Le Musée Gallo-Romain de Biesheim-Oedenburg, un musée de site

Localisé en moyenne Alsace, le Musée Gallo-Romain de Biesheim est consacré aux découvertes archéologiques provenant du site d’Oedenburg, un des sites majeurs de la plaine du Rhin supérieur à l’époque romaine.

Établie en territoire rauraque, cette agglomération gallo-romaine couvre près de 200 ha et se déploie au nord de la commune actuelle de Biesheim. Implanté sur la rive gauche du Rhin, à équidistance d’Argentorate (Strasbourg) et d’Augusta Raurica (Augst), le site fait face au volcan du Kaiserstuhl. Il doit son importance à sa situation géographique et stratégique privilégiée : face au site de hauteur du Münsterberg de Breisach, à un point de franchissement du Rhin et au croisement de nombreux axes de circulation.

Dès le 18siècle, au gré des découvertes fortuites, les antiquaires mentionnent la présence de vestiges antiques significatifs. Le fort potentiel archéologique du lieu suscite l’intérêt de la DRAC Alsace, relayée localement par une association d’archéologues amateurs. Parallèlement aux interventions de terrain, un projet s’impose, celui de la création d’un musée dédié aux découvertes remarquables réalisées sur le site. Cette idée séduit la municipalité qui consent un investissement important en aménageant un musée archéologique municipal dans un bâtiment à l’architecture contemporaine, le Capitole. Le Musée Gallo-Romain ouvre ses portes en mars 1990.

Les fouilles archéologiques, un projet d’envergure

Entre 1998 et 2012, l’intérêt du site suscite un projet de partenariat scientifique dirigé par Michel Reddé. Ce programme de fouilles triennales bénéficie du concours d’une équipe transfrontalière constituée des Universités de Fribourg-en-Brisgau et de Bâle. Le résultat de ces investigations a permis de mieux appréhender l’organisation urbaine et l’évolution de l’agglomération antique.

L’aire sacrée des temples à l’origine du site

1- Inscription sur autel votif, IIe siècle – A. Linder / Musée gallo-romain Biesheim

Un complexe religieux édifié en milieu marécageux, sur un îlot environné d’entrelacs d’anciens bras du Rhin, a mobilisé l’équipe suisse de l’Université de Bâle. La zone sacrée renferme plusieurs sanctuaires de type indigène (fana), de petites chapelles et d’autels bâtis en matériaux périssables. Précédant l’implantation du camp militaire, cette aire cultuelle fondée dès la 1re décennie du 1er siècle connaît plusieurs phases de remaniement jusqu’au milieu du 3e siècle, date de son abandon. Une épigraphe gravée sur un bloc de calcaire atteste l’existence d’un autel votif dédié à Mercure et Apollon.

Figurine de la déesse Isis, Ier siècle – A. Linder / Musée gallo-romain Biesheim

Une des caractéristiques du site d’Oedenburg est l’introduction précoce des religions orientales rapportées par les soldats et les marchands de passage. Cette évolution spirituelle est matérialisée par une figurine de la déesse égyptienne Isis-Fortuna découverte dans les principia du camp militaire, ainsi que par la présence d’un sanctuaire dédié au dieu perse Mithra.

L’armée romaine à Oedenburg

Le contexte géomorphologique, assurant protection et défense naturelle, a favorisé l’installation au Ier siècle, de deux camps successifs. Cette implantation militaire, vers 15–20, au sommet d’une île graveleuse bordée de paléo-chenaux sur les bords inondables du Rhin, se justifie par la situation stratégique du lieu. Le choix de cet emplacement est motivé par la présence d’un chenal navigable contigu au camp, donnant un accès direct au lit principal du Rhin. Le deuxième camp est définitivement abandonné vers 70–75.

Vaisselle provenant du camp militaire, Ier siècle – A. Linder / Musée gallo-romain Biesheim

L’exploration archéologique du site a dévoilé de nombreux objets appartenant au fourniment des soldats. L’équipement et l’armement des militaires stationnés dans les camps du Haut-Empire et des soldats occupant la forteresse tardive, sont exposés de manière permanente au musée.

L’extension de l’agglomération civile

Au début de notre ère, un habitat civil équipé d’ateliers artisanaux et de grands édifices publics s’implante aux abords du camp militaire. Cette agglomération va s’installer durablement et se développer le long de la voie menant au Rhin, jusqu’au IIIe siècle où la montée de la nappe phréatique met un terme définitif à l’occupation humaine sur les rives du fleuve.

Le programme de fouilles a mis en évidence une concentration urbaine d’une ampleur inédite au croisement des deux voies principales du site avec une continuité d’occupation humaine du Ier siècle à la fin du Ve siècle. Paradoxalement, si l’occupation du Haut-Empire se révèle dense, l’état actuel des recherches met en exergue l’absence de centre monumental et d’édifice public administratif au centre de cette agglomération.

Le renouveau urbain au Bas-Empire

Au cours de l’Antiquité tardive, la reprise d’activité est manifeste. Un relais routier (praetorium) et un palais fortifié de l’époque valentinienne, cibles des recherches de l’Université allemande, illustrent cette seconde apogée. Le praetorium, flanqué d’un espace thermal a été érigé au cours du IVe siècle. Des objets de parure et certains éléments vestimentaires provenant de ce complexe attestent l’introduction de mobilier de tradition germanique sur le site d’Oedenburg.

L’aménagement militaire fortifié, bâti au carrefour des deux voies principales, témoigne du dispositif de défense de la frontière rhénane au Bas-Empire. De très nombreux tessons de sigillée d’Argonne décorés à la molette mettent en évidence une occupation persistante de ce complexe jusqu’au milieu du Ve siècle.

Aureus de Néron, milieu Ier siècle – K. Faby / Musée gallo-romain Biesheim

De la fouille au musée

Faisant écho aux résultats des opérations archéologiques, les collections permanentes offrent un panorama de la civilisation gallo-romaine présentée par

espaces thématiques. La diversité des objets domestiques permet d’appréhender la vie quotidienne de la population civile, vu sous le prisme des rites funéraires, des croyances religieuses, des pratiques artisanales, etc. La présence militaire, prégnante sur le site, est mise en valeur par de nombreuses tuiles estampillées, l’armement et l’équipement des soldats ainsi que le harnachement des chevaux. La

reconstitution d’un bûcher à offrandes mis au jour dans la zone sacrée des temples, présente plus de 90 vases miniatures associés à des offrandes alimentaires. Une sélection de monnaies illustre l’importance des échanges commerciaux, la logistique militaire supposant un ravitaillement considérable de produits alimentaires et manufacturés, que l’armée doit se procurer et/ou importer.

Une intaille remarquable par ses dimensions et la qualité de sa gravure, constitue la pièce maîtresse des collections du Musée Gallo-Romain de Biesheim. Elle représente l’empereur Commode chevauchant un cheval cabré et foulant au pied un roi germain qu’il terrasse de sa lance. Ce bijou, daté du IIe siècle a été monté plus tardivement sur une plaque en or, agrémentée de trois cabochons en pâte de verre. Cet assemblage témoigne d’un réemploi tardo-antique du bijou.

Intaille dite de Commode, IIe siècle – A. Linder / Musée gallo-romain Biesheim


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
admin (16 août 2023). Le Musée Gallo-Romain de Biesheim-Oedenburg, un musée de site. Actualités des études anciennes. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tcau


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search