Sarcophage de Phèdre

Face principale. cl. DURAND Christine, CNRS, Centre Camille Jullian, Aix Marseille Université, Aix-en-Provence.

Découvert avec son couvercle dans le quartier de Trinquetaille à Arles en 1891, sarcophage1 est un chef-d’œuvre, conservé au Musée départemental d’Arles. Son décor en frise continue représente la légende de Phèdre et Hippolyte. La cuve est pratiquement entière sauf deux lacunes importantes qui ont été pratiquées sur la face principale, probablement lors d’un pillage dans l’Antiquité.

Petit côté gauche. cl. DURAND Christine, CNRS, Centre Camille Jullian, Aix Marseille Université, Aix-en-Provence.

Les deux pièces sont en marbre blanc pentélique (Attique, Grèce), origine prouvée par analyse scientifique. De nombreuses traces de polychromie, ont été détectées à la loupe, mais certaines sont visibles même à l’œil nu.

Les quatre faces de la cuve sont entièrement décorées, mais elles n’ont pas toutes atteint le même niveau d’achèvement. Les deux panneaux au traitement soigné (face principale et petit côté gauche) ont même été exécutés dans un souci d’unité représentant la légende de Phèdre et Hippolyte, alors que les scènes de chasse de l’arrière et du petit côté droit, traitées en bas-relief, voire inachevées, peuvent être interprétées comme des chasses réelles ou mythologiques. La raison de cet achèvement inégal est que le bloc de marbre de la cuve comporte de nombreuses impuretés, sous forme de larges veines verdâtres. On a parfois interprété cet aspect technique, comme une négligence du sculpteur, qui bien au contraire a su tirer le meilleur parti de ce bloc, en plaçant les reliefs mythologiques très élaborés et en haut relief (face principale et petit côté gauche) sur les panneaux qui présentaient le moins d’impuretés. Traiter en haut-relief les parties où se logeaient les impuretés (petit côté droit et l’arrière) présentait le risque de faire éclater le bloc.

Face arrière et côté droit. cl. DURAND Christine, CNRS, Centre Camille Jullian, Aix Marseille Université, Aix-en-Provence.

Phèdre est la fille de Minos, roi de Crète, et de Pasiphaé : elle est ainsi la sœur d’Ariane. Elle est l’épouse de Thésée, roi d’Athènes et héros par excellence de l’Attique, à qui elle donna deux enfants. Mais elle tomba amoureuse d’Hippolyte, le fils que Thésée avait eu de sa première femme, Antiope, reine des Amazones. Celui-ci tenait de sa mère la passion de la chasse et des exercices violents et honorait tout particulièrement Artémis, alors qu’il méprisait Aphrodite. La déesse pour se venger de son mépris suscita l’amour dans le cœur de Phèdre. Hippolyte ayant refusé ses avances, Phèdre feignit auprès de Thésée d’avoir été violentée par lui. Thésée, ne voulant pas tuer lui-même son fils, pria Poséidon de le châtier. Le dieu envoya un taureau, qui sortant des flots, effraya les chevaux d’Hippolyte, alors que celui-ci conduisait son char au bord de la mer. Le jeune homme fut emporté et traîné par son attelage sur les rochers. Phèdre se pendit en apprenant la fin malheureuse d’Hippolyte, dont elle était la cause.

De nombreux auteurs ont traité le sujet, mais Hippolyte couronné d’Euripide, créée en 428 av. J.-C., ainsi que la Phèdre de Sénèque restent nos sources majeures, présentant chacun un portrait de Phèdre différent. Pour Euripide Phèdre est la victime, l’instrument de la colère divine, pour Sénèque elle n’hésite pas à séduire Hippolyte. Phèdre, héroïne d’une passion amoureuse honteuse et malheureuse, ayant causé la mort d’un innocent, est évidemment aussi bien liée à la vie qu’à la mort. Sa relation à la mort, ainsi que l’espoir d’immortalité que les éléments de culte rendu à Hippolyte suggèrent, expliquent en partie le choix de cette légende par les sculpteurs des sarcophages. La renommée des pièces de théâtre qui se réfèrent à cette légende, ainsi que les œuvres d’art qui en ont été inspirées, peuvent avoir également influencé les sculpteurs et déterminé le choix des commanditaires.

cl. DURAND Christine, CNRS, Centre Camille Jullian, Aix Marseille Université, Aix-en-Provence.

