Profil monétaire d’Arsinoé II Philadelphe, mnaeion

N’avez-vous jamais souhaité que votre visage passe à la postérité ? Ou mieux, à l’instar d’Arsinoé II, être divinisée par votre conjoint afin d’incarner pour quelques siècles l’image de votre dynastie dans l’imaginaire collectif ?

Quel meilleur vecteur idéologique pour réaliser cette divinisation et la propager au plus grand nombre que la monnaie ? Omniprésente, circulant de main en main ou conservée précieusement pour des temps moins prospères, frappée pour financer les campagnes militaires ou honorer des dignitaires du royaume, la monnaie est le panneau publicitaire itinérant des royautés hellénistiques. Les souverains s’y font représenter au droit sous leurs plus beaux atours. Longtemps utilisés pour identifier les personnages historiques, ces profils monétaires recèlent également des indices, des messages symboliques, nous renseignant sur la mise en scène du pouvoir souhaitée par le commanditaire royal.

Cet octodrachme en or, daté autour de 254-253 avant notre ère, conservé à la Bibliothèque nationale de France, est un type de monnaie souvent thésaurisé, de prestige. Sa conservation nous permet d’avoir une lisibilité des détails suffisante pour réfléchir sur le sens de l’iconographie, mais il faut garder à l’esprit que ce type de profil existe au droit de monnaies d’argent également.

Droit : tête diadémée et voilée d’Arsinoée II a droite, coiffée de la stéphanè, les cheveux relevés
en chignon, Θ derrière la reine.– BnF

Au droit, Arsinoé est figurée en reine : voilée, avec une couronne, la stéphané, au-dessus de laquelle on aperçoit l’extrémité en forme de fleur de lotus d’un sceptre. Elle est coiffée en chignon. Les mèches ondulées successives de part et d’autre du front s’épaississent le long de la tempe et se terminent par une boucle autour de l’oreille, fortement arrondie et dirigée vers l’extérieur, rappelant des cornes de bélier. L’œil est figuré comme grand ouvert, schématique, presque surnaturel. Le portrait la présente comme une femme d’âge mûr, en attestent les plis de son cou. Une marque de contrôle Θ est disposée dans le champ de la monnaie à gauche.

Au revers, une double corne d’abondance entourée par une tainia (sorte de diadème royal se présentant comme un bandeau). La corne d’abondance contient des grappes de raisin et des épis disposés en symétrie, des grenades et des gâteaux de célébration (offrandes cultuelles mais aussi nourriture). La dikéras est l’association de deux cornes d’abondance nouées par un diadème dont les extrémités sont terminées par trois fanons. Ce diadème est identique à celui qui ceint la tête des souverains, en particulier Alexandre le Grand. Le nom de la reine est inscrit courbé de part et d’autre de la dikéras « APΣINOHΣ ΦIΛAΔEΛΦOY » (Arsinoé Philadelphe), sans mention du souverain.

Revers double corne d’abondance avec fruits et épis et ornée d’un ruban à long fanons. À
gauche APΣINOHΣ courbé, à droite ΦIΛAΔEΛΦOY courbé. – BnF

En fait, il s’agit d’un portrait posthume, habilement élaboré et commandité par Ptolémée II Philadelphe et ses conseillers. L’omniprésence et la multiplication de cette iconographie, à partir de 260 avant notre ère, renforce l’idée que la reine continue, post mortem mais sous forme divine, de régner aux côtés de son époux. Symboliquement, tout ennemi des Lagides est menacé par la reine désormais déesse qui protège le souverain, les troupes, les transactions, etc.

Arsinoé II est aussi présentée comme une véritable égérie dynastique, portant les attributs de divinités égyptiennes et de leur équivalent grec.

La stéphanè est un élément polysémique. Il est possible de la rattacher à l’héritage argéade d’Arsinoé II, ou de faire le lien avec les divinités Héra et Aphrodite dont cette couronne est l’attribut. La présence du voile associé à la stéphanè avec le sceptre caractérise la royauté féminine, et fait écho aux représentations d’Héra, patronne des mariages, reines des dieux, soulignant le caractère sacré de l’union d’Arsinoé II avec Ptolémée II. Cependant, le sceptre à fleur de lotus est un attribut désignant plutôt Isis, déesse ayant également épousé son frère Osiris dans la mythologie égyptienne. Le mariage de Zeus et Héra et celui d’Osiris et Isis seraient ici suggérés comme parallèles à celui des époux Philadelphe, légitimant la politique de règne en couple des Lagides.

