Les fresques de Boscoreale : trésors du Musée royal de Mariemont (Belgique)

Cela fait plus d’un siècle que les visiteurs de Mariemont (Belgique) peuvent admirer huit fresques romaines mises au jour sur le territoire de Boscoreale, une localité située au nord de Pompéi. Ces peintures proviennent d’une villa antique découverte lors de fouilles privées réalisées entre 1899 et 1902. Elles ont été acquises par Raoul Warocqué (1870-1917), le fondateur des collections de l’actuel Musée royal de Mariemont, à l’occasion d’une vente aux enchères exceptionnelle organisée aux galeries Durand-Ruel à Paris, le 8 juin 1903. Celle-ci provoqua la dispersion des fresques (48 au total !) dans neuf institutions, dispersées entre l’Europe et les États-Unis.

Datées du milieu du Ier siècle avant notre ère, ces peintures proviennent d’une vaste résidence qui sert à la fois de lieu de villégiature et d’implantation agricole dont l’activité principale est la production d’huile et de vin. Elle est conventionnellement appelée « villa de Publius Fannius Synistor », en raison d’un vase en bronze portant ce nom retrouvé lors des fouilles. Durant l’Antiquité, les peintures ornaient les murs de salles de banquet, d’un grand salon et de chambres à coucher distribués autour d’une vaste cour à péristyle.

La qualité et le style des peintures permettent de les attribuer au même atelier, certainement venu de Rome, qui a réalisé le décor de la Villa des Mystères à Pompéi et celui de la Villa dite de Poppée à Oplontis. Les fresques de Boscoreale imitent des plaquages de marbres colorés, créent des architectures fictives en trompe l’œil, jouent avec le décor des théâtres et multiplient les évocations du monde divin. Les guirlandes et les masques alternent avec des frises et paysages sacrés aux touches « impressionnistes ». Ces éléments sont caractéristiques de ce qu’on a appelé le « IIe style pompéien » (80 – 15 av. J.-C.), un style qui étonne par ses ouvertures architecturales.

Décor architectural avec barrière en bois, trois panneaux du mur sud du triclinium G, 5,01 m x 3,05 m, Morlanwelz, Musée royal de Mariemont, inv. B.96 © Musée royal de Mariemont. cl. Andy Simon.

Parmi l’ensemble de huit panneaux conservés au Musée royal de Mariemont, la grande fresque architecturale provenant du triclinium (salle de banquet) G est de loin la plus impressionnante. Divisée en trois panneaux, cette peinture immerge les visiteurs dans un riche décor en trompe l’œil. S’y développe une architecture fictive présentant des colonnades aux portes closes mais dont les murs sont percés de plusieurs ouvertures vers une imposante cour à portiques dominée par un gigantesque vase. Au sommet de la paroi, un temple rond abrite une statue dorée de Vénus sortant de l’onde. La diversité des couleurs (vert, ocre jaune, rouge « pompéien », beige, etc.) sert ici à imiter une architecture faite de nombreux marbres colorés. À une époque où Rome n’est pas encore cette grande métropole impériale, l’intérieur de cette salle évoque la richesse et le luxe des palais orientaux, ceux d’Alexandrie ou de Pergame. Loin des mœurs romaines, le propriétaire peut ici vivre à la manière d’un roi dans une architecture monumentale aux nombreux effets scénographiques. C’est un véritable spectacle qui se déroule sous les yeux des participants aux banquets organisés dans la villa de Boscoreale. Cette impression est renforcée par la présence de rideaux noirs qui dévoilent un monde imprégné du théâtre, rythmé par une série de masques évoquant la comédie et la tragédie. 

