Gradatim. I. Le Latin pas à pas

Ego (L.), Samoy (M.) & Golvin (J.-C.) pour les illustrations, Gradatim. I. Le Latin pas à pas. – Paris : Les Belles Lettres / La vie des classiques, 2023. – 230 p. – ISBN : 9782377750580

Première de couverture de l'ouvrage

Crédit image. Première de couverture – Les Belles Lettres / La vie des Classiques

Rosa, rosa, rosam… Qu’il est loin le temps où, comme dans la chanson de Jacques Brel, les collégiens ânonnaient les déclinaisons latines ! Aujourd’hui on peut apprendre le latin d’une façon ludique et en quelque sorte par imprégnation ! C’est ce que propose Gradatim. Le latin pas à pas de Lucas Ego (= L.E.) et Mickaël Samoy (= M.S.). Certes, depuis les années 50 du siècle dernier, ce n’est pas le premier manuel qui suggère un nouveau mode d’apprentissage de cette langue ancienne. Toutefois, outre qu’il tient compte de la réduction des horaires, l’originalité de celui-ci est de combiner la méthode dite active et la méthode grammaticale traditionnelle. Ce qui vient d’être publié n’est, d’ailleurs, que le début de ce manuel, puisqu’on n’y trouve que les deux premières déclinaisons nominales, certains temps et certains modes de l’actif des verbes réguliers et de quelques verbes irréguliers, les pronoms et un vocabulaire de base (le lexique final contient un peu moins de 800 entrées en comptant les noms propres et les parfaits de verbes donnés séparément de leur présent). Les auteurs indiquent qu’ils préparent la suite.

L’ouvrage est destiné aux débutants, qu’ils soient dans l’enseignement secondaire ou supérieur et, par conséquent, accompagnés par un professeur, ou qu’ils soient isolés et se lancent dans cette étude en autodidactes. Les auteurs visent aussi ceux qui ont acquis quelques notions des années auparavant et souhaitent se rafraîchir la mémoire.

Le livre comprend cinq chapitres constitués pour les quatre premiers de quatre leçons et de cinq leçons pour le cinquième. Il se veut le récit d’une histoire, celle de la classe d’un maître, Lucius, et de ses quatre élèves, Publius, Claudia, Titus et Aemilia, les uns et les autres bien individualisés psychologiquement. Cette histoire est racontée en latin, avec des phrases très simples, au début inventées par L.E. et M.S., et du vocabulaire dont le sens est indiqué. Ce scenario permet d’établir une connivence avec les apprenants d’aujourd’hui qui reconnaîtront des situations toujours d’actualité : des amourettes, des bagarres, des « cours séchés », un repas dans un « fast food », etc. On a aussi un aperçu de l’enseignement  tel qu’il se pratiquait à l’époque, à l’aide de récits où les jeunes puisaient des leçons d’histoire, de littérature, de morale, etc. Le professeur Lucius parle à ces quatre adolescents de personnages mythologiques comme Saturne, ou épiques comme Achille, d’épisodes de la guerre de Troie, de Thésée (mais on ne sait pas dans quelle source il a trouvé que le Minotaure était fils de Minos ainsi qu’il est dit p. 39 et dans les pages suivantes ; d’habitude ce monstre est donné comme le fruit des amours de Pasiphaé, femme de Minos, et d’un taureau, lors d’un adultère voulu par le dieu Poséidon pour punir Minos de ne pas avoir tenu sa parole). Lucius évoque aussi quelques aventures d’Énée, des moments importants de la fondation de Rome. Vers la fin de l’ouvrage, certains de ces passages sont des récritures d’auteurs fameux, Homère, Virgile, Tite-Live — ce qui est un véritable tour de force pour qui n’use que des deux premières déclinaisons —, avec en notes, au besoin, les éclaircissements nécessaires. Grâce à ces récits, les utilisateurs du manuel acquerront des connaissances sur la vie quotidienne dans l’Vrbs, sur l’histoire, la civilisation et se cultiveront (quelques étymologies et l’origine d’expressions françaises sont signalées au passage). L.E. et M.S. suggèrent même que les enseignants pourront ad libitum y ajouter des compléments historiques, des commentaires, replacer les textes sources (dont les références sont fournies) dans leur contexte littéraire et en montrer les enjeux aux élèves. La langue de ces passages étant de plus en plus élaborée à mesure que les apprenants avancent, ceux-ci augmenteront peu à peu leurs connaissances grammaticales. De surcroît, la plupart de ces histoires sont présentées sous forme de dialogues au style direct, de sorte que les élèves pourront se répartir les rôles dans une lecture à voix haute, apprendre ces phrases latines par cœur et les jouer ensuite comme une saynète, — le cas échéant, ajouterai-je, en « brodant », ou en extrapolant sous forme de conversations entre eux en latin grâce au vocabulaire acquis.

