Auguste en pharaon au Musée gréco-romain d’Alexandrie

cl. François Queyrel

La photographie, prise avec un téléphone portable, est étrange : une tête en marbre bien réelle, de profil droit, semble regarder une autre saturée de lumière derrière la protection d’une vitrine. Le 13 octobre dernier, quel plaisir de découvrir réunis deux portraits de l’empereur Auguste au Musée gréco-romain d’Alexandrie, le jour de sa réouverture au public après dix-huit ans de fermeture ! J’y ai revu avec plaisir l’Auguste colossal en marbre découvert à Athribis, qui connaissait bien ces salles, où il était exposé avant la fermeture du musée pour rénovation, mais le portrait à l’abri d’une vitrine venait à peine d’arriver à la lumière artificielle du nouveau musée : découvert à Kôm Bahig par Aude Simony et son équipe du Centre d’études alexandrines, le CEAlex, avec Georges Soukiassian, il a revu le jour le 25 mai 2022, dégagé par le raïs, le contremaître, en bordure de berme, sous les yeux admiratifs de Marie-Dominique Nenna, qui dirigeait alors le Centre, venue pour visiter cette fouille prometteuse de Maréotide, la région du lac Mariout à l’ouest d’Alexandrie, en compagnie de l’ancienne directrice du Musée gréco-romain, Mervat Seif el Din, et d’une professoresse de l’Université d’Alexandrie, Mona Hagag. Je n’ai pas eu la chance d’être présent mais quel plaisir d’avoir pu étudier ce portrait grâce aux excellentes photographies et vues photogrammétriques d’Étienne Forestier, le photographe du CEAlex, fondé par Jean-Yves Empereur : la publication devait paraître, toutes affaires cessantes, dans la prochaine livraison du Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale et ce fut possible avec tout le soutien du nouveau directeur du CEAlex, Thomas Faucher, du directeur de l’Institut français d’archéologie orientale, Laurent Coulon, maintenant titulaire de la chaire de Champollion au Collège de France, et du directeur des publications, Burt Kasparian, avec évidemment l’aide constante de Marie-Do ; Aude put rédiger en vitesse l’introduction et l’article a été superbement publié en août 2023 et il est consultable aussi en ligne (lien ci-dessous). Que de noms, dira-t-on, et que de dates bien récentes pour un Auguste en pharaon, devant qui avait fui, en 27 av. J.-C. à Actium,  la dernière reine de la dynastie lagide ! Mais tout ce beau monde de l’archéologie, qui n’a pas connu la cour impériale, est bien vivant derrière cette pâle apparition dans une vitrine. Et la nouvelle directrice du Musée gréco-romain, Dr Wallaa Abd el Atif, doit être remerciée pour avoir offert aux visiteurs tous les trésors exceptionnels d’un musée fondé en 1892, qui accueille des trouvailles toutes récentes.

Tête d’Auguste de Kôm Bahigcl. E. Forestier, CEAlex.

Mais, me direz-vous, que vient faire ici l’autre Auguste, que vous pensiez vivre, alors que le dernier né est protégé dans sa couveuse ? Cherchez à le saisir : ce n’est qu’une ombre, qu’un reflet ; cette grande tête qui se mire à portée de main a la même coiffure que l’Auguste de Kôm Bahig, dont les mèches dépassent du némès, la coiffe pharaonique. Dans la préfecture d’Égypte, interdite aux sénateurs, le princeps est coiffé à la Prima Porta, avec l’ordonnance stricte des mèches frontales qui tire son nom de la statue cuirassée exposée aux musées du Vatican. Ce type iconographique est le plus fréquent mais c’est la première fois qu’on le rencontre sur un de ses portraits avec l’insigne pharaonique. Auguste à Kôm Bahig n’avait pas de corps : il reste sur la nuque la trace évanide du haut du pilier sur lequel était posée la tête, selon la formule de la statue-pilier, traditionnelle en Égypte. La fouille, qui se poursuit, va-t-elle retrouver des fragments de ce pilier ? y lira-t-on le cartouche de l’empereur ? Soyons en tout cas satisfaits que la tête ait revu le jour après avoir disparu dans un dépotoir peu de siècles après avoir été sculptée. On peut attribuer l’œuvre à un atelier d’Alexandrie habitué à sculpter les pierres égyptiennes comme le basalte. La comparaison avec une autre tête, en granit et d’échelle colossale, découverte dans le port Est d’Alexandrie, révèle une même maîtrise brillante de l’art du portrait, qui contraste avec des sculptures de Haute Égypte, plus marquées par la perpétuation des traditions indigènes. La trouvaille de cet Auguste en pharaon a enfin permis de rattacher à son iconographie, mais dans un type plus ancien, dit d’Actium, quelques autres portraits en pharaon, où l’on voulait souvent reconnaître un des derniers Ptolémées et même Césarion : on dira maintenant adieu à ces identifications, dût-il en coûter de renoncer au fils de César et de Cléopâtre au bénéfice de son pire ennemi.

François Queyrel,

Titulaire de la direction d’études “Archéologie grecque”, spécialiste de la sculpture hellénistique – EPHE

 

Pour en savoir plus :

– F. Queyrel avec A. Simony, « Auguste en pharaon à Kôm Bahig », BIFAO 123, 2023, p. 381-400 

– le CEAlex 

– l’IFAO 



Citer ce billet
François Queyrel (2023, 17 décembre). Auguste en pharaon au Musée gréco-romain d’Alexandrie. Actualités des études anciennes. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/veg1

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search