Le vase d’Amathonte

Vue générale du vase – Musée du Louvre, Département des Antiquités orientales, AO 22897 

Le 5 mai 1866, le Directeur des Antiques du Louvre, Adrien de Longpérier, s’adresse ainsi au Directeur des Musées, le comte de Nieuwerkerke :

« Le vase d’Amathonte va nous arriver prochainement et comme il a excité, beaucoup trop il est vrai, la curiosité publique, il sera bon de l’exposer rapidement. Le difficile est de le faire entrer dans nos galeries. Voudriez-vous permettre que, provisoirement, il soit déposé (…) entre la galerie égyptienne et la galerie assyrienne sous le guichet. Cet expédient (…) laisserait le temps de chercher une place définitive pour un colosse qu’il faut nous efforcer de mouvoir le plus rapidement possible. ».

Après son enlèvement du sommet de l’acropole d’Amathonte grâce à l’ingéniosité du capitaine de frégate Ernest Moret en septembre 1865, la pose de ce géant dans le musée a été un second tour de force. Il a fallu le faire passer de champ entre les taureaux de Khorsabad exposés dans la galerie assyrienne, jusqu’au vestibule de l’escalier, puis dans la salle voisine côté rue de Rivoli d’où il n’a plus bougé.

Qualifié de « chef-d’œuvre de l’art archaïque » par le Comte Melchior de Vogüé qui dirigeait la mission archéologique française dans l’île de Chypre, ce volumineux monolithe en calcaire de plus de 3 mètres de diamètre, de presque 2 mètres de hauteur et d’un poids approximatif de 13 tonnes est particulièrement intéressant des points de vue cultuel et épigraphique.

Vue d’ensemble à Amathonte – Hélène Le Meaux

Installé dans la cour du sanctuaire, il n’était pas isolé ; un second exemplaire tout aussi monumental, voire plus, comme en témoignent les récits des voyageurs dès le XVIe siècle, s’est détérioré au cours du temps. Seul Edmond Duthoit, l’architecte de la mission Vogüé, a réalisé des croquis montrant les deux vases en place. À l’image de la « mer d’airain » du temple de Salomon décrite dans la Bible, on suppose qu’ils contenaient l’eau destinée aux usages cultuels et l’on peut penser, comme Léon Heuzey et Georges Perrot, en s’appuyant sur une maquette de la collection chypriote du Louvre (inv. MNB 96), qu’un escalier mobile en permettait l’accès aux fidèles. Les taureaux et les motifs végétaux sculptés sous les quatre anses évoqueraient la fécondité et la vie en lien avec la divinité des lieux. C’est sur la moulure en forme d’arceau qui entoure l’une de ses anses, juste au-dessus de la palmette inversée, devant la tête du bovidé, qu’Antoine Hermary a observé la présence d’une inscription gravée de plusieurs signes chypriotes. Dès les années 1862-1864, le bruit courait que le vase intact portait une inscription syllabique. Or le dessin publié dans l’Illustration en 1864 n’était qu’un curieux assemblage sans la moindre relation avec le vase lui-même et les caractères repérés sur son embouchure en 1876 avaient été interprétés de manière erronée par le conservateur Félix Ravaisson. En revanche, dans ces signes qui doivent être lus à partir du bas de l’anse, l’épigraphiste Olivier Masson a reconnu un a, un na, une barre de séparation, un ta très probable et les traces de deux signes. Le premier «mot» a-na, est bien attesté à Amathonte et il est possible qu’il signifie « la divinité » dans la langue locale.

Détail de l’inscription – Musée du Louvre, Département des Antiquités orientales, AO 22897

Exposés sur l’acropole de l’antique capitale du royaume d’Amathonte, ce mastodonte et sa minuscule inscription étaient donc tout entiers dédiés à la déesse Aphrodite-Astarté.

Hélène Le Meaux,

Conservatrice au département des Antiquités orientales du musée du Louvre


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Hélène Le Meaux (7 décembre 2023). Le vase d’Amathonte. Actualités des études anciennes. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tcct


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search