Recherches : compte rendu de la journée d’étude “Autour de ‘l’économie impériale’ en Asie Mineure : empereurs, notables, marchands, armée”

Date / lieu : 21 mai 2016 / Paris, INHA (Salle Mariette)

Cette journée d’étude a été organisée par Alberto Dalla Rosa, dans le cadre du projet LanCRAM, The land of Caesar : geography and economy of the imperial properties in Roman Asia Minor (Marie Curie IEF). Elle fera l’objet d’une publication aux Éditions Ausonius, conjointement avec la journée du 3 juin 2015 (à Paris), intitulée « Administrateurs, entrepreneurs, paysans. Les propriétés impériales en Asie Mineure et leurs protagonistes ». Alberto Dalla Rosa a commencé par rappeler l’importance et l’actualité de l’article d’Elio Lo Cascio « Forme dell’economia imperiale » (A. Schiavone (a c. di), Storia di Roma Einaudi, II, 2, Turin 1991, 313-365) dans lequel celui-ci proposait l’existence d’une économie rurale à deux vitesses, tenant compte des facteurs « économie du marché » et « coût des transactions ». Puis, Alberto Dalla Rosa a présenté une base de données épigraphiques sur les propriétés des empereurs dont il est l’auteur et qui propose notamment une géolocalisation et une biographie des personnages.

La première session de cette journée, présidée par Ségolène Demougin, était consacrée aux patrimoines et aux politiques. Au cours de celle-ci, Alberto Dalla Rosa s’est intéressé aux modalités d’acquisition et de développement des propriétés en prenant trois cas pratiques : la Galatie, la Phrygie Epiktetos et la Lydie. Le premier cas discute l’idée d’une intégration automatique des terres des anciens monarques hellénistiques dans le patrimoine d’Auguste et de ses successeurs. L’exemple de la Phrygie Epiktetos éclaircit les circonstances dans lesquelles la propriété impériale put se développer de façon remarquable dans une région périphérique et peu urbanisée. La Lydie, troisième et dernier cas, montre en revanche un caractère bien différent, étant elle, une région fortement urbanisée, bien connectée à plusieurs marchés et marquée par une forte présence romaine. Alberto Dalla Rosa souligne le caractère passif de l’acquisition des domaines ; le développement ultérieur serait déterminé en partie de manière fortuite, mais aussi par une rationalité visant à combler les besoins régionaux selon le contexte.

Deux domaines du supposé territoire de Kibyra sont présentés par Thomas Corsten. Le premier, se trouvant à 10 km au nord de Kibyra, est tombé dans des mains privées, tandis que le second, à 30 km au nord-est, est intégré au patrimoine impérial. A notamment été évoquée une dédicace à Auguste, encore non publiée et provenant du village actuel de Sazak, où se trouvait la villa de l’administrateur du domaine. Cette inscription permet d’apprendre que cette terre appartenait au roi galate Amynthas. Lors de la provincialisation de la Galatie, elle est devenue la propriété d’Auguste.

Partant du constat que les élites locales étaient caractérisées par l’évergétisme et par d’autres contributions à la communauté qui découlaient des liturgies et des magistratures qu’ils revêtaient, Anne-Valérie Pont a cherché à mettre en évidence un flux financier inverse, en Asie Mineure à l’époque impériale. Celui-ci va de la cité vers les individus appartenant souvent aux élites politiques et sociales locales. Si l’épigraphie mentionne seulement le côté altruiste de l’engagement des élites avec les communautés, d’autres textes renseignent sur l’intérêt économique et financier que représentait la participation à la vie collective. Une typologie des profits, souvent illicites, tirés de la gestion des affaires locales est présentée. Elle montre que le pouvoir romain, préoccupé de s’assurer de la stabilité financière des cités d’une part, mais aussi de ménager les notables locaux d’autre part, exerce un contrôle modéré sur ces pratiques.

Présidée par François Kirbihler, la deuxième session, portant sur les facteurs et les politiques d’intégration économique, s’est ouverte avec la communication de Giovanna Daniela Merola consacrée au portorium. Selon elle, le portorium avait un but fiscal, mais pas uniquement. Il n’était pas lié au protectionnisme, mais au contraire, il pouvait avoir une finalité somptuaire. Elle affirme que les douanes n’ont jamais bloqué le commerce et conclut que le pouvoir central avait une conscience de la lourdeur que ces impôts pouvaient supposer. Il s’en est servi pour organiser le marché et y intervenir.

Michael A. Speidel a présenté la dernière communication de la journée (car Alexandru Avram n’a pas pu être présent) portant sur l’impact de la présence militaire dans l’économie de la Cappadoce. L’auteur considère que si le passage de cette région d’un royaume hellénistique à une province romaine au début de notre ère a inséré la Cappadoce dans les réseaux méditerranéens et occidentaux, cette insertion a été renforcée par l’établissement de garnisons militaires et ses conséquences économiques. Dans les années 70 ap. J.-C., elle devint une des provinces militaires les plus importantes. Y stationnaient 23 000 soldats divisés en deux légions, auxquels s’ajoutaient des auxiliaires. Cette présence exigeait l’exploitation des ressources locales et de la main-d’œuvre de Cappadoce et au-delà des confins. L’importation régulière de produits des régions lointaines dut être faite pour survenir à la forte présence militaire. De même, il y eut de l’exportation, notamment des fameux chevaux de Cappadoce.

Dans sa conclusion, Jérôme France souligne l’importance du thème de la journée. En effet, comme Elio Lo Cascio l’avait suggéré, l’étude de la propriété impériale constitue une porte d’entrée sur la gestion économique dans le monde romain. Il évoque ensuite les tables de Vipasca comme exemple d’un règlement sur le fonctionnement d’un domaine impérial, qui est peu exploité en tant que tel, mais surtout pour la connaissance des mines. Jérôme France a voulu insister sur deux questions, en commençant par celle de la rationalité, qui a occupé la deuxième partie de la journée. Il l’a divisée en rationalité patrimoniale et choix du mode de gestion. Par la suite, il est revenu sur l’ouvrage de Peter Bang, The Roman bazaar, pour évoquer le renouveau du primitivisme.

Hernán González Bordas

Post-doctorant, LaScArBx, Université Bordeaux Montaigne

Page Academia de Hernán González Bordas

Accéder au programme de la journée

 

Citer cet article comme : Hernán González Bordas, Recherches : compte rendu de la journée d’étude “Autour de ‘l’économie impériale’ en Asie Mineure : empereurs, notables, marchands, armée”, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 02/06/2016, https://reainfo.hypotheses.org/3140.

Crédits image : © Hernán González Bordas.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.