l’histoire du plateau de Gergovie. La façade en pierre de Chambois s’élève face à la plaine pour évoquer le rempart de la ville arverne, tandis que les bardages en acier Corten rappellent le travail des métallurgistes gaulois.

Plus qu’une visite, le musée propose un parcours vivant et interactif en plongeant au cœur de la Guerre des Gaules et de la bataille de Gergovie. Le parcours permet également de découvrir l’histoire des Gaulois en Auvergne ainsi que les origines géologiques du Plateau de Gergovie et des paysages qui l’entourent.

Crédit image. Henri Derus

Le musée a été pensé pour tous les publics. Le parcours muséographique repose ainsi sur des dispositifs innovants et qualitatifs, permettant d’adapter la visite en fonction des attentes, du scientifique au plus ludique. L’espace allie graphisme, maquettes, objets archéologiques et multimédias avec comme point d’orgue une salle audiovisuelle replongeant le visiteur dans l’ambiance de la bataille.

Outre les 600 m² d’exposition fixe, une salle d’exposition temporaire permet de mettre en valeur les dernières découvertes archéologiques du plateau.

Enfin, les visites intérieures du musée sont complétées par des visites extérieures thématisées ainsi que des ateliers pédagogiques destinés aux scolaires.

Un nouveau site culturel et touristique majeur

Le Musée de Gergovie a aujourd’hui trouvé toute sa place dans l’environnement culturel et touristique auvergnat avec plus de 100 000 visiteurs accueillis depuis son ouverture.

Cette réussite a fait naître d’autres projets qui permettront de valoriser encore davantage les sites arvernes dans les années à venir…

Le Musée Archéologique de la Bataille de Gergovie est porté par Mond’Arverne Communauté et soutenu par la Région Auvergne-Rhône-Alpes, le Département du Puy-de-Dôme, l’Etat et l’Europe.

Le Musée de Gergovie, c’est :

  • Une surface totale de 1200 m²
  • Plus de 600 m² d’espace d’exposition
  • Une salle d’exposition temporaire
  • Un espace « ateliers » pour les scolaires et les groupes
  • Une vue à 180° sur la Plaine de Sarliève, l’Oppidum de Gondole, les Camps de César…
  • Une salle vidéo dédiée à la Bataille de Gergovie
  • Plus de 250 objets et vestiges : monnaies, armes, objets d’art, outillages, bijoux…
  • 40 animations vidéos
  • 30 maquettes
  • Des reconstitutions spectaculaires : sépultures, remparts romains et gaulois
  • Une boutique et des services

En savoir plus : www.musee-gergovie.fr



Citer ce billet
admin (2023, 9 août). Gergovie : Toute l’Histoire sur un Plateau. Actualités des études anciennes. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tcat

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search