24 heures de la vie de Socrate

Alexandre (S.), 24 heures de la vie de Socrate. -Paris : PUF, 2023. – 208p. – ISBN : 978213083635-3

Le dernier jour d’un condamné

Première de couverture de l'ouvrage

Crédit image. Première de couverture – PUF

« Ce matin-là, le coq chanta moins fort, un quart de ton plus haut, et nettement plus faux, le lait des chèvres tourna dans les seaux et les feuilles des oliviers séculaires se racornirent ». Ainsi commence le récit de la dernière journée de Socrate sous la plume joueuse et vive de Sandrine Alexandre, à qui l’on doit ce petit livre qui fait partie d’une récente collection éditoriale des PUF intitulée « 24 heures de… ». Socrate est ainsi le cinquième d’une série éclectique qui compte la RDA, un restaurant, Jésus et Rome sous Néron…

Spécialiste de philosophie ancienne, Sandrine Alexandre est incontestablement qualifiée pour traiter un sujet qui n’est pas nouveau, mais, chose plus rare, elle a aussi les qualités d’écriture qui font toute l’originalité de ce livre bien conçu, spirituel et élégamment érudit, grâce aux notes infrapaginales qui offrent au lecteur la possibilité d’aller voir plus loin s’il le désire. Le choix éditorial lui imposait de s’ancrer dans le quotidien socratique, et notamment dans le rapport du philosophe avec les institutions athéniennes, en suivant le fil narratif du Phédon. Les moments successifs de cette ultime journée deviennent des points de repère temporels et thématiques parfois appelés digressions. Ainsi le chapitre intitulé « L’aube d’un jour très spécial » est-il sous-titré « Digression sur le savoir », car il permet de faire le point sur la vie privée de Socrate et sur sa profession d’accoucheur de savoir ; la réplique prononcée par Xanthippe, l’épouse de Socrate, au matin de ce dernier jour (« il est injuste que tu meures »), rapportée par Diogène Laërce, est le point de départ de l’évocation du procès et du contexte judiciaire. Le chapitre « Une journée d’entretiens » est sous-titré « Digression sur la politique » parce que le propos porte sur l’attitude de Socrate à l’égard de la politique de sa cité et non sur le contenu des ultimes conversations de Socrate avec ses disciples que le Phédon révèle. L’anecdote qui décrit l’ultime bain du philosophe permet d’élargir le propos à la laideur socratique, à son mépris des apparences, et à sa réflexion sur la beauté des corps et la beauté de l’âme. Socrate déclare ensuite qu’il est temps de boire son poison alors même que le soleil n’est pas couché : sa réplique est l’occasion de réfléchir sur le rapport entre le philosophe et le kairos – perpétuellement en retard à ses rendez-vous, incongru dans son discours ; mais cet art du contretemps a surtout une valeur « performative » qui est celui du déploiement de la pensée. Enfin, le moment où Socrate porte la coupe à ses lèvres est l’occasion d’analyser non seulement la saveur et les composantes du poison mais aussi les rapports de Socrate avec les dieux. Dans un dernier volet très suggestif sur le « jour d’après », se dévoilent enfin les contradictions politiques d’une cité aux abois aussi prompte à condamner son philosophe qu’à lui ériger une statue juste après sa mort. L’auteur a un incontestable don de la formule – on relèvera par exemple les sous-titres évocateurs et saisissants « Politique du taon dans un pré de vaches », p. 82 ou « Portrait de Socrate en chat », p. 98. Au total, ce livre limpide au rythme alerte propose de façon attractive une approche originale et juste d’un personnage qui est devenu un mythe à part entière de la culture occidentale.

Pierre Pontier,

Sorbonne Université

Afin de favoriser l’accessibilité de nos contenus aux personnes malvoyantes, nos contenus textuels ne seront plus justifiés.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Pierre Pontier (9 octobre 2023). 24 heures de la vie de Socrate. Actualités des études anciennes. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tcbm


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search