Vitruve – Les Dix Livres d’architecture

Vitruve, Les Dix Livres d’architecture. – Paris : Errance & Picard, 2023. – 350p. – ISBN : 9782330176983

Crédit image. Première de couverture – Errance & Picard

Ce livre de 284 pages reprend en format de poche la traduction en français du traité d’architecture de Vitruve par Claude Perrault revue par Charles Nisard en 1846.

On pouvait attendre un peu mieux de cette ré-édition. Non seulement la première de couverture n’indique pas le nom du traducteur, qui aurait eu là toute sa place, – la démarche de Perrault, en proposant une édition française du texte latin s’inscrit, au-delà de la traduction, dans une polémique architecturale-, mais elle estropie aussi le nom de l’auteur : « Vitruve / Marius Vitruvii Pollionis ». Il n’était pas indispensable d’ajouter le nom en latin, puisqu’on ignore quel était le prénom de Vitruve et s’il avait même un cognomen, et cette coquetterie inutile rajoute des erreurs au douteux : on aurait pu au moins lui octroyer le prénom que lui attribue la tradition, Marcus, et non Marius, et mettre les 3 éléments de son nom au nominatif, ce qui aurait évité ce désastreux effet d’amateurisme et d’inculture. Personne, parmi ceux qui ont monté et vérifié cette édition, n’avait jamais fait de latin, ce qui augure mal du sérieux du contenu : on sait avant même d’ouvrir le livre que les choix éditoriaux ne répondront pas à des critères scientifiques.

Le texte est précédé d’une introduction de presque 2 pages, anonyme, dans laquelle le nom latin de Vitruve est presque écrit correctement. On y lit encore quelques erreurs, notamment que « Claude Perrault est l’auteur de la seule traduction intégrale en français du De architectura de Vitruve ». Les dix livres de ce traité ont été en effet édités les uns après les autres aux Belles Lettres avant d’être rassemblés en un seul volume par Pierre Gros en 2015. On y découvre enfin que ce n’est pas exactement la belle édition de Perrault que l’on va consulter, avec ses commentaires et ses illustrations (telle qu’elle a été reprise par exemple en 1995 aux éditions Bibliothèque de l’Image), mais celle de la collection de Nisard, qui ne contient plus que le texte et quelques notes basiques, qui ont été supprimées ici. Il aurait été intéressant d’y ajouter la notice de Nisard sur Vitruve ou la reproduction qu’il donnait de la préface de Perrault, ce qui aurait permis au lecteur de comprendre l’importance du De architectura dans l’histoire de l’architecture européenne. Mais vraisemblablement le but de cette édition était de reproduire une traduction de Vitruve tombée dans le domaine public et non d’amener jusqu’au lecteur du XXIe siècle un texte fondateur pour la pensée européenne, mais rendu difficile d’accès pour le profane.

La traduction est ensuite reprise telle quelle, avec les hésitations de Nisard dans la numération des chapitres (par exemple : « Livre III, chapitre II (ou I, sect.1 et suiv.) ») qui rendent très difficile le recours au texte à partir d’un commentaire moderne : ces numéros ne correspondent pas toujours à la numérotation universellement admise dans toutes les éditions actuelles.

Le lecteur a donc entre les mains une version un peu vieillie du texte et rendue difficile à lire si l’on n’est pas latiniste ou helléniste par la disparition des notes de Nisard, qui avait pris le parti éditorial de garder en latin ou en grec les termes techniques et de les traduire en bas de page, ce à quoi les éditeurs de cet ouvrage n’ont pas pris garde. Les esprits curieux en feront une lecture récréative,  mais ceux qu’intéresse l’architecture antique ou l’histoire des sciences et des techniques ne pourront pas l’utiliser comme outil de travail.

À l’heure où ces vieilles éditions des textes antiques sont en libre accès sur Gallica (le lecteur y trouvera les notes de Nisard qui font cruellement défaut ici), on ne comprend pas trop l’utilité du parti pris minimaliste de cette ré-édition.

Mireille Courrént,

Université de Perpignan Via-Domitia



Citer ce billet
Mireille Courrént (2023, 20 novembre). Vitruve – Les Dix Livres d’architecture. Actualités des études anciennes. Consulté le 29 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tccf

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search