La « Diane chasseresse » au musée d’Aquitaine de Bordeaux

Statue de Diane,fin du IVe – début du Ve siècle. Marbre blanc. Musée d’Aquitaine – Bordeaux

Acquise par le musée en 1971 (n° inv. 71.16.1), cette statuette est exposée au public dans une des salles dédiées à la période antique. Taillée en marbre blanc à grains fins, elle mesure 75 cm de hauteur, 55 cm de largeur (celle du socle est de 41 cm) et 26 cm d’épaisseur. Son poids est de 45 kg. L’état de conservation global est bon, en dépit de plusieurs cassures sur l’arbre, le membre supérieur droit, l’arc, l’extrémité droite de l’himation et le museau de l’animal. Un arrachement notable est visible sur la joue, la pommette et la tempe droites de la déesse. Cette sculpture est quasiment entière, il ne manque que la flèche, le haut de l’arc et certaines parties de l’arbre. La surface du matériau est bien préservée, hormis la polychromie qui a totalement disparu. Les traces d’une sorte de patine jaunâtre se remarquent à divers endroits.

            Il s’agit assurément d’une Diane ou d’une Artémis. La présence d’un arc, d’un carquois et d’une biche (ou d’un faon ?), des attributs majeurs de ces deux divinités, ne laisse guère de doute. Elles portent très fréquemment comme tunique un khitôn court sans manches, nettement visible ici, ainsi que des brodequins aux formes hétéroclites. Sur la sculpture, les pieds sont chaussés de bottines ouvertes et sans lacets, avec un revers décoré d’une tête de lion sur la partie supérieure. Au vu de ces caractéristiques, ce ne sont probablement pas des endromides, plutôt une variante bien connue des embades. Le vêtement supplémentaire est un himation, c’est-à-dire un grand drapé d’une seule pièce, couramment utilisé autant pour les hommes que pour les femmes. Enfin, l’arbre est une évocation stylisée de la forêt, le lieu de prédilection pour deux femmes qui représentent symboliquement la nature sauvage et surtout la chasse. En effet, cette action est ici parfaitement compréhensible. Le thème de l’Artémis « chasseresse » est fort abondant dans l’iconographie gréco-romaine depuis le VIIe siècle avant notre ère, et il se décline en une multitude de variantes. Dans la littérature antique, les épiclèses qui tissent un lien intéressant avec la petite ronde-bosse de Bordeaux sont « qui frappe les biches » (elaphêbolos) et « qui tue les biches » (elaphoktonos). En ce qui concerne Diane, une déesse latine non romaine, elle a été hellénisée et assimilée à Artémis très tôt sous la période républicaine, au moins dès le IVe siècle avant notre ère.

            La statuette du musée d’Aquitaine dérive de l’Artémis dite « Rospigliosi », dont plusieurs exemplaires variés sont connus pour l’époque hellénistique et impériale. Ces réalisations reprennent à leur manière un modèle, désormais perdu, qui daterait des environs du milieu du IIe siècle avant notre ère. Cette sculpture originelle est attribuée aux ateliers de Pergame en Asie Mineure (nord-ouest de la Turquie). Une hypothèse voudrait la replacer sur le « petit ex-voto attalide », le long du côté sud de l’Acropole d’Athènes, constitué de cinq longues bases accueillant autrefois des groupes statuaires en bronze. Quoi qu’il en soit, le type iconographique qui nous concerne est également lui-même une variante d’une création encore plus ancienne, vers la fin du IVe siècle ou du début du IIIe siècle avant notre ère. Il est désigné sous le nom de « Louvre-Éphèse ». Une copie romaine de ce genre est conservée au musée du Louvre (n° inv. MA 559.1 ; MR 156 ; N 1095).

Artémis du type « Louvre-Éphèse 
» – Musée du Louvre, Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines, Ma 559.1 – https://collections.louvre.fr/ark:/53355/cl010250624 – https://collections.louvre.fr/CGU

            D’où provient précisément cette fameuse « Diane chasseresse » ? Elle a été découverte à la fin de l’année 1843 dans un champ à Saint-Georges-de-Montagne (aujourd’hui la commune de Montagne en Gironde, entre Saint-Émilion et Libourne), au lieu-dit « Montagne-Petit-Corbin ». De profonds travaux de labours, allant de 50 à 75 cm environ, ont mis au jour des vestiges architecturaux et du matériel archéologique. Il s’agit de tuiles, de briques, des morceaux de plaques et de colonnes en marbre, de monnaies et surtout des éléments disparates de sculptures. Les lieux n’ont apparemment jamais été l’objet de réelles fouilles exhaustives et modernes. L’identification exacte du site reste donc à déterminer, mais l’idée d’une villa gallo-romaine proposée depuis le milieu du XIXe siècle demeure très plausible. En revanche, l’attribution de ce domaine foncier à Ausone, illustre homme politique et de lettres de la Gaule aquitaine (vers 309 – vers 395 de notre ère), est très loin d’être prouvée. En raison de l’absence d’une stratigraphie et d’un type iconographique trop largement répandu, il est donc nécessaire de s’en remettre à une analyse technique et stylistique.

