Portrait de Drusus le Jeune découvert à Nîmes

Portrait de Drusus le Jeune, Nîmes, musée de la Romanité, © Marie Recolin / Musée de la Romanité, Ville de Nîmes

Un magnifique portrait qui se révèle peu à peu : telle pourrait être la définition de cette tête masculine juvénile conservée au musée la Romanité à Nîmes (inv. 811.1.1), d’une hauteur de 34,5 cm, trouvée sur le sol de l’arène, « dans le sable qui la recouvrait », lors des travaux de dégagement de l’amphithéâtre en 1811 (J.-L. Fiches, A. Veyrac 1996, p. 341).

De prime abord, elle n’attire pas le regard du visiteur en raison d’un certain nombre de manques et de lacunes : nez brisé, multiples éclats sur le menton, la lèvre supérieure, les arcades sourcilières et les joues, oreilles en partie brisées, lacune d’une bonne dizaine de centimètres à l’arrière.

Portrait de Drusus le Jeune, face postérieure, Nîmes, musée de la Romanité, © Cécile Carrier / Musée de la Romanité, Ville de Nîmes

Pour apprécier cette œuvre, il est nécessaire de passer outre cette première impression et de prendre le temps. Le temps d’admirer ce marbre blanc d’une belle veine et la douceur du modelé subtil. Ils subliment ce portrait dont le port altier, le mouvement de la tête vers la gauche et le regard lointain soulignent une certaine noblesse et expriment une énergie combattive qui ne sont pas sans rappeler les portraits de jeunesse d’Auguste, le premier empereur romain, neveu et héritier de Jules César.

Portrait de Drusus le Jeune, profil droit, Nîmes, musée de la Romanité, © Cécile Carrier / Musée de la Romanité, Ville de Nîmes

Prendre également le temps de découvrir la particularité de la chevelure. Aux mèches raides, alignées au cordeau et plaquées sur le haut front, se succèdent, sur les profils et l’arrière, de petites mèches en pointe paraissant des plumes d’oiseau. Elles ont été réalisées en bas-relief sur les profils et quasi en méplat sur le dessus et l’arrière de la tête. Ce style de représentation, très graphique, est rarissime pour l’époque antique. Il caractérise les portraits de Germanicus et de Drusus le Jeune comme ceux découverts sur le forum de Béziers et conservés au musée Saint-Raymond de Toulouse. Les mèches y sont cependant plus longues et plus souples. Sur le portrait nîmois, le rendu est davantage schématique, avec une répartition en rangées ordonnées, et systématique, avec les pointes peignées alternativement vers le visage ou vers l’arrière.

Malgré son état de conservation, la qualité de ce portrait n’a pas échappé aux érudits et aux chercheurs. Sur le registre d’inventaire n° 3 du musée, il est indiqué comme une « tête mutilée de Romain, portrait d’un prince », avec une mention ajoutée plus tard d’une autre main « Caius César ». Le ton est donné, tous vont tâcher d’identifier ce « jeune prince » : Caius ou Lucius pour F. Salviat et D. Terrer en 1980, Lucius César pour J. Charbonneaux en 1954-1955 et 1956, Z. Kiss en 1975, J.-Ch. Balty en 1960, Claude ? pour K. Fittschen et P. Zanker en 1985, Germanicus ? pour J. J. Bernouilli en 1882-1896, E. Espérandieu en 1910, F. Mazauric en 1911, V. Poulsen en 1960, Drusus le Jeune pour K. Fittschen en 1977, J.-Ch. Balty en 1998, E. Rosso en 1998 et C. Carrier en 2000.

En dépit de la variété des noms proposés au fil du temps et du prestige de certains d’entre eux, à Nîmes, il reste longtemps considéré comme un portrait de Lucius César. Dans le musée, il est associé à un portrait masculin très abîmé mais qui présente une chevelure à la mode des julio-claudiens, baptisé d’emblée Caius César. Tout comme les Arlésiens cherchent Jules César, les Nîmois cherchent les Caesares, fils de Marcus Agrippa, adoptés par Auguste et successeurs présomptifs. Agrippa puis Caius ont le titre de patronus de la Nîmes antique, titre qui leur confère la fonction de protecteur mais aussi de soutien politique et économique. Aussi, suite aux décès des jeunes gens en 2 et 4 ap. J.-C., les habitants de la cité, très affectés, leur dédicacent le temple qui vient d’être construit sur le forum, connu aujourd’hui sous le nom de Maison Carrée.

Portrait masculin, trouvé à Nîmes, calcaire, H. 21 cm, Nîmes, musée de la Romanité, inv. 2010.0.91, © Dejan Stokic / Musée de la Romanité, Ville de Nîmes

Pourtant, toutes les caractéristiques physionomiques de ce portrait appartiennent à la branche claudienne de la dynastie, issue de Tibère le second empereur : visage triangulaire au large crâne, arcades sourcilières hautes, lèvre inférieure fine et boudeuse, petits cheveux courts plaqués et très ordonnés.