La première scène se situe dans l’intérieur d’une demeure, indiqué par l’arcade. A gauche Phèdre voilée est assise, sur un fauteuil, au-dessous duquel est couché un chien qui lève la tête vers sa maîtresse. Phèdre, la bouche légèrement entrouverte, regarde intensément un jeune homme nu, Hippolyte qui se trouve un peu plus loin en face d’elle. Un petit Amour ailé (allusion à Aphrodite) est blotti contre les genoux de Phèdre. Au-dessus de lui se trouve une nourrice, reconnaissable à sa tunique à manches et au fichu qu’elle porte sur la tête. Également tournée vers le jeune homme qu’elle interpelle même, posant sa main droite sur son épaule. Hippolyte de sa main droite fait un geste de refus. Sous le coude droit d’Hippolyte apparaît un élément arrondi, que l’on prend à première vue pour le pli d’une draperie. Pourtant si on regarde mieux, on s’aperçoit qu’il s’agit d’un objet rectangulaire, muni d’une anse arrondie, donc bel et bien d’une tablette que tenait certainement la nourrice. Ce détail passé inaperçu, rajoute du piquant à la scène, car sur un grand nombre de documents la nourrice apprend ainsi à Hippolyte l’amour dont il est l’objet, non pas seulement par la parole, mais en lui montrant une tablette sur laquelle est écrit le nom de Phèdre. Le reste du panneau à droite est occupé par les compagnons de chasse d’Hippolyte, mais d’autres hypothèses peuvent être également proposées. Au centre de ce même panneau, les regards convergents vers un personnage à la massue, qui pourrait être considéré comme le défunt.

Sur le petit côté gauche figure la scène de la mise en accusation d’Hippolyte, le jeune prince est au centre. Les regards de tous les personnages convergent vers lui. La composition est animée par l’oblique créée par le mouvement du roi Thésée, assis, sur un tabouret luxueux, est en train de se lever en prenant appui sur le siège, sidéré par ce qu’il entend. Dans la partie droite du panneau, trois figures féminines, toutes tournées vers Hippolyte : la nourrice, courbée par l’âge et reconnaissable par ses vêtements. Derrière elle figure Phèdre, les bras enroulés dans son manteau, la main droite soutenant son menton. Au fond du panneau, derrière la nourrice figure une jeune servante, ses cheveux coiffés en chignon, elle tient dans la main, au niveau du visage la même tablette que tient la nourrice sur la face principale. La scène est peut-être inspirée de Sénèque (Phèdre, v. 882-887), où Phèdre, en présence de la nourrice, accuse elle-même Hippolyte de violence auprès de Thésée.

cl. DURAND Christine, CNRS, Centre Camille Jullian, Aix Marseille Université, Aix-en-Provence.

Sur le petit côté droit figure une chasse à courre à deux cerfs, menée par deux hommes, dont un cavalier. Sur le reste du panneau les animaux (chiens, cerfs) sont à peine dégrossis, de nombreuses traces d’outils sont laissées apparentes. Si on fait abstraction de l’inégalité de traitement, la scène est saisissante par le mouvement du cavalier, l’expression naturaliste du cheval, la course angoissée des animaux, la participation réaliste et efficace des chiens.

Une autre chasse à courre au sanglier, menée par un cavalier, aidé de trois chasseurs à pied et de quatre chiens, figure sur l’arrière. La scène traitée avec autant de naturel, se passe dans une forêt suggérée par des arbres et les rochers. La figure du chasseur nu à la hache, vers laquelle convergent les groupes du cavalier et des animaux en mouvement, est presque statique, saisie dans l’effort du coup qu’elle est prête à porter. Le piqueur, attend son tour sous un arbre pour intervenir, alors que son voisin guide la meute contre le sanglier d’un mouvement dynamique, paraissant pourtant figé à cause de l’état inachevé du relief. Les chasseurs ne se présentent pas dans une nudité ‘héroïque’, mais sont habillés avec les vêtements que nécessitait la pratique de ce sport. On sent que le sculpteur avait observé de telles scènes. Tous ces détails indiquent que ce côté, comme l’arrière n’ont pas été négligés.

Détails du couvercle du sarcophage. cl. DURAND Christine, CNRS, Centre Camille Jullian, Aix Marseille Université, Aix-en-Provence.