Chaque chapitre commence par une introduction qui annonce les éléments culturels auxquels il fera allusion, puis les éléments grammaticaux qui vont être abordés. Toutes les leçons contenues dans ces chapitres suivent le même plan : un récit d’une page environ en latin (à peu près 200 mots), une illustration de ce récit qui aide à le comprendre d’autant plus qu’elle est accompagnée d’une légende et d’annotations latines et contient parfois des « bulles » comme dans les BD illustrant également des points de grammaire, la traduction française du vocabulaire nouveau utilisé à assimiler (environ 30 mots nouveaux par leçon), une leçon de grammaire en français concernant les faits linguistiques qui apparaissent dans le texte, puis des exercices dont la difficulté est indiquée par un nombre d’astérisques plus ou moins grand, tels que reconnaître le cas de mots donnés, les changer de cas, écrire un mot au cas demandé, compléter des phrases à trous, corriger des phrases contenant des fautes, traduire des phrases françaises en latin, traduire des phrases latines en français, répondre en latin à des questions en latin, récrire au présent un passage en latin au passé, résumer au passé l’histoire de la naissance de Rémus et Romulus, etc. L’éditeur précise que les corrigés et des compléments pédagogiques se trouvent sur le site web de « La vie des classiques ».

À mon avis, sauf peut-être avec ceux qui veulent raviver leurs souvenirs, les enseignants auront une tâche importante. Comment par exemple un débutant comprendrait-il tout seul au commencement du livre (chap. I, leçon 2) qu’on lise dans le texte p. 16 libros et pueros et dans le vocabulaire p. 17 « liber, m : livre » et « puer, m : un garçon » alors que la notion de radical n’a pas été évoquée ? À la p.102, les deux génitifs de nos, nostri et nostrum sont bien indiqués (de même que uestri et uestrum pour uos), mais rien ne dit quelle est la différence entre les deux formes. Un grand commençant ne sera-t-il pas surpris de lire p. 171 : « sisto, -is, -ere, stiti : arrêter » et p. 174 : « sisto, -is, -ere, steti » ; peut-être faudrait-il lui faire savoir que si l’on trouve parfois steti, c’est plutôt dans des textes juridiques tardifs et que lorsqu’on rencontre cette forme chez Virgile ou Tite-Live, elle peut être rattachée à stare. De même on lit dans le vocabulaire des leçons et dans les lexiques « incola, -ae, f : habitant (un) » ; il faudra donc un enseignant pour expliquer que ce mot est certes parfois féminin si la personne qui habite un endroit est du genre féminin, mais qu’on l’emploie le plus souvent au masculin. À la p. 154, dans l’exercice G qui demande de faire passer le verbe de l’imparfait au parfait (il ne s’agit donc pas d’un exercice où l’élève devrait corriger une forme volontairement erronée), personnellement je n’ai pas trouvé de verbe *abio dont l’imparfait serait la forme abiebas donnée au n° 13, à moins qu’il ne s’agisse d’une coquille pour abibas de abeo, -ire, car ce manuel n’est pas exempt de scories, ainsi p. 31 « aux cas où leur terminaison sont identiques », p. 51 inversion de la 2ème et de la 3ème pers. sing. du verbe desum, p. 111 « différents complément circonstanciels », p. 141 tetenditis pour la 2ème pers. pl. du parfait de l’indicatif de tendo, -ere, dans un exercice où il s’agit de « traduire les verbes en français au bon temps » et non de corriger une forme sciemment inexacte, etc.

