Politique de la monnaie et de l’inflation dans l’Empire romain

Date. Vendredi 13 novembre 2023 de 18h30 à 19h30

Lieu. Hôtel Dupanloup, Salle Anatole France – Orleans

Les prix et la vitesse de circulation de la monnaie sont les deux variables par lesquelles s’ajuste la relation entre l’offre de monnaie et l’offre de biens réels. Depuis 2008, la création excessive de monnaie par les banques centrales a d’abord entraîné une inflation du prix des biens d’investissement, qui s’est ensuite propagée à partir de 2022 dans les biens de consommation.
Avant la création de la monnaie-papier et de la monnaie électronique, les prix réagissaient face à l’offre de métal – ainsi à la suite de l’exploitation à grande échelle des mines d’or et d’argent de la péninsule ibérique pendant la République romaine, ou encore au XVIe siècle avec l’afflux des métaux précieux du Nouveau Monde. Mais l’appauvrissement volontaire du contenu en métal précieux de la monnaie représentait la cause essentielle de l’inflation, que cela soit pendant la Guerre de Cent Ans ou dans l’Égypte de Cléopâtre.
Avec plus de mille ans de continuité politique, l’Empire romain puis byzantin offre un cadre d’étude exceptionnel de la monnaie dans la longue durée. Trois empereurs romains retiendront particulièrement notre attention du fait de la sophistication de leur politique monétaire : Néron, Marc-Aurèle, et Dioclétien. À travers leurs règnes, nous explorons toute la gamme des décisions de politique économique que l’ancien monde pouvait offrir face aux risques permanents de dislocation monétaire et politique. 

Intervention de Gilles Bransbourg, directeur Exécutif de l’American Numismatic Society (New York) et chercheur associé à l’IRAMAT (Orléans)

Gilles Bransbourg, économiste et historien, consacre ses travaux à l’histoire économique, avec un accent sur l’histoire comparée. Ses publications les plus récentes abordent la modernité des phénomènes économiques et des politiques fiscales et monétaires du monde romain, incluant leur rapport au monde contemporain. Il travaille parallèlement sur l’inflation et la répartition des richesses dans la longue durée.
Affilié à de multiples instituts de recherche, dont IRAMAT à Orléans, ainsi que l’Institute for the Study of the Ancient World (NYU), et le laboratoire Monde byzantin, Orient & Méditerranée, rattaché au CNRS, Sorbonne, EPHE, et Collège de France, Gilles Bransbourg dirige l’American Numismatic Society depuis 2019. Fondée en 1858, seconde plus ancienne institution culturelle de New-York, l’ANS possède la plus importante collection privée d’objets monétaires au monde, avec près de 800 000 pièces couvrant plus de 4000 ans d’histoire. 
Chevalier dans l’Ordre des Palmes Académiques, récemment chercheur invité à l’American Academy de Rome, titulaire d’un doctorat de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales à Paris, Gilles Bransbourg est l’invité d’institutions aussi variées que l’Université de Chicago, Yale, Columbia, et NYU aux Etats-Unis, l’université de St Andrews et celle de Warwick au Royaume-Uni, ainsi que de nombreuses institutions universitaires en France et en Italie notamment, incluant dernièrement l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres.

Source 

Afin de favoriser l’accessibilité de nos contenus aux personnes malvoyantes, nos contenus textuels ne seront plus justifiés.



Citer ce billet
admin (2023, 12 octobre). Politique de la monnaie et de l’inflation dans l’Empire romain. Actualités des études anciennes. Consulté le 1 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tcbo

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search