Vénus anadyomène – Musée du Louvre, Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines, MND 2063 – https://collections.louvre.fr/ark:/53355/cl010277206 – https://collections.louvre.fr/CGU

           Tout d’abord, le premier cercle de comparaisons s’effectue avec une autre statuette retrouvée au même moment et au même endroit à la « villa de Saint-Georges-de-Montagne ». C’est une Vénus ou Aphrodite dite « anadyomène », littéralement une « Vénus qui sort de l’eau ». Elle est dans les réserves du musée du Louvre depuis 1953 (n° inv. MND 2063 ; Ma 3537). Le deuxième cercle est constitué de représentations mythologiques similaires, plus ou moins bien préservées, qui ont été retrouvées lors de fouilles archéologiques. Ces sculptures proviennent de villae gallo-romaines au sud-ouest de la France : Chiragan, Montmaurin, Nérac et Castelculier. Enfin, le troisième cercle se rattache aux nombreuses productions relativement semblables en Asie Mineure à l’époque impériale. La minutie et la qualité du travail, l’aspect du visage, le traitement des volumes, les proportions un peu étirées et maladroites des corps, la forme du socle mouluré, conduisent à une datation entre la fin du IVe siècle et le début du Ve siècle de notre ère. Cela concerne la « Diane chasseresse » et la « Vénus anadyomène ». Par prudence, il faudrait peut-être privilégier le dernier quart du IVe siècle, voire la seconde moitié de ce siècle.

            Quel est ce marbre blanc à grains fins utilisé pour ces deux statuettes trouvées à Saint-Georges-de-Montagne ? Très tôt, les convictions se sont tournées vers le marbre de Carrare en Italie ou celui des Pyrénées à Saint-Béat. Pourtant, plus récemment, les comparaisons iconographiques, techniques et stylistiques avec les sculptures d’Asie Mineure, sans oublier les aspects de la roche, laissent entrevoir une solution différente. À l’heure actuelle, la plupart des hypothèses plaident en faveur d’un marbre des carrières de cette immense région. Malheureusement, il est impossible de déterminer clairement le ou les ateliers qui en sont à l’origine. La prestigieuse cité d’Aphrodisias (sud-ouest de la Turquie) paraît à ce jour la candidate idéale. Éphèse, située davantage à l’ouest sur la côte maritime, a été aussi parfois évoquée. Toutefois, il ne faudrait pas sous-estimer trop vite l’importance des ateliers d’Hiérapolis et des carrières du Dokimeion (au nord-est d’Aphrodisias). Est-il possible pour des sculpteurs spécialisés de travailler sur un marbre qui leur est totalement étranger, comme celui de Saint-Béat ou de Carrare ? Rien n’est moins sûr. Est-ce les sculpteurs qui sont venus avec leur propre matériau jusqu’en Aquitaine ou serait-ce plutôt une importation depuis l’Asie Mineure ? Les deux possibilités sont attestées ailleurs durant l’Antiquité. Est-ce une commande lointaine par le biais d’un intermédiaire ou les commanditaires auraient-ils ramené un « souvenir » par leurs propres moyens ? Cette dernière question reste ouverte. Seules des analyses scientifiques combinant plusieurs méthodes fiables permettront de donner des réponses.

            Concernant l’emplacement exact d’origine de la statuette exposée au musée d’Aquitaine, celui-ci demeure inconnu. Cependant, quelques indices peuvent nous éclairer sur ce problème. Comme pour d’autres exemplaires, le dos est très plat et inachevé. Cela suggère une disposition contre ou près d’un mur, sans doute dans une niche. À la villa de Montmaurin, les petites rondes-bosses mythologiques furent étroitement liées au jardin-péristyle et à sa fontaine. À Nérac, elles semblent avoir été placées dans les thermes ou sur une fontaine. Il est envisageable que ces sculptures aient pu être installées également sous un portique, dans un tablinum ou une bibliothèque, un atrium, un triclinium ou une salle de réception spécifique. Selon toute vraisemblance, ces petites rondes-bosses formeraient à l’origine des pendants ou des groupes plus vastes. Les exemplaires du Louvre et de Bordeaux, issus de Saint-Georges-de-Montagne, auraient été associés à d’autres figures fragmentaires : une Minerve-Athéna, un Jupiter-Zeus, un Apollon, un Mars-Arès, un Méléagre et plus hypothétiquement une Muse ou une Ménade.