La forme de la chevelure rappelle celle des cornes du dieu Ammon et, précisément les cornes de bélier associées au culte d’Alexandre le Grand. Arsinoé était également assimilée à la déesse égyptienne Hathor, parfois évoquée comme étant la fille de cette divinité. De fait, Arsinoé est parfois désignée comme un pharaon féminin, d’ascendance divine. L’attribut des cornes de bélier est très présent dans le culte égyptien. Enfin, ces cornes rappellent les liens privilégiés qui unissaient la souveraine aux prêtres d’Ammon, liés au culte d’Alexandre notamment. On retrouve donc à travers ce symbole un rappel du culte commun de ses parents Ptolémée I et Bérénice I Sôter : les Théoi Adelphoi, d’Arsinoé elle-même et d’Alexandre le Grand. Le regard surnaturel a pu être interprété comme une manifestation de la magnanimité des couples royaux. Il connaît également une postérité dans la manière de représenter le profil royal des Lagides sur les supports monétaires et les pierres gravées.

Le sceptre à fleur de lotus peut-être rattaché à plusieurs divinités, dont Héra, Isis et Aphrodite. Il s’agit d’un attribut également polysémique, pouvant être compris comme un marqueur de royauté, mais aussi comme un indice de filiation d’Arsinoé II avec la dynastie argéade. Combiné au voile et à la stéphanè, le sceptre renvoie explicitement à Héra, reine des dieux, épouse de son frère Zeus dans certaines versions du mythe, déesse des mariages. Cet attribut souligne en particulier le mariage d’Arsinoé II à son frère et renforce sa valeur, son caractère sacré et sa légitimité. Considéré du point de vue de l’art grec, le sceptre est l’attribut d’Aphrodite à laquelle Arsinoé II est associée dans le culte royal et dans les cultes privés.

Dans l’iconographie ptolémaïque, cet attribut est attaché à Isis et recouvre une fonction équivalente à Héra, déesse-reine du mariage. Isis et Arsinoé II sont assimilées dans le culte égyptien, en ce que la reine est traditionnellement associée à Isis dans la conception du pouvoir terrestre renvoyant à un pouvoir divin. Pour les Égyptiens, le lotus symbolise le pouvoir sur la haute Égypte, conféré à Arsinoé II par son titre de reine de la haute et de la basse Égypte. Le lotus peut aussi être compris comme un symbole de re-création, de renaissance, renvoyant à l’apothéose d’Arsinoé.

Le sceptre apparaît au-dessus de la tête d’Arsinoé II comme s’il s’agissait d’une petite couronne, renforçant son identification à Isis, et lui conférant les prérogatives de déesse protectrice du règne de son mari-frère-époux. Cette divinisation lui confère symboliquement le pouvoir sur la crue du Nil et le renouvellement annuel de l’ordre cosmique selon les croyances égyptiennes. La signification de ce motif, relié à Hathor ou à Isis-Aphrodite, fait de la reine ainsi divinisée la protectrice du règne de son frère et époux.

Pour le revers, le motif de la double corne d’abondance est parfois interprété comme étant un gage de richesse, ou comme identifiable à la corne d’Amalthée. Dans les deux cas, la notion d’opulence et de largesse est soulignée. La dikéras est un attribut propre à Arsinoé divinisée dans l’iconologie hellénistique.

Ainsi ce profil monétaire fait à titre posthume d’Arsinoé II l’équivalent symbolique de pas moins de cinq divinités (Isis, Aphrodite, Héra, Hathor, Ammon) et l’héritière légitime d’Alexandre le Grand par association de son culte à celui de la dynastie. Cette représentation légitime également son mariage avec son frère et place en parallèle la dynastie lagide avec les dynasties divines d’Isis et Osiris pour la population égyptienne, mais aussi de Zeus et Héra pour la population hellénisée. Nous n’avons pas ici affaire à un portrait dont l’unique objectif est de rendre la souveraine identifiable, mais bien à un projet politique, le manifeste d’une idéologie royale, que les productions littéraires et artistiques lagides accompagnent et enrichissent pendant des siècles.

‌Élodie Bézille,

Doctorante en histoire de l’art – U.M.R. Ausonius

Pour aller plus loin :

– Caneva, S.G. (2016) : “From Alexander to Theoi Adelphoi, foundation and legitmation of a dynasty”, Studia Hellenistica, 56.

– Lorber, C.C. (2018) : Coins of the Ptolemaic Empire Part I Ptolemy I through Ptolemy IV Volume 1 Precious Metal., New York.Lorber, n° 388

Catalogue en ligne : https://numismatics.org/pco/id/cpe.1_1.388

– Olivier, J. et F. Duyrat (2010) : “Deux politiques de l’or. Séleucides et Lagides au IIIe siècle avant J.-C.”, Revue numismatique, 6e série, 166, 71 93.

– Olivier, J. et C.C. Lorber (2013) : “Three gold coinages of third-century ptolemaic egypt.”, Revue Belge de Numismatique et de Sigillographie, 159.



Citer ce billet
Elodie Bézille (2023, 5 décembre). Profil monétaire d’Arsinoé II Philadelphe, mnaeion. Actualités des études anciennes. Consulté le 29 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tccr

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search