La pompe panathénaïque restaurée

La pompe panathénaïque restaurée (atelier du musée national du Louvre, n° 555 ; H. : 1,07 m x l. : 1,04 m). Collection ISBA, Besançon. cl. S. Montel.

On trouve dans les écoles d’art des tirages en plâtre destinés à l’enseignement du dessin, du modelage, de la sculpture. En Bourgogne – Franche-Comté, un projet de recherche tend à identifier, inventorier, étudier ces collections et à redonner une place à ces « moulages », qui sont des collections pédagogiques, didactiques, sur lesquels les chercheurs ont attiré l’attention depuis une trentaine d’années[1]. Éléments du patrimoine des établissements d’enseignement, ces moulages reproduisent des reliefs et des statues, des éléments d’architecture, de la Grèce, de la Rome antique, mais aussi d’autres périodes. À l’université de Besançon, par exemple, en plus des tirages des statues de Sophocle et de de Démosthène, on comptait, aux côtés des tirages de reliefs gréco-romains, de volutes, de rinceaux, de palmettes, les dix panneaux en plâtre de la porte du baptistère de Ghiberti à Florence. Si les moulages des universités françaises ont fait l’objet d’une thèse de doctorat dont la parution est imminente[2], ce n’est pas le cas des tirages en plâtre présents dans les écoles d’art et les établissements d’enseignement secondaires. Pour ces derniers, quelques régions[3] ayant fait le choix de s’intéresser au patrimoine scientifique et pédagogique ont étudié les plâtres aux côtés des instruments scientifiques liés à l’enseignement de la physique et des sciences naturelles par exemple.

Le récolement récent des tirages en plâtre encore conservés à l’école d’art de Besançon, l’ISBA – Institut supérieur des Beaux-Arts[4], a permis d’identifier plusieurs plaques de la frise des Panathénées du Parthénon ; ces reliefs ont été reproduits à échelle 1 (comme ici) ou à échelle réduite et largement diffusés dans les ateliers d’artiste, les lycées, les écoles d’art et les universités où ils accompagnaient les cours d’histoire de l’art et d’archéologie. Le récolement a été réalisé dans le cadre de la thèse de doctorat d’Emy Faivre qui a débuté en octobre 2023[5].

La plaque d’aujourd’hui porte le numéro 555 ; elle provient de l’atelier du musée du Louvre (comme le montre l’estampille en métal visible en haut à droite), qui était l’un des principaux fournisseurs de moulages, avec l’atelier de l’École des beaux-arts de Paris. Il s’agit du tirage en plâtre de la moitié gauche de la plaque des Ergastines (musée du Louvre, MR 825), dont l’original figurait sur le côté est de la frise des Panathénées (Athènes, Parthénon). Une inscription au crayon indique « pompe panathénaïque restaurée ». Sur l’original, toutes les têtes des personnages sont perdues ; mais, sur notre moulage, elles apparaissent ! Elles correspondent à une restauration de la plaque des Ergastines réalisée au début du XIXe siècle. Aujourd’hui, au musée du Louvre, les visiteurs découvrent la plaque dérestaurée[6].

La plaque complète, dans son état restauré également, était présente dans le fonds de l’université de Bourgogne à Dijon ; on peut la voir aujourd’hui dans le bâtiment de la rue Chabot-Charny qui abritait les cours d’histoire de l’art et d’archéologie avant le déménagement sur le campus Montmuzard. Les déménagements ont occasionné de nombreuses pertes de moulages car on profitait de ces changements d’espace pour abandonner les plâtres considérés comme encombrants et remplacés petit à petit par d’autres types de reproduction : photographies, plaques à projection, puis diapositives. Pourtant, rien ne vaut une reproduction en trois dimensions pour faire comprendre la plasticité des formes, les jeux d’ombre et de lumière, les techniques de mise en œuvre. Aujourd’hui d’ailleurs, en plus de leur intérêt patrimonial, on soulignera le regain de considération pour les moulages qui sont réhabilités dans les espaces de formation[7]. La préservation de ce qu’il reste de ces collections constitue un enjeu auquel notre projet contribue ; l’étude de la collection de l’école d’art de Dijon, transférée en 1994 au musée Buffon de Montbard, menée par une étudiante de master de l’université de Bourgogne – Aimé Sonveau[8], a permis son inscription au titre des Monuments Historiques.

Emy Faivre et Sophie Montel,

Université de Franche-Comté, UR 4011 – Institut des Sciences et Techniques de l’Antiquité

[1] Voir https://ista.univ-fcomte.fr/projet-scientifique/projet-moulages.

[2] Morinière, Soline, Laboratoires artistiques. Genèse des collections de tirages en plâtre dans les universités françaises (1876-1914), Thèse de doctorat en Histoire de l’Art, soutenue le 14 juin 2018 à l’université Bordeaux 3 (dir. Dominique Jarrassé), premier volume à paraître aux éditions Mare&Martin.

[3] Ainsi dans les services d’inventaire général du patrimoine culturel de Auvergne – Rhône-Alpes, Bretagne, Hauts-de-France.

[4] Pour une première approche de la collection de l’école d’art de Besançon : Montel Sophie, Esposito Arianna, Markus Lionel, « Dans le goût de l’antique : collection de plâtres et patrimoine des écoles d’art en Bourgogne – Franche-Comté ». In Situ Revue des patrimoines, n°43, 2021 Des écoles d’art académiques aux écoles d’art : des collections et des lieux, un patrimoine à valoriser.

[5] Faivre, Emy, Présence et usages des plâtres dans les écoles d’art de Franche-Comté (XIXe-XXIe siècles), thèse financée par un contrat doctoral de la région Bourgogne – Franche-Comté (dir. Antonio Gonzales et Sophie Montel).

[6] Sur ce phénomène, voir en particulier Marcadé, Jean, Pinatel, Christiane, « Les avatars de la plaque des Ergastines du Louvre au XIXe siècle », dans Parthenon-Kongreß Basel, Mayence, Philipp von Zabern, 1984, p. 338-342 ; Martinez Jean-Luc, assisté de Guillon Débora (dir.), Paris-Athènes, naissance de la Grèce moderne, 1675-1919 [exposition, Paris, musée du Louvre, 30 sept. 2021-7 février 2022], Hazan Louvre éditions, 2021, p. 32-38.

[7] Montel Sophie, Esposito Arianna, « Les moulages, objets d’art et d’enseignement / Moldagens, arte e objetos de ensino », Heródoto, v.6, n. 1, 2021 [2022] [https://doi.org/10.34024/herodoto.2021.v6.13767].

[8] Sonveau Aimé, Les collections de moulages et le musée Buffon de Montbard. Récolement et perspectives de valorisation, mémoire de master 2, université de Bourgogne, 2020 (dir. A. Esposito).



Citer ce billet
Emy Faivre et Sophie Montel (2023, 10 décembre). La pompe panathénaïque restaurée. Actualités des études anciennes. Consulté le 21 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tccw

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search