Le Dieu du Cap Artémision

cl. Méganne Moulon – Musée national archéologique d’Athènes (Inv. 15161)

À l’aube de la période classique dans le monde grec, le développement de la technique de la fonte à la cire perdue va permettre aux sculpteurs de réaliser de la grande statuaire en bronze. Jusqu’alors la pierre, marbre ou calcaire, est le medium privilégié en sculpture, et pour des raisons techniques, les bronzes se limitent à la petite plastique. La fonte à la cire perdue permet en effet de créer des statues en bronze creuses, ce qui allège grandement la structure et permet une économie de matériau.

Le style sévère qui s’étend sur toute la première moitié du Ve siècle voit donc se développer la grande statuaire de bronze. Malheureusement, matériau de valeur et réutilisable, les originaux de bronze de l’époque ont presque tous disparu, et nous ne les connaissons qu’à travers les sources littéraires qui les mentionnent ou les copies romaines en marbre.

Le Dieu du Cap Artémision est un bronze pratiquement intact, un original daté de 460 a.C., remarquablement conservé. Il a été retrouvé de manière fortuite par des pêcheurs en 1928 au large du cap Artémision en Eubée, qui lui donnera son nom conventionnel. Embarqué sur un navire du IIe ou Ier siècle a.C. qui a fait naufrage, c’est son long séjour dans les eaux égéennes qui a permis sa conservation remarquable.

L’œuvre représente une divinité dont l’attribution fait encore débat, Zeus ou Poséidon, dans une position de lancer. Le style sévère s’applique à introduire le mouvement dans la statuaire qui restait jusqu’à la fin de la période archaïque très frontale et figée. Le dieu, pied gauche ancré au sol et jambe fléchie, entame son mouvement dans les membres inférieurs, la jambe droite reléguée en arrière reposant sur la pointe du pied. Le torse est droit, le bras droit tendu vers l’arrière qui s’apprête à lancer un objet aujourd’hui manquant, la tête est tournée à 90 degrés vers sa gauche pour suivre du regard sa cible. Le bras gauche pointé vers l’avant équilibre le geste et aide à la visée.

Ici, le spectateur est frappé par la majesté de la pose, la nudité héroïque et le réalisme de la figure. Cependant, la notion de réalisme de l’anatomie est à nuancer. Il s’agit en effet d’une statue aux modelés précis et détaillés, mais en observant de plus près, on s’aperçoit rapidement que le sculpteur a pris des libertés pour mettre l’accent sur le mouvement. En effet, quand on regarde la divinité, on identifie tout de suite l’action en cours. On comprend que la divinité est dans une position de lancer qui précède une attaque. Et de premier abord, cette position nous paraît naturelle et légitime. Mais en regardant de plus près, on se rend compte que plusieurs choses ne vont pas. Une jambe, la droite, est complétement de face alors que l’autre est de profil. Le torse lui aussi est entièrement frontal, face au spectateur, alors que la tête est complètement de profil également. Les bras sont beaucoup trop longs, et la musculature est globalement exagérée. Ce qui est sûr, c’est qu’en prenant cette position on ne peut effectuer un lancer de qualité.

Tous ces éléments ne sont pas dû à une potentielle maladresse du sculpteur, qui aurait mal pensé l’œuvre ou manqué les proportions. Ce sont des choix volontaires, qui renforcent le message que la sculpture laisse passer, à savoir la majesté et la puissance divine. L’envergure des bras, qui rend la statue aussi haute que large, met l’accent sur le geste d’attaque. Les dimensions qui sont plus grandes que nature et la musculature surdéveloppée servent également à représenter la grandeur et la toute-puissance divine.

C’est bien la technique de la fonte à la cire perdue qui permet ce rendu dynamique et imposant. Les membres sont fondus séparément puis soudés. Mais en plus d’apporter légèreté et envergure à la statuaire, cette production permet aussi d’y apporter de nombreux détails. Chez le Dieu du Cap Artémision c’est au niveau de la tête que l’on peut admirer la plus grande finesse. Il est coiffé de longs cheveux tressés qui forment une couronne autour de la tête, laissant des mèches distinctes et ordonnées encadrer le front. Sa longue barbe est traitée avec le même niveau de précision. Les yeux étaient rapportés, c’est-à-dire faits d’un autre matériau puis ajoutés à la statue. En comparant avec d’autres statues de la même époque qui les ont conservés, comme l’Aurige de Delphes, on peut imaginer qu’ils étaient en pâte de verre et en pierre semi-précieuses, peut-être même accompagnés de cils en bronze soudés tout autour. Il est certain que le regard de la divinité porté vers sa cible devait ajouter une forte intensité à l’action. Les traits du visage eux restent impassibles, le style sévère, comme son nom l’indique ne représente pas d’expression ni d’émotion faciale.

Le Dieu de l’Artémision garde son lot de mystères, si c’est un parfait exemple de ce que la grande statuaire en bronze du style sévère à pu produire à l’époque classique, nous ignorons finalement presque tout de lui. Nous n’avons aucune indication sur son lieu d’exposition d’origine, et les sources antiques de le mentionnent pas. Était-ce une statue de culte, une offrande ? Difficile de trancher puisque son identité même reste incertaine. On retrouve cette position dans l’iconographie des frères olympiens Zeus et Poséidon, et la position des doigts de la main droite peut correspondre aussi bien au maintient du foudre que du trident.

La rareté d’un original en bronze et la prouesse de réalisation de l’œuvre sont des arguments suffisants pour vous encourager à aller le voir et revoir au Musée national archéologique d’Athènes et vous confronter à la colère divine qu’il ne vaut mieux pas provoquer.

Méganne Moulon,

Doctorante – U.M.R Ausonius


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Méganne Moulon (18 décembre 2023). Le Dieu du Cap Artémision. Actualités des études anciennes. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/veg2


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search