Intrigue en Egypte

Goetz (A.), Intrigue en Egypte. – Paris : Le Livre de Poche, 2023. – 312p. – ISBN : 9782253078753

Crédit image. Première de couverture Le Livre de Poche

           Pénélope Breuil, sous la plume de son créateur Adrien Goetz, part pour une nouvelle enquête : après Versailles ou encore Venise, c’est vers l’Égypte que l’auteur promet de nous emmener. Ce dernier étant historien de l’art, ce voyage passe obligatoirement par la (re)découverte de nombreuses œuvres conduisant à une intrigue cachée au sein de certaines d’entre elles. Au musée du Louvre, l’héroïne veille sur les trésors de l’Égypte tardive préservés dans cette institution de renommée mondiale. Alors qu’elle se dirige vers l’Égypte afin d’entamer un travail de terrain, Pénélope et son équipe apprennent qu’un évènement a eu lieu au palais du Tau de Reims : une bague au nom de Néfertiti y a été volée. Cet objet aurait été apporté dans la cité des sacres par un don de l’impératrice Eugénie après la chute du Second Empire (p. 115). C’est à ce moment que la famille Bonaparte et l’Égypte commencent à être liées l’une à l’autre dans le cadre du roman. Au fil des pages, l’auteur développe un mystère gardé au sein de la dynastie impériale, un secret qui peut remettre en cause la légitimité de ces nouveaux souverains…

 

Débutons par un constat un peu dur : le titre est exagéré. Certes, il y a bien une intrigue, mais l’ajout de « en Égypte » trompe un peu le lecteur, surtout celui qui cherche l’exotisme du pays. Dans l’ouvrage, ni expédition à la recherche d’un indice dans la salle hypostyle de Karnak, ni découverte d’un mystérieux temple perdu sous les dunes du désert ; même le site archéologique où Pénélope se rend n’est que peu présenté. En réalité, le sujet principal est l’histoire de la famille impériale française du XIXe siècle et, étant donné l’intérêt de Bonaparte pour le pays des pharaons, la vallée du Nil est ici plus un sujet par ricochet qui n’apparaît qu’en arrière-fond lointain et ayant des conséquences mineures sur l’histoire.

 

            Malgré un titre qui, à notre humble avis, est inadéquat, le livre comprend tout de même plusieurs références à l’Égypte ancienne, en particulier des objets conservés au musée du Louvre. Ainsi, l’intrigue est provoquée par une bague portant le cartouche d’une reine égyptienne célèbre. Si celle de Reims est fictionnelle, elle a une jumelle au Louvre (p. 113) qui est bien réelle : la fiction côtoie ici la réalité. Pour intensifier le mystère probablement, l’auteur souligne la curiosité d’avoir au Second Empire une bague de Néfertiti alors que la ville de Tell el-Amarna – la capitale de la reine et son époux Akhénaton – n’était pas encore connue (p. 113-114, 147). Dans les faits, le site archéologique est connu depuis Louis XIV et plusieurs explorateurs y passèrent depuis, sans forcément il est vrai reconnaître la valeur du lieu et la particularité de ses fondateurs Akhénaton et Néfertiti. Il faut alors attendre plusieurs décennies pour que les premières idées, comme celle du monothéisme, apparaissent, mais celles-ci naissent justement quelques années avant que Louis-Napoléon Bonaparte ne devienne empereur. Nos connaissances sur la période amarnienne étaient certes très limitées, mais les souverains de la période avaient été révélés.

            Parmi les autres trésors du Louvre mentionnés figurent ceux qui peuvent marquer le visiteur du musée, à l’image du mastaba d’Akhethétep (p. 25, 30). En effet, la reconstitution de cette chapelle funéraire offre à tous les visiteurs la possibilité d’être dans un monument et non plus face à des objets à l’abri derrière des vitrines, changeant en partie l’expérience qu’ils peuvent ressentir. Si la place particulière que prend le vestige dans l’aménagement des galeries égyptologiques du musée justifie son évocation dans l’ouvrage, sa rénovation récente a été possible grâce à un financement issu notamment d’un mécénat ouvert à tous lancé en 2016, soit avant la publication du récit présenté, et donc peut-être au moment de la rédaction de celui-ci. Un autre objet évoqué et marquant par sa mise en valeur dans une « crypte » individuelle est le sphinx de Tanis (p. 30). L’auteur précise qu’il date de Ramsès II (p. 38), mais cet être chimérique – dont l’histoire est particulièrement complexe – date plutôt du successeur du monarque, le pharaon Mérenptah qui y a d’ailleurs inscrit son nom. Enfin, nous pourrons nous interroger sur le choix de citer le sarcophage d’Iroubastetoudjaentchaou (p. 20) et pas un autre dont le nom du propriétaire serait bien plus facile à lire pour les lecteurs ; à moins que cela n’apporte un caractère quelque peu exotique. Nous émettons l’hypothèse, étant donné la fonction de l’auteur à la revue du musée Grande Galerie, que c’est dans certains de ces numéros qu’il a trouvé l’inspiration, l’objet ayant été transféré de la Bibliothèque-musée de l’Opéra vers le Louvre en 2017. En dehors du Louvre, le buste de Néfertiti à Berlin (p. 45) et une statue-cube de la 20e dynastie conservée au Caire (p. 215) par exemple bénéficient d’une courte mention ; celle de la célèbre représentation de l’épouse d’Akhénaton conservée dans la capitale allemande, comme sa présence en page de couverture de l’édition du Livre de Poche, nous rappelle que le récit se déroule sans raison apparente en 2012, mais peut-être est-ce parce que le musée berlinois a fêté cette année-là le centenaire de la découverte du buste ?

