Battre le fer tant qu’il est chaud. L’exemple de l’Amphore du peintre Plousios

Le fer et ses alliages étaient largement employés par les Anciens. Les témoins matériels mis au jour, de l’outillage à la construction, en passant par l’armement, en sont une parfaite illustration. Mais qu’en est-il de la fabrication de ces objets, essentiels aux activités du quotidien ? Que dire des artisans-sidérurgistes et de leurs ateliers durant l’Antiquité ? Quid de l’organisation du travail ou encore de l’approvisionnement ? Le champ d’études est passionnant, autant que les pistes pour l’explorer sont nombreuses. Traditionnellement, l’archéométallurgie — la discipline qui étudie la métallurgie dans les sociétés anciennes — privilégie l’étude des traces matérielles de la production. Pour l’Antiquité méditerranéenne, nous disposons également de nombreux témoignages textuels, qu’il s’agisse d’inscriptions ou d’œuvres littéraires. Dans le cas particulier de la Grèce ancienne, un autre type de source peut être mobilisé : les images qui nous sont parvenues ont été maintes fois commentées pour étudier la technè. Bien qu’ils soient peu nombreux, au regard de la production de la période, quelques vases attiques des VIe et Vsiècles avant notre ère donnent en effet un aperçu des activités de plusieurs artisans : potiers, cordonniers, bouchers, foulons… Parmi les thèmes traités, le forgeron au travail dans son atelier, entouré de ses outils, s’avère bien représenté. Ce bref « billet de l’avent » est l’occasion d’en évoquer un exemple[1].

Amphore attique à figure noire, attribuée au peintre Plousios. Ca. 510-510 av. n. è. Museum of Fine Arts, Boston, 01.8035. (© 2020 MFA, Boston)

L’objet en question est une amphore à figures noires conservée au Museum of Fine Arts de Boston (inv. 01.8035). Faute d’indications précises concernant sa découverte, ce sont les comparaisons stylistiques qui nous fournissent quelques indices sur sa provenance. Datée de l’époque archaïque (ca. 515-510 av. n. è.), elle est attribuée au peintre attique Plousios, par rapprochement avec deux pélikès de même facture : l’un conservé au Metropolitan Museum (inv. 68.27), l’autre aux Musei Vaticani (inv. 16518) ; c’est d’ailleurs ce dernier, portant l’inscription « Ô Zeus mon père, puissé-je devenir riche ! », qui a donné son nom conventionnel au peintre du VIe siècle. Contrairement aux grands vases de stockage de même forme, destinés au transport des denrées liquides, cette amphore est une petite céramique peinte — elle ne dépasse pas 36 cm. Il s’agit d’un vase de consommation, destiné à être utilisé par exemple lors de banquets, au sein d’un service plus large : cratère pour mélanger le vin et l’eau, œnochoé pour le service, coupe à boire… À première vue, l’Amphore du peintre Plousios apparaît comme tout à fait commune. Elle présente un décor caractéristique de la période, composé de quelques motifs stéréotypés sur fond de vernis noir : une frise d’arêtes rayonnantes au-dessus du pied ; deux palmettes pendantes à la base des anses ; une frise de languettes à l’épaule ; enfin, une chaîne de doubles palmettes-lotus sur le col. À cela s’ajoutent deux panneaux figurés, un sur chacune des faces, semblables à ceux de beaucoup d’autres céramiques contemporaines, tout du moins sur le plan stylistique. Le traitement du corps, la recherche de profondeur, ou encore la matérialisation de l’espace sont autant d’éléments s’inscrivant dans les évolutions de la peinture sur vase à la fin du VIe siècle. La technique employée, dite « à figures noires », est là encore tout à fait classique — la figure rouge, apparue une quinzaine d’années plus tôt, n’en est encore qu’à ses débuts.

Amphore attique à figure noire, MFA 01.8035. Profil du vase et motifs du décor. (© 2023 J. Gravier)

Amphore attique à figure noire, MFA 01.8035. Vue des faces A et B. (© 2020 MFA, Boston)

