L’Antiquité fantasmée dans Indiana Jones et le cadran de la destinée de James Mangold

Intéressons-nous au cinquième volet des aventures du célèbre archéologue incarné par Harrison Ford, sorti sur nos écrans le 28 juin dernier, puisque celui-ci a pour contexte la période antique avec 3 grande références :

  • Un objet : la machine d’Anticythère (le cadran de la destinée du titre)
  • Un personnage historique : le savant Archimède
  • Un événement : le siège par l’armée romaine de la ville de Syracuse en 213 av. J.-C.

Comment le film traite-il donc ces éléments et les met en scène ?

Il ne s’agira pas ici de chercher et expliciter toutes les erreurs historiques et archéologiques du film. Indiana Jones est et a toujours été une fiction jouant sur nombre de stéréotypes et d’un imaginaire lié au métier d’archéologue[1]. Nous essayerons plutôt de comprendre comment il joue avec ces clichés et pourquoi. Soyez prévenus, nous allons parler du film dans son ensemble et notamment de sa dernière partie, en divulgâchant à tout va.

Commençons par le synopsis du long métrage avec son élément déclencheur : une machine venant de l’Antiquité et qui permettrait de trouver les coordonnées de failles temporelles afin de voyager dans le temps. En 1969, elle est recherchée par Jürgen Voller, un scientifique nazi qui souhaite revenir en 1939 pour changer le cours de la seconde Guerre Mondiale. L’archéologue américain Indiana Jones va l’affronter pour que cet objet finisse en sécurité dans un musée et non dans les mains de ce savant fou et de ses sbires. La machine étant cassée en deux parties, le film est une succession de courses poursuites pour retrouver les morceaux du mécanisme et les assembler. Le célèbre archéologue sera aidé dans sa quête par sa nièce et un jeune adolescent recueilli par celle-ci.

La machine est connue comme étant « le mécanisme d’Anticythère » car découverte par des pécheurs d’éponges au large de cette île grecque en 1900 dans l’épave d’une galère romaine reposant à 62 m de profondeur. Originale par sa conception, formée de nombreuses roues dentelées, elle reste incomplète avec plus d’une centaine de fragments. Les dernières études[2] tendent à prouver qu’il s’agissait d’une machine à calculer des positions astronomiques (soleil, lune et certaines de nos planètes comme Mercure ou Vénus) de manière très précise. C’est à partir de cette base que les scénaristes[3] ont greffé des éléments surnaturels autour du concept très utilisé dans la science-fiction du « voyage dans le temps »[4]. Chaque film d’Indiana Jones est lié à une relique ou un objet plus ou moins légendaire qui possède des pouvoirs « magiques » : l’arche d’alliance renferme des séraphins maléfiques, les pierres de Sankara deviennent incandescentes, le Graal guérît des blessures mortelles et les crânes de cristal font (re-)venir des extraterrestres[5]. Ce dernier opus va donc au bout de la logique de la franchise, car comme le fait comprendre Jürgen Voller : quel nouveau territoire peut-il y avoir après la découverte de l’espace[6] ? Réponse : repousser les limites du temps. Le machine d’Anticythère, par toutes les interprétations qu’elle a entrainée depuis sa découverte, est donc un parfait artefact pour conduire le héros à une nouvelle frontière entre science et surnaturel. 