En plus de quelques objets, des évènements liés à l’égyptologie sont aussi évoqués en quelques mots : le mathématicien Gaspard Monge qui est monté au sommet d’une pyramide au moment de l’Expédition d’Égypte (p. 14), l’accident de la barbe de Toutânkhamon (p. 46), le moment où Cléopâtre se serait cachée dans un tapis pour rencontrer Jules César (p. 47). Enfin, pour l’anecdote, et contrairement à ce qui est écrit (p. 70), il est encore possible aujourd’hui de trouver pour un prix tout à fait raisonnable le catalogue de l’exposition sur Ramsès II organisée au Grand Palais en 1976 !

            À côté des œuvres égyptiennes du Louvre, des tableaux sont régulièrement présentés au fil des pages. L’auteur étant historien de l’art, il profite de ses connaissances pour multiplier les références, qu’elles soient de simples évocations ou qu’elles jouissent d’un développement plus important. Pour un égyptologue, c’est le Napoléon Bonaparte devant les pyramides, contemplant la momie d’un roi (Orange, 1895) qui attire le plus l’attention. La momie serait celle du pharaon Séthy Ier puisque celle-ci a été découverte à l’époque lors de laquelle le peintre réalise son œuvre (p. 222). La chronologie pourrait effectivement correspondre puisque le corps du monarque a été trouvé une quinzaine d’années avant l’achèvement de l’œuvre, en 1881 dans la célèbre « cachette royale de Deir el-Bahari » et la momie est libérée de ses bandelettes en 1886. Cependant, d’autres pharaons bien plus connus étaient également entreposés dans la cachette et ont donc été découverts en même temps, et « déshabillés » également en 1886 : citons pour servir d’exemples Ramsès II et Ramsès III. Une représentation de Sethy Ier par Orange nous semble donc non assurée.

Pour terminer, les égyptologues ne peuvent qu’arborer un sourire en lisant l’évocation des papiers administratifs à montrer sur les routes égyptiennes (p. 137), avec des contrôles plus ou moins importants selon les périodes, ou celle de l’Institut français d’archéologie orientale (IFAO), abrité dans le palais Mounira avec son exceptionnelle imprimerie, et de l’Institut d’Égypte établit sur un terrain voisin (p. 243-244) ; un lycée français du Caire serait baptisé du nom de la célèbre Christiane Desroches Noblecourt mais, sans trace de cette information à notre connaissance, il nous semble qu’il s’agit alors ici d’un clin d’œil à une importante chercheuse, tout comme l’auteur mentionne Champollion au détour d’une phrase (p. 127).

 

En conclusion, le livre comprend un grand nombre d’informations basées sur une solide recherche de l’auteur, comme en témoigne la bibliographie placée à la fin du récit. En universitaire, Adrien Goetz expose et invite ensuite à aller plus loin. Si l’Égypte nous semble être un personnage secondaire dans le récit, l’histoire des familles dirigeantes françaises entre 1750 et 1850 environ repose sur des vérités historiques et seule la conclusion apparaît comme fictionnelle, même si la littérature autour de la survivance d’un homme de la Révolution est assurément abondante. Pour tous les clins d’œil déposés sur les pages, Intrigue en Égypte fait sans aucun doute passer un bon moment chez celles et ceux pour qui la culture générale prend une place importante.

            Nous avons essayé de ne pas divulgâcher la finalité de l’ouvrage en dévoilant le mystère, mais nous terminons notre papier par un arbre généalogique qui peut accompagner le lecteur pour qui les histoires familiales des maisons Bourbon et Bonaparte restent obscurs. Il est en effet facile de se perdre en elles au fil des pages…

 

Arbre généalogique des maisons Bourbon et Bonaparte produit par Thomas Gamelin

 

Thomas Gamelin,

Docteur en égyptologie et chargé d’enseignement – Université de Lille


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Thomas Gamelin (30 octobre 2023). Intrigue en Egypte. Actualités des études anciennes. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tcc0


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search