Or, si l’Amphore du peintre Plousios ne se distingue pas spécialement par son décor, c’est que son originalité est davantage à rechercher dans le sujet que le peintre — ou le commanditaire — a choisi de traiter à l’intérieur des deux panneaux figurés : sur la face A, l’atelier d’un cordonnier ; sur la face B, une forge. C’est cette seconde scène qui nous intéresse plus particulièrement ici. Représenté nu au centre de l’atelier, un premier forgeron barbu se tient debout, levant un marteau au-dessus de sa tête ; ses muscles, représentés tendus par l’effort, sont nettement découpés. Il s’apprête à frapper une barre de fer maintenue sur l’enclume par un second forgeron. Celui-ci est également figuré nu, mais imberbe cette fois, probablement pour souligner sa jeunesse — serait-ce l’apprenti du premier, plus âgé. Penché en avant, il tient de la main droite la pince qui lui sert à manipuler la barre de fer ; de la gauche, il semble prêt à saisir le marteau ou la seconde pince qui gisent à ses pieds. Tout à gauche du panneau, nous pouvons voir le foyer de forge, qui cache d’ailleurs en partie le plus jeune des deux artisans. À l’opposé, deux hommes d’âge mûr semblent observer avec attention la chorégraphie des forgerons au travail. Représentés vêtus et assis, en arrière-plan, ceux-ci se distinguent nettement des deux artisans — s’agit-il de simples spectateurs, de clients observateurs, ou bien sont-ils les patrons de l’atelier, peints en train de donner leurs consignes aux deux forgerons. Celui situé le plus à droite fait en tout cas un geste vers la scène comme pour montrer ce qui se déroule sous leurs yeux. Pour compléter la composition, plusieurs objets dans le champ sont représentés accrochés sur le mur au fond de l’atelier. Un vêtement — peut-être celui d’un des deux artisans — semble suspendu au-dessus du foyer, tandis qu’une œnochoé est visible entre les deux hommes. Le reste fait directement référence aux activités de forge : on remarque ainsi plusieurs marteaux, une scie, des lames ou encore un ciseau. Notons d’ailleurs le soin apporté à leur représentation, notamment l’emploi de rehauts blancs, seule trace de polychromie, pour souligner le manche de certains outils.

Amphore attique à figure noire, MFA 01.8035. Dessin de la face B. (© 2023 J. Gravier)

À travers cette représentation d’une très grande vitalité, le peintre Plousios semble avoir capté un « instant » du processus de forge. Plusieurs éléments font d’ailleurs écho à ce que nous connaissons de la filière de production. Selon toute vraisemblance, le panneau évoque la mise en forme d’une pièce de métal par martelage. Le semi-produit, en l’occurrence la barre de fer, est progressivement façonné sous l’action répétée du marteau. Cette technique entraîne néanmoins un durcissement du métal, induit par la déformation plastique qu’il subit : sa structure gagne en densité et le matériau, de plus en plus rigide, est davantage susceptible de se fracturer. Plusieurs phases de recuit sont donc nécessaires pour rendre au métal toute sa ductilité et éviter que la pièce ne se casse. De là, on imagine aisément le jeune forgeron, représenté entre le foyer et l’enclume, plonger la barre de fer dans les flammes avant de pivoter pour venir la placer sous le marteau de son aîné ; et la scène de se répéter jusqu’à obtenir le résultat escompté. Soit dit en passant, il est intéressant de noter que, dans cette représentation, la conduite des opérations met en jeu la collaboration de plusieurs artisans, suggérant une répartition des tâches au sein de l’atelier. Cela semble d’ailleurs cohérent avec ce que l’on observe sur d’autres vases arborant des sujets proches.

Bien entendu, ce type d’image ne constitue pas une représentation réaliste d’un atelier, pas plus qu’elle ne permet à elle seule d’appréhender la filière de production. Sur le plan iconographique notamment, un certain nombre de filtres viennent se superposer au traitement du sujet et sortent du champ de la métallurgie du fer à strictement parler. Pour autant, l’Amphore du Peintre Plousios, par la manière de saisir les forgerons au travail, en train de marteler le fer à chaud, nous donne à voir un aperçu particulièrement évocateur d’une forge en activité dans l’Athènes du VIe siècle avant notre ère.

Julien Gravier,
Doctorant en Sciences archéologiques, UMR 5607 Ausonius – Université Bordeaux Montaigne

Pour aller plus loin…

MFA Boston : Two-handled jar (amphora) depicting a shoemaker’s and blacksmith’s shop. [En ligne], consulté le 30 novembre 2023. 

Kondoleon, C., Grossmann, R. A. et Ledig, J., éd. (2008) : Classical art, Boston, 115-116.

Oakley, J. H. (2020) : A guide to scenes of daily life on Athenian vases, Madison, 52-54.

Von Bothmer, D. et Truitt, P. (1973) : Museum of fine arts, Boston. I, Corpus Vasorum Antiquorum USA 14, Cambridge, 27-28, pl. 37 & 28, 3-4.

 

[1] Je tiens à remercier sincèrement C. Hasenohr et N. Trippé (UMR 5607 Ausonius, Université Bordeaux Montaigne) pour leurs relectures et leurs précieux conseils.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Julien Gravier (13 décembre 2023). Battre le fer tant qu’il est chaud. L’exemple de l’Amphore du peintre Plousios. Actualités des études anciennes. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tccz


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search