Secrets d’histoire  : Vercingétorix, le premier des Gaulois

Secrets d’histoire  : Vercingétorix, le premier des Gaulois – magazine présenté par Stéphane Bern, diffusé le mercredi 18 octobre 2023 sur France 3

C’est, comme d’habitude, une émission bien faite que nous présente Stéphane Bern. Les séquences font alterner la partie narrative et les évocations de la vie quotidienne des Gaulois. Les figurants, Gaulois en braies et Romains en tenue de combat, les reconstitutions, en 3D ou réelles, d’un temple gaulois, de l’oppidum de Bibracte, des fortifications d’Alésia…, tout concourt au plaisir des yeux et à l’instruction des esprits. Il est même amusant de constater à quel point l’acteur qui joue César ressemble au César de la peinture de Lionel Royer représentant la reddition de Vercingétorix. Quant au jeune homme qui joue le héros gaulois, hormis une pilosité superflue et désordonnée, il n’y a rien à lui reprocher. Stéphane Bern orchestre avec efficacité et bonne humeur l’ensemble de l’émission, se réservant, à son habitude, les plages de transition, entre le récit biographique du héros et les séquences consacrées aux realia des Gaulois.

La trame narrative suit chronologiquement ce qu’on peut savoir de la vie du personnage. Aucune erreur majeure n’y a été relevée, seulement quelques approximations  : Vercingétorix a rassemblé, le premier et le seul, un maximum de peuples gaulois, mais non « toute la Gaule » ; au début, il ne soulève pas seulement « les paysans », mais, dit César, « des gens de sac et de corde », autrement dit des brigands et des « soldats perdus » ; quant à la religion druidique, elle est vue, de manière très positive, à travers les druides dépositaires de sagesse et de savoir, sans qu’on dise qu’elle était d’une cruauté (sacrifices humains) qui conduisit Rome à l’interdire. On passera sur quelques incongruités proférées par les habitués de l’émission  : Vercingétorix « bête noire » de César ; « un Che Guevara antique » ; « les Romains n’étaient pas des tendres », « c’était un otage, mais il avait le droit de se déplacer », etc. On grince un peu des dents, et on passe vite au meilleur.

Car, dès que la parole est donnée aux spécialistes, il n’y a plus rien à redire. Leurs brèves interventions sont extraites de prises de vue et d’entretiens – généralement plus longs ; je le sais d’expérience -, mais elles sont bien choisies, claires et pertinentes. Il faut dire que le carnet d’adresses de Stéphane Bern, composé ici d’une douzaine d’historiens, d’archéologues, de conservateurs, etc., est non seulement bien ciblé, mais impressionnant. Le récit prend en compte les acquis les plus récents de la recherche historique ou archéologique, y compris dans ses hypothèses, transformées ici en certitudes. Ainsi, par exemple, de l’exécution de Celtill  : fut-il vraiment brûlé vif ? Le récit retient, à juste titre selon moi, la mention, fournie par Dion Cassius et Orose, de l’amicitia entre César et Vercingétorix, interprétable comme signifiant probablement – mais dans l’émission c’est une certitude – que le jeune homme servit un temps dans l’armée de César, probablement à la tête d’une unité auxiliaire, peut-être comme otage (terme diplomatique, qui n’a pas du tout le sens tragiquement actuel – ce qu’il aurait fallu dire). Eut-il, après sa reddition, une ultime entrevue avec César ? Dion Cassius l’affirme et l’émission considère cet entretien comme un fait certain, puisqu’elle la met en scène.

On regrettera cependant que n’apparaisse pas clairement dans l’émission la stratégie constante du chef gaulois  : fixer César en un point pour écraser le corps expéditionnaire romain. Vercingétorix essaya à Avaricum et échoua si piteusement que les Gaulois le soupçonnèrent d’être complice de César (détail tu dans l’émission) ; il faillit réussir à Gergovie grâce sans doute à la trahison des Éduens (dont le rôle ambigu n’est pas du tout évoqué, alors qu’on signale bien qu’ils étaient « frères » des Romains). L’émission ne dit pas non plus qu’après Gergovie, César bat bel et bien en retraite sur la Provincia, et que cette retraite s’interrompit à Alésia. Là, le chef gaulois mit en œuvre une tactique bien connue des militaires  : le marteau et l’enclume. L’enclume, c’est l’armée gauloise assiégée dans Alésia, le marteau, l’armée de renfort (et non « de secours », comme il est dit par erreur) ; entre les deux, l’armée romaine, martelée sur deux fronts. Ce que ne dit pas l’émission, c’est que cela faillit réussir. On lui saura gré, en revanche, d’abord de nous avoir épargné les délires d’une localisation d’Alésia ailleurs qu’à Alise-Sainte-Reine, ensuite d’avoir retenu la toute récente hypothèse – transformée ici en certitude – du scrupule religieux consécutif à une éclipse de lune, qui figea, semble-t-il, la participation d’une grande partie de l’armée de renfort à la troisième attaque (laquelle aurait pu être décisive).