Pour identifier les portraits des membres des différentes dynasties impériales, les spécialistes de la portraiture romaine étudient la répartition des mèches frontales, ce qu’ils appellent l’indice capillaire. Le portrait nîmois présente une série de mèches centrales peignées vers la gauche qui forment une petite pince avec quelques mèches peignées vers la droite. Ces dernières dessinent ensuite une fourche avec les mèches qui descendent vers le contour du visage. Sur la tempe droite, les mèches centrales forment une fourche avec les mèches suivantes peignées vers la droite. Cet indice capillaire correspond à celui de Drusus le Jeune tel qu’il est représenté sur une série de portraits regroupés autour de celui de Béziers (musée Saint-Raymond, Toulouse) qui apparait comme la tête de série. Le décalage de la pince par rapport au portrait de Béziers rapproche la tête de Nîmes de celle de Syracuse (musée archéologique national). La création de ce type pourrait avoir marqué l’attribution à Drusus du titre de Prince de la Jeunesse (titre honorifique désignant le chef des chevaliers et implicitement le successeur présomptif de l’empereur), suite au décès de Lucius César en 2 ap. J.-C. Un autre type est créé en 19 ap. J.-C., au moment du décès de son cousin Germanicus qui laisse ainsi la place de successeur au trône à Drusus. Le portrait nîmois se situerait donc entre 2 et 19 ap. J.-C.

Portrait de Tibère, trouvé à Nîmes, entre les rues du Cirque romain et du Mail, marbre, H. 41 cm, Nîmes, musée de la Romanité, inv. 848.4.3, © Stéphane Ramillon / Ville de Nîmes

L’histoire et l’archéologie ont donc joué un bon tour aux Nîmois ! Pas de portrait d’Auguste, ni d’Agrippa ni de Caius ni de Lucius César. Dans la cité où Suétone (Vies des douze Césars, Tibère, XIII, 1) nous dit que les portraits de Tibère ont été brisés par le mépris qu’il inspirait de s’être exilé et retiré des affaires de l’Etat durant six années, les seuls membres de la dynastie dont les portraits subsistent sont Tibère (Fig. 5) et son fils Drusus.

L’histoire de ce personnage est digne d’une tragédie grecque. Drusus est le fils que Tibère a eu de sa première épouse, Vipsania Agrippina, né le 7 octobre 14 av. J.-C. Intelligent et courageux, il suit une carrière exemplaire. Dans la course au trône, la mort prématurée de Lucius en 2 et de Caius en 4 ap. J.-C. oblige Auguste à adopter Tibère, fils de son épouse Livie. Mais il impose à ce dernier d’adopter son neveu Germanicus, dernier espoir de voir un membre de sa lignée directe accéder au pouvoir suprême, rejetant ainsi Drusus au troisième rang. La mort de Germanicus en 19 aurait dû lui rendre la deuxième position mais il est confronté à l’ambition dévorante d’un certain Séjan, préfet du prétoire, qui ne vise rien de moins que le trône. Habile, l’homme se glisse dans les bras – et les draps – de l’épouse de Drusus, Livilla, et ensemble, ils fomentent l’assassinat de Drusus qui meurt empoisonné le 14 septembre 23. Mal aimé, Tibère sera injustement soupçonné. Il apprendra huit ans plus tard seulement tous les termes du complot de la bouche de la mère de Livilla et de l’ex-épouse de Séjan.

Cécile Carrier,

Docteur en histoire de l’art et archéologie

Spécialiste de sculpture et iconographie de l’Antiquité romaine

Chargée d’étude – Musée de la Romanité, Nîmes

 

Bibliographie sommaire

– Jean-Charles Balty et Daniel Cazes, Sculptures antiques de Chiragan (Martres-Tolosanes), I. Les portraits romains, I.1 époque julio-claudienne, Toulouse : Musée Saint-Raymond, Musée des Antiques de Toulouse, 2005, p. 117-118 fig. 44.

– Cécile Carrier, Programmes iconographiques dans les monuments publics de Gaule Narbonnaise (Ier siècle av. J.-C. – IIe siècle apr. J.-C.), thèse de Doctorat, Université de Provence, Aix-Marseille I, 2000, p. 245-249, fig. 345a-f.

– Emile Espérandieu, Recueil général des bas-reliefs, statues et bustes de la Gaule romaine, vol. 3, Paris, 1910, n°2682.

– Jean-Luc Fiches, Alain Veyrac, Carte archéologique de la Gaule, 30/1 Nîmes, Paris : Fondation Maison des Sciences de l’Homme, 1996, n° 311, p. 341 et 350, fig. 269 p. 349.

– Emmanuelle Rosso, Un portrait de Drusus Minor à Nîmes, Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques et scientifiques, 1998, 26, p. 21 à 31.



Citer ce billet
Cécile Carrier (2023, 2 décembre). Portrait de Drusus le Jeune découvert à Nîmes. Actualités des études anciennes. Consulté le 1 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tcco

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search