Fragment de cratère en terre cuite

« Souviens-toi de ton père, Achille, semblable à un dieu ! Il est du même âge que moi, au seuil funeste de la vieillesse. Peut-être, lui aussi, les voisins qui l’entourent le rongent-ils, sans qu’il n’ait personne pour écarter Arès et la ruine. Mais, lui du moins, en apprenant que tu vis, se réjouit en son cœur; et il espère tous les jours voir son fils arriver de Troade. Mais moi, comble d’infortune ! j’ai engendré des fils excellents dans la vaste Troade, dont pas un, je le dis, ne me reste!».  

Ainsi commence, au chant final de l’Iliade (XXIV, 460-506), la supplication adressée par Priam au héros grec Achille, assis dans sa tente, devant les restes de son repas. Priam, guidé par Hermès à travers le champ de bataille et le camp des Achéens, est venu, porteur de cadeaux somptueux, pour tenter de reprendre le corps outragé d’Hector et lui rendre, chez lui, avec sa famille, les honneurs funèbres. Il sait qu’il s’adresse à un homme empli de la douleur de la perte de son meilleur ami, Patrocle, et d’un ressentiment inextinguible envers Hector, qui l’a tué. Aussi convoque-t-il, pour toucher son cœur, l’image de son vieux père Pélée : celui-ci, au moins, dit-il, a encore l’espoir de revoir son fils, tandis que lui, Priam, a perdu dans les combats les meilleurs de ses fils, Mestor, Troïlos et Hector, « dieu parmi les hommes ».

Fragment de calice-cratère en terre cuite (bol à mélanger), attribué au Peintre de la Furie Noire ; env. 400-380 avant notre ère. Fonds Rogers, 1920
The Metropolitan Museum of Art, New York (20.195)

 

Cet épisode empli d’émotion, qui permettra aux larmes de couler des deux côtés et aux Troyens d’obtenir la restitution du corps d’Hector, est mis en scène sur un grand fragment de cratère apulien à figures rouges conservé au Metropolitan Museum de New York, attribué au Peintre de la Furie noire.  

Datant des années 400-380 av. J.-C., de forme triangulaire, il ne conserve qu’une partie de la scène, située vers le milieu de la vasque et centrée sur les figures de Priam et d’Hermès. Debout à gauche, le dieu, nu à part un manteau brodé et reconnaissable à ses bottines ailées bordées de fourrure,  élève son caducée dans la main gauche (on en voit l’extrémité, peinte en jaune) et tend sa main droite au-dessus de l’épaule du vieillard, comme pour le protéger. Dans le texte épique, il s’est déjà retiré et n’assiste pas à la rencontre, mais le procédé synthétique qui fait fi de la chronologie narrative est habituel aux peintres de vases. Agenouillé devant une colonne, le dos courbe et les bras tendus en avant, Priam a la position et les gestes du suppliant ; il embrasse les genoux d’Achille, qui était assis à droite, et dont on ne voit plus que le bras levé ; peut-être même cherche-t-il à baiser ses mains, comme il le dit dans le poème homérique : « …car j’ai eu le courage de faire ce que n’a fait encore sur la terre aucun humain, de porter à ma bouche la main du meurtrier de mon fils. »

Il est vêtu à l’orientale, d’un costume bariolé et richement décoré : un bonnet phrygien rouge à bandes noires dont les pans flottent sur ses épaules, une tunique moulante serrée par une ceinture dorée, un himation passant sur les hanches, des sandales. Son âge est marqué par ses cheveux blancs dont les mèches s’échappent du bonnet, et par sa barbe légère. La tête inclinée, le visage représenté de trois-quarts indiquent la douleur et l’anxiété qui l’habitent, que trahissent aussi les rides sur son front et le pli amer presque imperceptible de ses lèvres : rien, néanmoins, qui enlève à la beauté de la figure, dont le peintre s’est attaché à montrer la noblesse, même dans cette attitude humiliante.  

Fragment de calice-cratère en terre cuite (bol à mélanger), attribué au Peintre de la Furie Noire ; env. 400-380 avant notre ère. Fonds Rogers, 1920
The Metropolitan Museum of Art, New York (20.196)

Les proportions des figures, mises en regard avec les dimensions du fragment ( H. : 19, 7 cm) indiquent que le vase complet, un cratère en calice, devait être impressionnant. Un deuxième fragment lui appartenant et conservé aussi au Metropolitan Museum montre le dieu Apollon tenant sa cithare ; on y retrouve la même richesse de détails et le même goût pour la polychromie.  Le Peintre de la Furie noire et son groupe travaillent à Tarente, en une période qui voit la floraison, dans la céramique, de ce qu’on a appelé le « Style orné » : de grands vases, des cratères surtout, sont décorés de scènes mythologiques ou théâtrales à multiples personnages et enrichis de rehauts de couleurs qui animent les scènes et enrichissent la fonction symbolique de certains détails – éléments d’architecture, accessoires métalliques et armes. On connaît, de cet atelier, peu de vases entiers, mais sur le spectaculaire cratère du musée de Naples provenant de Ruvo di Puglia,  où l’on voit Apollon chasser de son temple les Erynnies qui poursuivent Oreste ( inv. 82270), les mêmes caractéristiques que sur les fragments de New York sont présentes : des figures de grand format, très charnelles, des visages de trois-quarts exprimant des émotions retenues, une polychromie affirmée, l’usage du «  vernis dilué » de couleur brune ou jaune-doré pour ombrer les volumes, une gestuelle dynamique et précise, qui crée un langage expressif mais sans pathos.

Martine Denoyelle,
Conservatrice en chef du Patrimoine, Chargée de mission Prospective numérique
Département des études et de la recherche – INHA
Pour en savoir plus :

Denoyelle, M. Iozzo, La céramique grecque d’Italie méridionale et de Sicile, Paris, 2009, p. 128.

Giacobello, Mito e società. Vasi apuli a figure rosse da Ruvo di Puglia al Museo Archeologico Nazionale di Napoli, Sesto Fiorentino, 2020, p. 25-28.

A.D. Trendall, Red Figure Vases of South Italy and Sicily, Londres, 1989, p. 78.

Gourmelen, L. La supplication de Priam (Iliade, XXIV, 460-517) : Discours, images et gestes du suppliant In : La supplication : Discours et représentation [en ligne]. Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2015 (généré le 07 décembre 2023). ISBN : 9782753557901. DOI : https://doi.org/10.4000/books.pur.53199.



Citer ce billet
Martine Denoyelle (2023, 16 décembre). Fragment de cratère en terre cuite. Actualités des études anciennes. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tcd2

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search