Les femmes sacralisées de l’Antiquité tardive, entre Orient et Occident

Date butoir. Lundi 20 novembre 2023

Date du colloque. Mercredi 5 et jeudi 6 juin 2024

Lieu. Maison de la Recherche de la rue Serpente – Paris

« Elles qui ont reçu à la naissance la faiblesse physique, le Christ les a rendues fortes par la foi. »
Lorsqu’il commence sa Vie de Radegonde, à la fin du VIe siècle, Venance Fortunat souligne deux points essentiels de sa pensée sur la sainteté féminine : le fait d’écrire la vie d’une femme, et non d’un homme, présente des spécificités propres au genre de l’héroïne ; toutefois, la valeur spirituelle et exemplaire que véhicule la figure centrale de l’hagiographie demeure inchangée. De fait, en dépit du prisme déformant de sources dominées par les points de vue masculins, il apparaît que les femmes occupèrent une place cruciale dans l’expansion de plusieurs religions missionnaires, prosélytes ou diasporiques aux prétentions universalistes (christianisme, mazdéisme, judaïsme, bouddhisme, islam notamment) au cours de l’Antiquité tardive. Si, bien souvent, les personnages fondateurs comme les membres des différents clergés étaient et demeurent encore uniquement composés d’hommes, il serait fallacieux de considérer que les femmes n’auraient pas joué un rôle prépondérant dans ces développements religieux, que ce soit en tant qu’actrices des événements ou en tant que figures exemplaires représentées après leur mort dans les sources hagiographiques. Même si les sociétés anciennes étaient traversées par des inégalités de genre évidentes, ces femmes sacralisées – saintes, moniales, martyres, enseignantes, ascètes et charismatiques, parfois même figures divinisées – ont marqué l’histoire et l’évolution de leurs communautés par leurs actions et leur mémoire.
L’objectif de ce colloque sera donc de questionner l’importance du paradigme du genre dans la représentation des figures religieuses féminines sur une vaste zone géographique, allant de l’ouest du bassin méditerranéen jusqu’à l’Asie orientale. Ce questionnement se déploie dans plusieurs directions. Un premier enjeu relève tout d’abord de l’ordre de l’histoire de la spiritualité. La sainteté et la religiosité féminine étaient-elles pensées et données à voir différemment de celles des hommes ? Y avait-il une invitation à des pratiques spirituelles genrées ou, au contraire, un effacement des différences de genre quand il s’agissait d’enjeux religieux ? De leur vivant comme après leur mort, ces femmes sacralisées faisaient-elles l’objet d’un culte spécifique ? Il s’agit tout autant d’une interrogation d’ordre sociologique. Quels rôles occupaient ces femmes sacralisées et honorées dans leurs communautés civiques ou religieuses ? Qu’en est-il des fonctions qu’elles revendiquaient, des responsabilités qui leur étaient cédées, des prérogatives qui pouvaient leur être spécifiquement réservées ? Y a-t-il un décalage net entre ce que les sources juridiques et hagiographiques nous rapportent ? Ces attributions sont-elles des innovations de l’Antiquité tardive ou relèvent-elles éventuellement d’un héritage provenant de traditions antérieures ?
Une troisième piste conduit à un enjeu plus spécifiquement mémoriel. Y avait-il une mémoire hagiographique spécifiquement féminine ? Les femmes sacralisées pouvaient-elles endosser les mêmes rôles fondateurs, unificateurs ou protecteurs à l’échelle locale que leurs parèdres masculins ? Étaient-elles plus ou moins fréquemment associées par les sources à des figures masculines, tel un père ou un mari, reproduisant le statut légal qu’elles possédaient dans la société profane, ou bien le fait d’être connues grâce à leur foi ou leur charisme spirituel leur permettait-il d’accéder à une mémoire indépendante ?
Le questionnement est enfin d’ordre géographique et comparatiste. Il s’agira de mettre en regard différentes régions et diverses aires culturelles pour dégager les traits communs dans les représentations de ces femmes sacralisées, relevant de la même période tardo-antique, ainsi que de pointer, en retour, les spécificités propres aux courants religieux, aux sociétés et aux territoires concernés. Les contacts interculturels à travers les sources de l’histoire globale et connectée seront attentivement examinés.
Pour considérer ces problèmes de recherche, le champ d’investigation porte sur les femmes sacralisées, réelles ou légendaires, de l’Antiquité tardive dans ses bornes largement admises (fin IIe -VIIe siècle). Le cadrage spatial particulièrement vaste, à l’échelle des continents eurasiatique et africain, tout comme l’ouverture interdisciplinaire aux différentes sciences de l’Antiquité, ont pour mot d’ordre le décloisonnement du regard. Une attention toute particulière sera accordée aux contributions capables de placer leur objet de recherche dans une approche comparée, ou du moins plus générale de la question, devant permettre de cerner les spécificités ainsi que les points communs qui ont trait à l’histoire de ces figures féminines ayant entretenu un rapport particulier au sacré.

Pour des raisons liées à l’organisation et au financement du colloque, les personnes souhaitant participer à l’événement sont invitées à se signaler dès que possible, avant le 20 novembre 2023. La date limite pour la soumission des propositions est fixée au 15 janvier 2024. Les propositions de communications (600 mots maximum), accompagnées d’un bref curriculum uitae, devront être envoyées à l’adresse suivante : colloque-femmes@sacralisees@laposte.net. Une publication des actes de ce colloque est envisagée sous la forme d’un ouvrage collectif.



Citer ce billet
admin (2023, 9 novembre). Les femmes sacralisées de l’Antiquité tardive, entre Orient et Occident. Actualités des études anciennes. Consulté le 21 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tcc8

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search