À la fin du livre figurent les traductions françaises des textes latins qui ouvrent les leçons afin que l’apprenant soit en mesure de vérifier s’il les a bien compris. Puis viennent des indications sur la quantité des syllabes et l’accent tonique (mais les auteurs ne disent pas si les élèves devront les respecter lors des exercices oraux). Jusqu’à la p. 184, l’apprentissage des notions grammaticales s’est fait petit à petit (d’où le titre de Gradatim que porte ce manuel et son sous-titre « Le latin pas à pas »), selon ce que demandaient les phrases proposées et par association d’idées : ainsi au chap. I, leçon 1, apparaît le verbe être dans des phrases comportant sujet et attribut mais sans qu’il soit fait mention de leur cas ;  c’est à la leçon 2 qu’est présenté grammaticalement le nominatif,  ainsi que le présent de l’indicatif actif  des verbes réguliers et l’accusatif , et ainsi de suite, alors qu’à la fin du manuel une annexe offre les tableaux complets pour la première et la deuxième déclinaisons, pour les pronoms-adjectifs, pour les temps et les modes vus dans l’ouvrage des conjugaisons à l’actif des verbes réguliers et de quelques verbes irréguliers. Comme dans les leçons, un code couleur variant avec le cas est affecté aux désinences. Le livre se termine par un lexique latin-français, un lexique français-latin, un index grammatical et une table des illustrations. La table des matières est plus qu’une simple liste, car elle signale d’une façon détaillée, outre le thème de chaque leçon, les faits de langue qui y sont étudiés.

En préambule, L.E. et M.S. indiquent comment ils conçoivent l’emploi de ce manuel en classe et hors classe après avoir énoncé les principes qui les ont guidés dans sa confection dont le dernier est « apprendre par l’image ». Les illustrations, en effet, ne servent pas seulement à séduire par leur beauté. Assurément, elles le font, car elles sont dues à Jean-Claude Golvin, aquarelliste de grand talent ; mais Jean-Claude Golvin est aussi architecte et archéologue. Il a été directeur de recherche au CNRS, rattaché à l’Université de Bordeaux III ; ses peintures reposent sur des connaissances scientifiques incontestables et ont donc une valeur didactique indubitable concernant les realia. L.E. et M.S. souhaitent (p. 5) qu’elles incitent les élèves à poser des questions et permettent ainsi aux professeurs des développements sur les sujets représentés. Dans ces conditions, il est dommage que, p. 100, la chevelure d’Achille soit brune, alors que les poètes postérieurs à l’Iliade et les Tragiques, évoquant la ruse adoptée pour empêcher le jeune héros de prendre part à l’expédition contre Troie où un oracle avait annoncé qu’il mourrait, racontent qu’il avait été envoyé habillé en fille à la cour du roi Scyros où « on l’appelait Pyrrha (c’est-à-dire “la Rousse”) à cause de ses cheveux d’un blond ardent », écrit P. Grimal[1] !

 

Lucienne Deschamps,

Université Bordeaux Montaigne, UMR 5607 Institut Ausonius

[1] P. Grimal, Dictionnaire de la mythologie grecque et romaine, Paris 1958 (2e éd.), s.u. Achille, p. 6.

Afin de favoriser l’accessibilité et la visibilité de nos contenus, les textes ne seront plus justifiés.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Lucienne Deschamps (16 octobre 2023). Gradatim. I. Le Latin pas à pas. Actualités des études anciennes. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tcbq


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search