            Quelle fut la fonction de ces statuettes mythologiques ? Certaines, comme à Plassac et à Mézin, ont été placées dans un lararium. L’aspect religieux est donc ici évident. En revanche, pour la majorité d’entre elles, il serait assez probable que leur rôle soit à la fois « décoratif » et « symbolique ». Les divinités côtoient étroitement les héros chasseurs, les portraits de notables, d’ancêtres et de philosophes. L’ensemble a été mis en scène dans une architecture plus ou moins luxueuse avec des fresques et des mosaïques. Il est envisageable de penser à des sortes de « collections privées », de « galeries d’art » ou de « cabinets d’antiquités ». Plusieurs villae et domus fouillées (Aquitaine, Narbonnaise, Italie, Sicile, Hispanie, Afrique du Nord, Asie Mineure) laissent voir des pièces avec de riches décors aux thématiques distinctes. L’idée globale qui a été avancée est l’association des goûts esthétiques à des valeurs morales et intellectuelles selon chaque lieu. Ces élites ont alors l’occasion de montrer aux invités leur richesse matérielle, mais également leur érudition culturelle et artistique. Cela ne manque pas d’étonner à une époque et dans des régions, en particulier au sud-ouest de la Gaule, où bon nombre de notables et d’aristocrates furent chrétiens. En effet, ces sculptures furent un moyen de faire passer des messages diversifiés et personnels, de s’autoglorifier, évidemment à travers une relecture et une réinterprétation chrétienne. Or, cette pratique est couramment attestée pendant l’Antiquité tardive. Même si le contexte d’origine de la « Vénus anadyomène » et de la « Diane chasseresse » à Saint-Georges-de-Montagne fait cruellement défaut, il est fort à parier que leur taille est bien trop grande pour un autel domestique.

 

Jérémy Seguin

Doctorant et chargé d’enseignement vacataire, UMR 5607 Ausonius – Université Bordeaux Montaigne

 

Bibliographie complémentaire

Antonelli, F. e Lazzarini, L., 2015, “An updated petrographic and isotopic reference database for white marbles used in Antiquity”, Rendiconti Lincei. Scienze Fisiche e Naturali, 26, 4, 399–413.

Attanasio, D., Brilli, M. and Bruno, M., 2008, “The proporties and identification of marble from Proconnessos (Marmara Island, Turkey): a new database including isotopic, EPR and petrographic data”, Archaeometry, 50, 5, 747-774. 

Attanasio, D., Bruno, M., Prochaska, W. and Yavuz, A. B., 2015, “A multi-method database of the black and white Marbles of Göktepe (Aphrodisias). Including isotopic, EPR, trace and petrographic data”, Archaeometry, 57, 2, 217-245.

Balmelle, C., 2001, Les demeures aristocratiques d’Aquitaine : société et culture de l’Antiquité tardive dans le Sud-Ouest de la Gaule, Mémoires 5, Aquitania. Supplément 10, Ausonius, Bordeaux – Pessac.

Bergmann, M., 1999, Chiragan, Aphrodisias, Konstantinopel. Zur mythologischen Skulptur der Spätantike, Palilia 7, Reichert, Wiesbaden.

Bromlet, P. et Blanc, P., « Identification des provenances des marbres blancs des sculptures trouvées dans le Rhône à Arles », dans : Gaggadis-Robin, V. et Picard-Cajan, P. (éd.), La sculpture romaine en Occident. Nouveaux regards. Actes des Rencontres autour de la sculpture romaine 2012, Errance – Centre Camille Jullian, Arles – Aix-en-Provence, 175-180.

Bruno, M., 2017, “Tituli picti su due fronti di cava nel distretto di Bacakale a Docimium (Iscehisar, Afyonkarahisar)”, Journal of Roman Archaeology, 30, 469-489.

Pensabene, P., 2010, “Cave di marmo bianco e pavonazzetto in Frigia. Sulla produzione e sui dati epigrafici”, Marmora, 6, 71-134.

Picard-Cajan, P., 2016, « Études des sculptures en marbre découvertes à Arles dans le Rhône : bilan des premières analyses », dans : Gaggadis-Robin, V. et Picard-Cajan, P. (éd.), La sculpture romaine en Occident. Nouveaux regards. Actes des Rencontres autour de la sculpture romaine 2012, Errance – Centre Camille Jullian, Arles – Aix-en-Provence, 167-174.

Stirling, L. M., 1996, “Divinities and heroes in the age of Ausonius: A late-antique villa and sculptural collection at Saint-Georges-de-Montagne (Gironde)”, dans : Revue archéologique, Fasc. 1, 103-143.

Stirling, L. M., 1996, “Gods, heroes, and ancestors: scuptural decoration in late-antique Aquitania”, dans : Aquitania, 14, 209-230.

Yavuz, A. B., Bruno, M. and Attanasio, D., 2011, “An updated, multi-method database of Ephesos marbles, including white, greco Scitto and Bigio varietis”, Archaeometry, 53, 2, 215-240.

 



Citer ce billet
Jérémy Seguin (2023, 3 décembre). La « Diane chasseresse » au musée d’Aquitaine de Bordeaux. Actualités des études anciennes. Consulté le 1 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tccp

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search