Scelerati. Antiques, sadiques et diaboliques

Petit (C.), Scelerati. Antiques, sadiques et diaboliques. – Paris : Les Belles lettres, coll. Signets 37, 2023. – 272 p. – ISBN : 9782251454597

Crédit image. Première de couverture – Les Belles Lettres

L’ouvrage, dont les textes grecs et latins – donnés uniquement en traduction, conformément à la ligne éditoriale de la collection – sont sélectionnés et présentés par Caroline Petit (ci-après C. L.), a pour ambition de dresser un panorama des différentes représentations du « mal » et de ses multiples acteurs (ou actrices) qui traversent l’Antiquité, en respectant la « perception antique du crime et de la faute » (p. x). Ce parti-pris entend préserver le lecteur d’un regard anachronique sur les textes antiques, où les représentations éthiques et juridiques du mal et des criminels ne correspondent pas toujours à nos représentations modernes (p. x-xi), même si notre époque et la période antique partagent une même fascination pour les figures de « méchants » (p. ix). Le chapitrage retenu pour le recueil rend ainsi compte de thématiques prédominantes dans les définitions ou représentations antiques du mal : les femmes, les « débauchés », mais aussi les « barbares », représentent des figures récurrentes du mal, parce que « le méchant, c’est (…) souvent d’abord un autre » (p. xi).

La période retenue pour établir le corpus correspond à un empan chronologique très large – ce qui constitue sans nul doute l’une des qualités majeures du recueil – en donnant à lire des extraits de plus de 50 auteurs différents, depuis les textes qui marquent l’émergence de la littérature occidentale, aux alentours du 8ème s. av. J.-C., jusqu’au 5ème s. ap. J.-C. L’Antiquité tardive, du 3ème au 5ème s. ap. J.-C., est par ailleurs bien représentée, avec plus d’une dizaine d’auteurs : on ne peut qu’apprécier cette (re)découverte d’une littérature païenne ou chrétienne, où les extraits d’auteurs passés à la postérité (Saint Augustin, Saint Jérôme, Claudien) côtoient des noms moins connus du grand public (Athénée de Naucratis, Philostrate de Lemnos). La diversité des sources mobilisées permet en outre à C. L. d’offrir au lecteur un vaste échantillonnage des genres littéraires : la philosophie, la rhétorique, le théâtre tragique ou comique, la poésie épique, le roman, l’historiographie, les traités médicaux, la satire, la fable, le genre épistolaire sont par exemple représentés, et cette variété contribue au plaisir de la lecture comme à l’appréhension complexifiée du problème, que le lecteur entreprenne une lecture systématique, ou qu’il préfère grappiller au gré des huit chapitres thématiques qui lui sont proposés. Ces derniers reflètent du reste la richesse du thème et de ses diverses représentations en diachronie : 1. Le méchant selon la science et la philosophie. 2. Criminels sublimes : trois fureurs. 3. Impies et sacrilèges. 4. Rois maudits, tyrans, démagogues. 5. Méchantes ? Aux sources de la misogynie. 6. L’invention de la « barbarie ». 7. Libertins et débauchés. 8. Les Chrétiens anciens et le mal. Quelques lignes d’introduction contextualisent chaque chapitre, de proportion similaire, et tous les extraits.

Pour mieux accompagner le lecteur dans la traversée de ce florilège, et conformément à la ligne éditoriale de la collection, différents dispositifs encadrent le cœur de l’ouvrage : une introduction visant à clarifier l’objet du recueil (p. ix-xxvi), composée d’un avant-propos, et d’un entretien avec D. Mendelsohn, universitaire et écrivain, dont on ne peut que saluer la richesse notionnelle (références, contextualisation, définitions) ; des cartes du monde antique (p. xxvii-xxxiii) ; une présentation succincte des auteurs, pointant les éléments biographiques essentiels et le propos global des œuvres citées (p. 187-212) ; une bibliographie, regroupant les sources primaires et les ouvrages critiques (p. 213-222) ; enfin un index des auteurs mentionnés, toujours appréciable pour procéder à une lecture qui s’émancipe du chapitrage (p. 223-224). Quel que soit le mode de lecture envisagé, le recueil illustre parfaitement l’idée directrice de l’ouvrage : « [Les] méchants antiques sont bien souvent des archétypes universels » (p. xii).

L’ampleur du projet génère cependant quelques imperfections. Ainsi, malgré son intérêt intellectuel et culturel, l’introduction préliminaire ne définit pas la notion de « mal », ni ne systématise les moyens (sémantiques, juridiques, philosophiques, religieux, stylistiques) de définir cette notion, ou les criminels, dans les textes antiques. Il aurait été tout à fait intéressant, par exemple, de glisser dans l’avant-propos une réflexion, même minimale, sur la terminologie gréco-latine servant à désigner le mal, et son éventuelle évolution, d’autant que le titre même du recueil, en empruntant au latin qui distingue juridiquement scelus et crimen, invite à cette démarche. Le flottement notionnel, du reste, traverse visiblement par endroits l’ouvrage, quand sont cités des extraits qui ne présentent qu’un lien très lâche avec la notion de mal – ainsi Sophocle, Ajax 293 (« la parure des femmes, femme, c’est le silence », p. 101) : le trait est certes misogyne, mais n’offre pas d’apport pertinent à la thématique des femmes « mauvaises » censée fonder l’unité du chapitre 5. De même pour l’extrait de Lucain p. 135, qui apparaît peu probant sur la malignité des druides – alors que l’absence de cet auteur étonne dans le chapitre sur les femmes, étant donné l’horreur attachée au personnage d’Érichtho (Pharsale, 6), prophétesse nécrophage et même nécrophile. De fait, s’il permet de constater la particularité des représentations antiques, le choix d’organiser le recueil autour de thématiques dominantes favorise aussi le délitement notionnel et occasionne une approche terminologique assez lâche, peut-être par manque de précisions contextuelles – ainsi p. 5 sur l’adultère tel que le présente Aristote, un texte dans lequel la traduction passe de « perversité », à « choses (…) vilaines » ou « blâmables », pour finir sur la notion de « faute » : plutôt qu’un résumé du passage, ces termes, ainsi que l’étagement notionnel proposé par le philosophe, auraient mérité une explication complémentaire. Enfin, dans la rubrique bibliographique « pour aller plus loin » (p. 213-222), remarquable pour l’abondance des sources primaires, les références critiques, curieusement minimalistes et assez éclectiques, ne permettent pas au lecteur de compléter efficacement l’approche notionnelle.

Ces quelques défauts ne doivent pas cacher l’intérêt culturel évident du recueil, qui tient parfaitement ses promesses concernant la richesse des sources : le nombre des auteurs cités, la multiplicité des genres littéraires ou réflexifs sollicités, la diversité des approches antiques ainsi reconstituée, et pour finir l’ampleur chronologique qui charpente l’ensemble, en restent les atouts majeurs.

Aline Estèves,

Maîtresse de conférences en langue et littérature latines – Université Paul Valéry – Montpellier 3


Citer ce billet
Aline Estèves (2023, 27 novembre). Scelerati. Antiques, sadiques et diaboliques. Actualités des études anciennes. Consulté le 29 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tccj

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search