Cicéron. Un philosophe en politique

Guérin ( C. ), Cicéron. Un philosophe en politique. – Paris : Calype, 2022. – 112 p. – ISBN : 978-2-494178-07-6

Crédit image. Première de couverture – Calype éditions

Dans cet ouvrage, C. Guérin réussit le tour de force de condenser la biographie de Cicéron en une petite centaine de pages. Ce livre prend place dans une entreprise nouvelle lancée par les éditions Calype, à travers la collection Destins. L’ambition de cette collection est de proposer des biographies à la fois synthétiques et nourries des apports les plus récents de la recherche. La vie de Cicéron se prête particulièrement bien à la mise en récit, avec ses renversements de fortune et sa trajectoire emblématique faite d’ascension, d’acmé et de déclin ; mais plus qu’une biographie, l’ouvrage de C. Guérin offre un condensé d’histoire culturelle et politique. L’auteur va bien au-delà de la narration plate et sèche des faits. La biographie qu’il propose de Cicéron est orientée par des lignes de force interprétatives très clairement posées dès l’introduction. C. Guérin cherche toujours à mettre au jour les structures profondes de la pensée et de l’action de Cicéron. Il parvient ainsi à ne jamais dissocier la figure de l’intellectuel et la figure du politique. Le chercheur ne cesse de nous montrer comment une existence individuelle s’avère indissociable des vicissitudes politiques et de l’évolution de la Rome républicaine.

Le premier chapitre ( « Trouver sa place »), consacrée à la formation de Cicéron, retrace les influences qui se sont exercées sur lui. C. Guérin insiste sur la rencontre entre rhétorique et philosophie, deux domaines que Cicéron ne se résoudra jamais à voir séparés. Le deuxième chapitre, intitulé « Un avocat prometteur » s’attache aux débuts de Cicéron et à l’achèvement de sa formation. L’analyse d’un texte de jeunesse, le début du Sur l’invention, met déjà au jour les polarités qui vont animer l’éloquence et la pensée politique de Cicéron : l’affrontement, d’un côté, entre la valeur civilisatrice du droit et de la parole, et de l’autre toutes les forces de chaos et de désagrégation de la cité.

Dans le chapitre 3 ( « Du tribunal à l’assemblée » ), C. Guérin restitue de manière toujours vivante, la manière dont Cicéron gravit les étapes du cursus honorum et parvient à inventer de nouveaux modes de légitimation politique et d’ascension sociale. L’auteur nous fait pénétrer dans la complexité des procédures et des enjeux de l’affaire opposant Cicéron à Verrès. Le chapitre montre comment Cicéron construit sa posture politique et morale d’orateur au service de l’intérêt général dans cet affrontement.

Le chapitre 4, intitulé « Le père de la patrie » est consacré au couronnement de ce cursus honorum par l’exercice du consulat et l’action de Cicéron dans l’affaire Catilina. C. Guérin arrive ainsi au moment où l’existence de Cicéron va être configurée en légende. En quelques pages remarquablement denses, l’auteur rappelle l’intensité des luttes politiques dans lesquelles prennent place des discours Les Catilinaires devenus monuments littéraires et morceaux d’anthologie. Cicéron se dresse en homme de la concordia, face à toutes ces forces de dissolution de la cité. Le format du livre est évidement trop court pour expliciter tous les enjeux de la conjuration et voir comment elle a été configurée en événement, mais en quelques pages l’auteur parvient à nous plonger au cœur de cette affaire qui va déterminer toute la suite de l’existence de Cicéron.

Le chapitre suivant ( « De Rome à Thessalonique et retour » ) nous introduit dans la partie déclinante de la carrière de Cicéron, après ce sommet qu’a constitué la conjuration. Il évoque la montée des ennemis dont la coalition pousse Cicéron à l’exil. Dans ce chapitre, C. Guérin fait le portrait d’un Cicéron réduit à l’impuissance politique, ballotté entre César et Pompée. L’auteur éclaire les difficultés du positionnement de Cicéron en ces temps troublés, sa recherche d’une forme de pragmatisme politique qui l’amène à des revirements et des contradictions. Le chapitre 6 ( « Une république des textes » ) s’attache à la période la plus prolifique de publications pour Cicéron. C. Guéron ne se contente nullement de faire un catalogue des ouvrages publiés dans cette période, mais souligne la portée de ce nouveau choix de vie, la transformation de l’écriture en un geste politique. Au moment où tout s’effondre, Cicéron cherche à fonder rationnellement le système politique et juridique romain dans le Sur les lois ou Sur la République. Dans le sillage des travaux de Claudia Moatti et de Carlos Lévy, C. Guérin insiste également sur la valeur politique que peut revêtir la forme dialoguée. A mesure que le pouvoir personnel des généraux resserre son emprise sur Rome, Cicéron recrée un espace virtuel de discussion dans ses œuvres philosophiques et s’éloigne de plus en plus de la tentation du dogmatisme.

Le chapitre 7 ( « Gouverner Rome après César » ) évoque enfin les derniers sursauts de Cicéron, sa lutte acharnée contre Antoine et la manière dont il espéra restaurer son magistère en exerçant son influence sur Octave. Ces nouveaux temps de troubles et de changements d’alliance conduisent à la mort de notre personnage. La conclusion amorce le sujet fascinant de la réception impériale de Cicéron et évoque brièvement la transformation de cette figure oratoire en pur objet de mémoire culturelle. Selon notre auteur, la réception impériale de Cicéron, notamment dans les écoles de rhétorique, en fait un exemple désincarné, qui vide le personnage de sa substance. On peut se demander pourtant si célébrer la fin de Cicéron comme fin à la fois de l’éloquence et de la République, peut être dénué de toute dimension politique. Cette thématique est au cœur des recherches récentes de C. Guérin. Nul doute que des travaux ultérieurs viendront préciser et discuter cette orientation.

                Dans le cadre réduit de cette biographie, C. Guérin parvient à livrer un portrait vivant de Cicéron, sans en faire une figure monolithique. Il ne cherche pas à effacer les contradictions qui ont jalonné ce parcours, la manière dont il a pu avoir recours à une forme de violence contre ses adversaires. Le format court de la collection pourra laisser sur leur faim les spécialistes. Elle conduit C. Guérin à laisser de côté des développements attendues sur la vie judiciaire de cette époque, sur la théorie rhétorique ou la philosophie de Cicéron ; mais cet ouvrage pourra toucher un large public et proposer une image renouvelée de notre personnage. Loin de la réception scolaire et parfois poussiéreuse de Cicéron, C. Guérin montre la modernité de ce personnage qui résonne avec les problématiques les plus contemporaines. Cicéron apparaît pleinement comme un penseur pour temps de crise et de bouleversements.

Raphaële Cytermann,

 Agrégée de lettres classiques et docteur en études latines


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Raphaële Cytermann (2 octobre 2023). Cicéron. Un philosophe en politique. Actualités des études anciennes. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tcbh


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search