Le Pont du Gard, merveille de l’Antiquité

Le Pont du Gard est la partie la plus grandiose d’un aqueduc romain qui conduisait sur 50 km, au départ d’Uzès, les eaux jusqu’à Nîmes. La construction du plus haut pont romain du monde, en période d’apogée urbanistique de Nemausus au 1er siècle de notre ère, a constitué une prouesse technique exceptionnelle pour l’époque. Près d’un millier d’hommes a travaillé sur ce chantier colossal achevé en seulement 5 ans. L’aqueduc antique de Nîmes a fourni pendant près de 5 siècles de l’eau courante pour alimenter les fontaines installées dans toutes les rues, les thermes, les jardins, les industries de foulons et les habitations privées de la cité gallo-romaine. Outre ses 49 mètres de hauteur qui en font le plus haut pont-aqueduc du monde, le Pont du Gard présente un agencement rare de trois ponts superposés, constitués respectivement de 6, 11 et 35 arcades. L’ouverture de son arche centrale pulvérise le record de l’époque avec 24,50 m d’envergure. Réalisé en pierre locale, du calcaire molassique, il témoigne de la prodigieuse maîtrise technique des ingénieurs romains et semble être l’œuvre des ouvriers spécialisés du pays.

Mal entretenu à partir du IIIe siècle et souffrant de nombreux dépôts calcaires qui diminuaient le débit de l’eau, l’aqueduc a été abandonné au début du VIe siècle.

Au fil du temps, le monument est réutilisé pour de nouvelles affectations différentes de sa fonction originale et il subit de nombreuses dégradations.

Photo d’Aurélio Rodriguez

Le XVIIIe siècle voit la construction d’un pont routier accolé à la façade du pont romain, sous la direction de l’ingénieur Henri Pitot.

En 1840, Prosper Mérimée, premier Inspecteur des Monuments historiques, fait inscrire le Pont du Gard sur la première liste des monuments historiques majeurs en France. Deux campagnes de restaurations s’en suivent qui vont sauver le monument de son état de dégradation.

En 1985, le Pont du Gard est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco. Prévoyant un afflux touristique suite à cette inscription, le Département du Gard prend la décision d’aménager le site autour du monument afin d’en assurer la protection sur le long terme.

En 1998, le projet d’aménagement du Site du Pont du Gard est adopté (Déclaration d’Utilité Publique) mettant un terme à l’anarchie et à la dégradation du site.

En 2000, le site réaménagé voit le jour et s’ouvre sur une nouvelle ère. Le pari est alors fait de proposer une offre culturelle qualitative digne d’un monument inscrit au patrimoine mondial UNESCO, tout en respectant les habitudes locales de se rendre au Pont du Gard pour y pique-niquer, se baigner ou se promener.

Aujourd’hui, situé dans un espace naturel de 165 ha de paysage classé au titre de la Loi 1930 sur l’environnement, véritable écrin protecteur, le Pont du Gard s’offre à l’admiration de tous dans un état remarquable de conservation. Salué comme chef d’œuvre du génie créateur humain, il est le seul pont antique à 3 étages encore debout de nos jours. Le site qui l’entoure offre ses diverses facettes aux amateurs d’archéologie, d’histoire, de géographie et de nature, aux familles, groupes, scolaires et visiteurs venus des quatre coins du monde.

Des espaces de découverte en intérieur et à l’extérieur pour comprendre l’histoire et s’émerveiller.

Photo de Richard Sprang

Le Site du Pont du Gard est un immense terrain de jeu permettant de découvrir 2000 ans d’histoire dans un environnement unique et préservé, selon les envies et le rythme de chacun.

Les espaces de découverte invitent le visiteur à plonger au cœur de la romanité et à percer les secrets de la construction du monument à travers notamment la visite de son Musée. Sur 2500 m², ce vaste centre d’interprétation est consacré à l’histoire du Pont du Gard et de l’aqueduc romain de Nîmes et constitue la pierre angulaire de l’offre culturelle du Site du Pont du Gard.

Ce centre unique au monde sur le génie pluridisciplinaire des bâtisseurs romains propose une immersion totale dans le mode de vie à la romaine, autour de l’utilisation de l’eau et de l’histoire de l’aqueduc grâce à de nombreux documents, films, reproductions, maquettes et une reconstitution grandeur nature du chantier de construction.

Conçu pour éveiller la curiosité et susciter le questionnement, l’espace Ludo est un véritable espace de jeux et de découvertes. Grâce à une approche ludique et active, il permet aux 5-12 ans de se lancer à la conquête des connaissances dans un lieu de 600 m². Les enfants sont invités à manipuler, observer et expérimenter en se mettant dans la peau d’un écolier gallo-romain, d’un archéologue sur un chantier de fouille ou d’un scientifique. Sens de l’observation, imagination et réflexion sont sollicités au cours de cette fascinante expédition.

Un film documentaire de 15 minutes complète l’offre culturelle permanente et retrace l’histoire du Pont du Gard.

Photo d’Aurélio Rodriguez

Pour un moment inoubliable, la visite « La Grande odyssée » dévoile tous les secrets de ce pont aux multiples facettes et mène les participants, au gré des explications et anecdotes distillées par le guide, jusqu’au sommet du monument pour une traversée de la canalisation antique où circulait l’eau il y a 2000 ans à 49 mètres de hauteur.

Enfin, les amoureux de grands espaces sont invités à parcourir les 15 ha de parcelles agricoles restaurées du parcours en plein air « Mémoires de garrigue » pour appréhender toute la richesse de ce paysage méditerranéen : chemins bordés de murets de pierre sèches, capitelles restaurées, haies et prairies fauchées, vignes et champs d’arbres fruitiers, et même un belvédère panoramique offrant une vision à 360 degrés d’où on peut apercevoir le Pont du Gard dans son écrin de verdure !

Pour continuer, les promeneurs peuvent suivre le tracé de l’aqueduc pour découvrir certains de ses vestiges, accessibles par des sentiers de randonnée.

L’été au Pont du Gard 2023

Site du Pont du Gard Light as space

L’exposition temporaire « Light as space » de Yasuhiro Chida jusqu’au 1er octobre 2023

Le Site du Pont du Gard propose une expérience inédite à ses visiteurs à travers cette exposition multi-sensorielle dans des espaces métamorphosés par la lumière. Les installations immersives de l’artiste japonais, tantôt discrètes tantôt monumentales, plongent le visiteur dans un environnement inhabituel qui défie et réécrit ses habitudes perceptives et ses sensations corporelles. Une expérience hors du commun à ne pas rater !

Les spectacles son et lumière du 17 juin au 17 Septembre 2023

L’été, à la nuit tombée, le monument s’anime et se transforme en écran géant avec un spectacle son et lumière.

Certains soirs, ce sont 50 drones lumineux qui prennent part au son et lumière et viennent dialoguer avec la faune et la flore pour un récit en 3 dimensions à partir d’un conte subtil et d’une création sonore entièrement réalisée avec les éléments de la biodiversité de la vallée.

Un pur moment de magie et de poésie à savourer en famille ou entre amis depuis la plage de la rive droite.

Informations, programmation détaillée et billeterie


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
admin (2 août 2023). Le Pont du Gard, merveille de l’Antiquité. Actualités des études anciennes. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tcas


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search