Sur le couvercle du sarcophage qui prend la forme de couche d’un lit garnie d’un épais matelas, un homme y est à moitié étendu, accoudé sur son bras gauche, la main posée sur un coussin tient un volumen à moitié ouvert. La main droite tient un pan de sa draperie. Il est habillé d’une longue tunique à manches qui couvre entièrement ses jambes et d’une toge contabulata (terme qui caractérise une manière de porter la toge), surtout suivie dans les provinces. A droite, on aperçoit tout ce qui reste d’un second personnage qui s’y trouvait à l’origine, car le couvercle a été modifié, probablement pour répondre à un choix du commanditaire. Au départ un couple avait été sculpté sur le couvercle. D’après d’autres sarcophages connus ailleurs, le couple se présenterait étendu face aux spectateurs, l’homme se trouve à droite, posant sa main droite sur l’épaule droite de sa compagne. Sur le couvercle de Trinquetaille, pour une raison liée au commanditaire arlésien, la figure masculine a été arasée, puis la figure féminine a été retravaillée afin de représenter un homme. La maladresse des plis indique un sculpteur qui n’était peut-être pas familier du travail du marbre pentélique. La mise à jour du couvercle suivant une commande particulière est plutôt rare, et il se peut que ces transformations du couvercle aient été opérées par un atelier local à Arles, une fois le sarcophage importé de Grèce. En tout cas, elles sont dues à la volonté expresse du commanditaire de se représenter en toge, l’habit du citoyen romain, et non pas en himation grec que l’on retrouve sur la quasi-totalité sur ce type de sarcophage. Peut-être que le commanditaire, fraîchement promis citoyen romain, ou bien sa famille, tenait particulièrement à faire ressortir ce fait dans l’iconographie de son couvercle et n’a pas hésité à faire entreprendre ces modifications par un atelier local.

Sur le devant du lit, les accotoirs latéraux se terminent par deux fulcra ornés de dauphins et de feuilles d’acanthe, tandis que la base horizontale s’effile en forme de tête de bélier, vue de profil. Ce riche décor du matelas, qui suggère les broderies de la literie de luxe, a été arasé pour installer une longue tabula ansata pour une inscription, laquelle n’a pas été gravée, ou peut-être était-elle peinte. De l’ancien décor préservé en partie, un centaure marin qui est en train de souffler dans une conque marine. A droite, il subsiste aussi les restes probablement d’un autre centaure marin.

La qualité plastique des panneaux est frappante : ceci est valable même pour ceux qui sont restés inachevés. La face principale et le petit côté gauche sont traités avec le même sens d’équilibre, la même précision, la répartition en petits groupes. La scène de la déclaration d’amour de Phèdre, malgré l’attitude nonchalante de cette dernière et la présence charmante de l’Eros, gagne en expression dramatique grâce aux gestes de la nourrice, qui présente ici la tablette quasi invisible, détail qui précise la scène. Dans le geste de refus que fait Hippolyte on devine un sentiment de répugnance et d’effroi, causé par le discours de la nourrice.

Ce sarcophage fait partie d’une bonne vingtaine de sarcophages attiques représentant cette légende, et présente avec certains d’entre eux des points communs iconographiques, sans pour autant qu’une pièce soit la copie exacte d’une autre. Chaque sculpteur, à travers des figures nouvelles, des détails choisis, crée une composition originale tout en restant fidèle à l’esprit de l’œuvre écrite qui a été sa source d’inspiration.

Ce sarcophage d’Arles illustrant la légende de Phèdre et Hippolyte, appartient au groupe de la deuxième phase des sarcophages attiques qui se développe à partir de 180, moment où la cuve prend la forme d’une klinè (lit). Cette transformation exprime un glissement du sens du sarcophage, à savoir qu’il n’est plus la maison du défunt (forme rectangulaire avec un couvercle en double pente), mais le lit sur lequel le défunt est censé dormir.

A cause de certaines particularités stylistiques, ce sarcophage peut être daté autour de 250 de notre ère. Il a été produit par un atelier attique de qualité. Ces sculpteurs grecs de période romaine, employaient le marbre du Mont Pentéli et puisaient leur inspiration dans les textes de période classique. Sur ces œuvres se cristallisent plusieurs siècles de recherches esthétiques menées par les sculpteurs. La composition, malgré le grand nombre de personnages, les différents plans et la densité qui en résulte est claire et équilibrée. Une force se dégage des corps athlétiques nus et l’alternance savamment organisée des corps, nus et habillés, accroche ou fait glisser la lumière. Enfin l’attitude des chevaux apporte du mouvement à la composition, alors que les chiens occupent utilement l’espace entre les pieds des personnages et rendent plus réelle l’ambiance du palais, ou de la réunion des chasseurs, par leurs attitudes familières et bien observées.

Vassiliki Gaggadis-Robin,

CNRS – Centre Camille Jullian – Aix Marseille Université

Pour savoir plus :

Vassiliki Gaggadis-Robin, Les sarcophages païens du Musée de l’Arles antique, Arles, 2005, p. 72-90 n°14

1Dimensions : Cuve H : 105 cm ; L : 235 cm ; l : 94 cm ; Saillie du relief maximale : 11 cm. Couvercle L : 223 cm ; H du bord : 25 cm ; H du personnage : 45 cm.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Vassiliki Gaggadis-Robin (4 décembre 2023). Sarcophage de Phèdre. Actualités des études anciennes. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tccq


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search