La fin du chef gaulois est évoquée ensuite, avec une bizarre hésitation entre le Tullianum et les Gémonies  : en fait, le plus probable est qu’il fut bien exécuté au Tullianum, comme il est dit dans l’émission, et que son corps, selon l’usage, fut jeté aux Gémonies. L’écriture du Bellum Gallicum est aussi évoquée (il semble que le choix de l’émission s’est porté sur une écriture en une fois, durant l’hiver 52-51). Cette partie est la plus faible, sauvée seulement par une excellente description de la cérémonie du triomphe. Car ce n’est pas délibérément – comme le téléspectateur est incité à le croire – que César ne fit défiler Vercingétorix à son triomphe sur les Gaules qu’en 46  : il n’avait pas le choix. La période située entre 51 et 46 aurait été, à en croire l’émission, une aimable promenade militaire de César autour de la Méditerranée – Grèce, Égypte, Espagne, Afrique du Nord, Pont – qui l’aurait ainsi retardé dans son triomphe des Gaules. La véritable raison, à savoir la guerre civile avec Pompée, puis avec les Pompéiens, est totalement passée sous silence – ce qui est un peu violent.

Enfin est évoqué rapidement le Nachleben de Vercingétorix, héros du roman national, redécouvert à la Révolution française et exalté par Napoléon III, puis par la IIIè République. On aurait pu continuer, puisque le titre de « premier résistant » lui fut décerné en 1947.

L’autre partie de l’émission, dont les séquences s’intercalent entre deux épisodes narratifs, est consacrée aux realia. On y voit, fort bien présentés par des spécialistes, un casque gaulois, un calendrier gaulois, la première traduction en français de la Guerre des Gaules, etc. Tout cela n’est pas contemporain de Vercingétorix, mais peu importe  : beaux ou rares, ces objets sont toujours intéressants. Cependant la plus grande part est consacrée à l’évocation de la vie quotidienne d’un village gaulois, reconstitué sous le nom de Goelia sur la commune de Rieux-Volvestre, en Haute-Garonne. Les séquences tournées dans ce village sont si bien faites qu’elles donneront aux téléspectateurs l’envie d’aller le visiter, plutôt qu’un barnum comme le Parc Astérix. Avec Stéphane Bern jouant volontiers les apprentis, on découvre la manière de construire (murus Gallicus, maisons de torchis au toit de chaume), de battre monnaie, de travailler le métal, le cuir, le bois, la tonnellerie. Les objets qui sortent des mains des artisans, réalisés avec les outils de l’époque reconstitués, sont très beaux, notamment le carnyx. Un seul bémol  : la cuisine, dont l’évocation est sommaire et incomplète.

Sur l’ensemble de l’émission, le jugement qu’on peut porter est nettement positif. Malgré les imperfections notées ci-dessus, l’ensemble se laisse voir avec agrément et utilité, comme la plupart des émissions de ce type préparées par Stéphane Bern, qui en maîtrise parfaitement la technique. Au téléspectateur, qui n’est pas un spécialiste, elle offre une vision d’ensemble de Vercingétorix et de la Gaule globalement juste, plaisante à regarder, facile à suivre. On n’a jamais la tentation de « zapper ». In fine, je dirai qu’il est bon que les universitaires acceptent de participer à ce type d’émissions, car, à mon sens, cela fait partie de notre tâche d’enseignant. Pierre Grimal m’a dit un jour  : « Il faut faire de la vulgarisation, parce que, si nous, nous ne la faisons pas, d’autres la feront à notre place, et moins bien que nous. »

Paul Marius Martin,

Université de Montpellier



Citer ce billet
Paul-Marius Martin (2023, 10 novembre). Secrets d’histoire  : Vercingétorix, le premier des Gaulois. Actualités des études anciennes. Consulté le 21 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tcc9

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search