Or, plus encore que dans les précédentes aventures d’Indiana, celui-ci associe l’objet à un personnage historique bien que nimbé de mystères : Archimède de Syracuse (né vers 287 av. J.-C. et mort en 212 av. J.-C.). Si ses traités notamment en géométrie et mathématiques nous sont parvenus, nous ne savons pas grand-chose de sa vie personnelle avec de nombreux épisodes repris, embellis ou inventés par des historiens postérieures comme celui de son célèbre « Euréka » raconté par l’architecte Vitruve environ 200 après sa mort[7]. C’est qu’Archimède est devenu l’un des premiers scientifiques antiques dont la vie a été en partie réécrite, contribuant à une véritable « mythologie du scientifique »[8]. Ainsi, là encore, il est assez habile pour les scénaristes de prendre un personnage à la lisière de l’histoire et du mythe. Il est le protagoniste idéal pour avoir conçu ce fameux cadran de la destinée, d’autant qu’à l’heure actuelle, les universitaires ne savent pas qui a pensé et construit cette machine. Archimède est parfois cité mais le nom de savants de l’île de Rhodes comme Hipparque ou Posidonios sont aussi avancés puisque la date de lancement du mécanisme pourrait être 178 av. J.-C. et donc postérieur au savant sicilien[9]. Donner un créateur à un objet archéologique est plus facile pour faire avancer l’intrigue, les héros essayant de se mettre dans la tête d’Archimède pour savoir où celui-ci a caché les différents éléments de sa machine. Il s’agit donc tant pour Indiana Jones que Jürgen Voller de reconstituer des éléments de sa vie, distillés au compte-goutte au grès des péripéties, dans une véritable chasse au cadran : Pourquoi Archimède aurait fait cela ? Où aurait-il pu cacher tel élément ? Que s’est-il passé pour qu’il agisse ainsi ? Il y a une course contre la montre manichéenne entre les « Gentils » et les « Méchants » pour être les premiers à saisir les gestes d’un homme du passé, dans un dialogue indirect. Archimède cache son invention des Romains tout comme Indiana Jones cache ses découvertes aux Nazis quand ces derniers le capture. Le film opère ainsi une identification entre le savant grec et l’archéologue américain, tous deux pétris de sciences et dont la vie est faite d’aventures. Cela a d’autant plus de sens qu’Indiana Jones finira par rencontrer en chair et en os Archimède, comprenant ainsi véritablement ses motivations autour de la machine. En effet, une fois le cadran de la destinée assemblé et actionné, l’avion où se trouve les héros et leurs ennemis passe dans une faille temporelle qui les emmènent non pas en 1939 mais à l’époque d’Archimède qui avait programmé ainsi son invention. Le savant sicilien et l’archéologue du New Jersey se parlent[10] et rester ensemble pour faire face à une mort certaine : les soldats romains du général Marcellus menacent de tuer Archimède et Indiana Jones a reçu une balle de pistolet dans le haut de corps qui saigne plus ou moins abondement[11]. La boucle serait ainsi bouclée, les deux hommes mourant en martyre au nom de la science. Si cette fin est logique, par une pirouette scénaristique, le film préfère conclure par un épilogue qui traite un autre aspect de la vie du célèbre archéologue[12].

L’événement central du scénario n’en reste pas moins le siège de la ville de Syracuse en 213 av. J.-C. Celui-ci est très vite annoncé puisque c’est lors de ce siège qu’Archimède perd la vie et que peu avant, il sépare en deux sa machine pour qu’elle ne tombe pas entre les mains de ses agresseurs. Il est donc assez logique que la dernière partie du film se déroule en Sicile. Les héros se retrouvent à Syracuse et on y voit des éléments architecturaux de la ville comme sa cathédrale baroque (avec des colonnes doriques d’un ancien temple d’Athéna) et les ruelles étroites de l’île d’Ortygie. Puis pour des raisons photogéniques, plusieurs lieux éloignés géographiquement sont en fait très proches spatialement dans le film : l’oreille de Dionysos (une carrière de pierre dont l’entrée ressemble à l‘oreille d’un faune) à Syracuse, les vestiges du temple d’Héra à Ségeste au nord-ouest de l’île puis ce qui ressemble aux gorges de la rivière Cassabile. Cela permet de donner une vision très « carte postale » de l’île, tant au niveau des paysages que de son héritage gréco-romain.

Une fois dans le passé, Indiana Jones débarque en plein durant le siège de la ville en 213 av. J-C. Les images nous projettent durant la deuxième guerre punique opposant les Romains aux Carthaginois. La cité de Syracuse, indépendante, a longtemps soutenu Rome lors du long règne (270-215 av. J.-C.) de son tyran Hiéron II. Son successeur et petit-fils Hiéronyme prend à rebours la politique de son aïeul en choisissant Carthage et se fait assassiner en 214 av. J-C[13]. Les Carthaginois gardent néanmoins toujours de l’influence dans la cité, ce qui pousse Rome sous la conduite de Marcus Claudius Marcellus à assiéger la ville. Tout ce contexte n’est pas expliqué dans le film où seul compte encore et toujours le grand savant grec et ses inventions. Selon les historiens latins[14], celui-ci a aider à la défense de la ville par plusieurs inventions et aménagements que l’on retrouve dans le film et décrits notamment par l’historien romain Tite-Live[15] : murailles épaisses, archères, machines de siège comme les fameux scorpions… Il y a aussi l’utilisation de miroirs réfléchissant les rayons du soleil pour brûler des navires. Ils sont attribués à Archimède mais leur existence est encore sujet à débat et expérimentations[16]. Dans le film, les Romains arrivent à accoster sur une plage où se trouve Archimède. Ce dernier est sorti de la ville pour aller à la rencontre de l’avion d’Indiana Jones et Jürgen Voller. Un soldat romain s’en prend à lui. Est-ce celui qui selon les historiens l’a effectivement tué, contre l’avis de Macellus[17]? L’assaillant est vaincu par un serviteur ce qui permet au savant de rencontrer Indiana Jones et sa nièce. Ce voyage dans le temps d’individus de 1969 change-il donc le cours de l’histoire et la mort d’Archimède ? Le film ne s’intéresse pas à ces conséquences puisqu’après la volonté de l’archéologue de rester à Syracuse, sa nièce le frappe pour qu’inconscient, elle puisse le ramener dans leur futur. La scène suivante se déroule en 1969 où Indiana Jones est de retour aux Etats-Unis et règle des problèmes familiaux. Nous n’en saurons donc pas plus sur le sort de la bataille et les conséquences d’un évènement aussi extraordinaire sur la vie d’Archimède et consort[18]. C’est comme si le scénario se refusait d’aller au bout de sa logique et cherchait à finir d’une manière rapide l’histoire de son héros.