Depuis leur arrivée à Mariemont en juin 1903, les fresques de Boscoreale ont connu une histoire mouvementée. D’abord exposées avec d’autres antiquités méditerranéennes dans un petit pavillon installé au bord d’un étang du parc de Mariemont, elles rejoignent le château Warocqué vers 1909-1910. On les expose alors dans une imposante salle à deux niveaux, appelée « Temple ». Les trois grands panneaux du triclinium G occupent les parois du fond, tandis que les autres panneaux sont installés sur les murs latéraux. Cette présentation des fresques de Boscoreale ne subit aucune modification pendant une vingtaine d’années. À la mort de Raoul Warocqué en 1917, le domaine, le château-musée et ses collections sont proposés en legs à l’État belge. Il faut attendre l’arrivée en 1934 de Paul Faider et de son épouse Germaine pour assister à un remaniement de l’ensemble des œuvres, dans une perspective dynamique, à visée scientifique et pédagogique.

Photographie ancienne de la salle des Antiquités classiques du château-musée de Mariemont, avant 1952. © Musée royal de Mariemont, archives.

Construction du cabinet des fresques inauguré avec le Musée en 1975 © Musée royal de Mariemont.

En 1960, un violent incendie ravage la partie centrale du château. La majorité des collections, installées dans les ailes de l’édifice réalisées en béton armé, sont épargnées. Au lieu de reconstruire la demeure des Warocqué à l’identique, on décide d’ériger un nouvel édifice. Il est inauguré en 1975, suivant le projet confié à l’architecte namurois Roger Bastin. Ce dernier rompt avec l’architecture du château en créant un bâtiment géométrique moderne, sous la forme d’une ample structure quadrangulaire en béton ouvrant sur le parc. Dans l’une des quatre grandes galeries du premier étage dédiées à la présentation comparée des civilisations anciennes d’Europe et d’Asie, on construit un cabinet spécifiquement réservé à la présentation des fresques. Il s’agit d’une structure semi-fermée dont les cloisons intérieures intègrent les fresques, montées sur des châssis de bois et littéralement encastrées dans les murs. Redevenues inamovibles, les fresques sont exposées pendant plus de quarante ans dans cet écrin reproduisant l’apparence réinventée d’une pièce de maison romaine. 

Cette présentation a l’avantage de diminuer l’impact de la lumière sur les fresques, mais, au fil du temps, l’état des peintures se dégrade. En 2007, un constat d’état tire la sonnette d’alarme, après avoir identifié de nombreuses altérations : des noircissements et blanchissements alternent avec des soulèvements et des écaillages de l’enduit. Ce rapport a jeté les bases d’une importante campagne de restauration conduite entre 2016 et 2019 par le Centre d’Étude des Peintures Murales Romaines de Soissons. Les peintures restaurées sont désormais installées dans un écrin contemporain aux lignes épurées et aux volumes majestueux bénéficiant de nouveaux outils de médiation.

A gauche : Restaurations des panneaux du Musée royal de Mariemont par le Centre d’Étude des Peintures Murales Romaines (CEPMR) de Soissons © CEPMR. A droite : Vue du nouveau pavillon des fresques de Boscoreale au Musée royal de Mariemont (Studio SNCDA et Richard Venlet). © Studio SNCDA.

Ce « pavillon des fresques » du Musée royal de Mariemont a été inauguré le 24 juin 2022. Il permet aux visiteurs de (re)découvrir ces chefs d’œuvre de la peinture murale antique qui bénéficient depuis 2020 d’une reconnaissance comme « Trésor classé de la Fédération Wallonie-Bruxelles » en Belgique.

Si vous souhaitez en savoir plus sur l’histoire de ces fresques et leur restitution, je vous conseille la lecture d’un tout nouvel album publié à l’occasion du 34e colloque de l’Association française pour la peinture murale antique organisé au Musée royal de Mariemont, les 24-25 novembre 2023.

Les fresques de Boscoreale. D’une villa antique aux musées modernes, édition du Musée royal de Mariemont, Morlanwelz, 2023, 80 pages.

Nicolas Amoroso,

Conservateur de la Section des antiquités grecques et romaines – Musée royal de Mariemont (Belgique)



Citer ce billet
Nicolas Amoroso (2023, 11 décembre). Les fresques de Boscoreale : trésors du Musée royal de Mariemont (Belgique). Actualités des études anciennes. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tccx

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search