Ces nouvelles aventures d’Indiana Jones sont donc assez riches pour saisir comment la machine Hollywoodienne peut prendre dans l’Histoire antique des éléments servant sa propre mythologie autour de héros aux multiples aventures. La machine d’Anticythère, Archimède et le siège de Syracuse sont des marqueurs historiques qui restent sous certains aspects mal connus des historiens et archéologues, ce qui permet au cinéma de l’imaginaire de les réinterpréter en les liant dans une intrigue à la lisière du fantastique.

Si d’un point de vue personnel le film nous a déplu par de nombreux aspects (beaucoup de scènes sont des hommages trop appuyés des précédents opus, les scènes d’actions sont répétitives, les personnages secondaires trop peu incarnés, les incohérences nombreuses…), on peut lui reconnaitre cette faculté à rendre vivant des éléments peu connus de l’histoire des sciences.

Cyrille Ballagy,

Docteur en muséologie
Chercheur associé – Univ. Lille, CNRS, UMR 8529-IRHiS, F-59000 Lille

[1] D’ailleurs le regard sur les archéologues est assez ambivalent sur ce personnage, voir par exemple l’émission «Blockbusters» sur France Inter du 11 août 2020

[2] Un mécanisme du cosmos dans le mécanisme grec antique d’Anticythère

[3] Ils sont quatre : Jez Butterworth, John-Henry Butterworth, David Koepp et James Mangold

[4] Depuis notamment le roman La Machine à explorer le temps de l’écrivain britannique H.G Wells, publié en 1895.

[5] Reliques que l’on retrouve dans l’ordre chronologique des films : Les aventuriers de l’arche perdue (1981), Le temple maudit (1984), La dernière croisade (1984) et Le Royaume du crâne de cristal (2008) réalisés par Steven Spielberg

[6] Si dans le film il fait référence aux hommes marchants sur la lune, le lien avec le précédent opus de 2008 et ses aliens est assez équivoque.

[7] De Architectura, IX,10

[8] Mireille Courrént, « Eurêka, eurêka. Archimède et la naissance de la mythologie de la science », Pallas [En ligne], 78 | 2009, mis en ligne le 13 janvier 2009, consulté le 11 juillet 2023

[9] https://www.geo.fr/histoire/la-date-de-demarrage-de-la-mysterieuse-machine-danticythere-enfin-elucidee-209354

[10] Conversant en grec moderne et non ancien.

[11] Un des nombreux non-sens du film, cette blessure ne semble pas vraiment l’handicaper durant les dernières 25 minutes du film.

[12] Son histoire d’amour avec le personnage de Marion Ravenwood jouée par Karen Allen.

[13] Tite Live, Histoire romaine, XXIV,6-7

[14] Polybe l’aborde dans son Histoire générale, Livre VIII, 3-7

[15] Histoire romaine, XXIV, 34

[16] « Archimedes Death Ray: Idea Feasibility Testing », sur Massachusetts Institute of Technology, octobre 2005

[17] Sur les différentes hypothèses sur la mort d’Archimède, voir Plutarque, Vie de Marcellus, XXV.

[18] Les scénaristes s’évitent ainsi d’expliciter le paradoxe des voyages dans le temps. À partir du moment où le passé est modifié, le futur aussi, qui modifie donc lui-même le passé, dans une boucle sans fin. Voir L’article de Sacha Bourgeois-Gironde « Les paradoxes du voyage dans le temps » dans Temps et Causalité, 2002, Presses Universitaires de France, Paris, pp 92 à 109.



Citer ce billet
Cyrille Ballaguy (2023, 8 septembre). L’Antiquité fantasmée dans Indiana Jones et le cadran de la destinée de James Mangold. Actualités des études anciennes. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tcb1

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search