Un visage pour l’éternité : le portrait du jeune Eutychès

Portrait de femme nommée Hermionè grammatikè (d’après l’inscription en grec encore visible sur le portrait) – Cambridge, Girton College

La désignation de « portraits du Fayoum » renvoie à un ensemble important de près d’un millier de portraits peints datés entre le Ier et le IVe siècle de notre ère. Ils ont été principalement découverts au Fayoum, vaste oasis au nord-ouest de l’Égypte qui leur a donné leur nom, bien qu’ils proviennent également d’autres localités du pays des pharaons. Il s’agit d’effigies funéraires, réalisées essentiellement sur de fines planchettes de bois ou encore sur linceuls, destinées à être placées sur les dépouilles des individus momifiés. Les artefacts les mieux conservés proviennent de la nécropole d’Hawara qui a livré un nombre important de momies encore intactes sur lesquelles figurent toujours le portrait, maintenu par un enchevêtrement savamment agencé de bandelettes de lin. Or, ce qui fait la renommée et surtout l’admiration de ces portraits n’est pas tant leur état de conservation – remarquable pour certains d’entre eux – mais surtout leur naturalisme puisque ce sont les visages de l’élite romano-égyptienne ici figés pour l’éternité. La présence de défauts et caractéristiques propres aux individus confortent la définition même du portrait : sont figurés tour à tour des enfants, des adolescents, des jeunes filles nubiles, des soldats, des prêtres, des mères et épouses, des femmes et des hommes aux traits parfois marqués par le passage du temps.

Portrait du jeune affranchi Eutychès – New York, Metropolitan Museum of Art (n° d’inventaire 18.9.2)

Parmi les nombreux portraits qui nous sont parvenus, nous nous proposons ici d’étudier celui d’un jeune garçon nommé Eutychès. Ce mince panneau de bois peint à l’encaustique est daté de la 1ère moitié du IIe siècle de notre ère et provient d’er-Rubayat, nécropole située au nord-est du Fayoum. La bonne conservation de tels portraits peints est due au contexte funéraire qui leur est associé ainsi qu’au climat sec et aride des contrées égyptiennes. La technique picturale a également grandement contribué à la conservation de la peinture : l’encaustique. Cette technique originellement grecque prévoit l’emploi de cire d’abeille pour lier les pigments et confère une certaine solidité à la couche picturale, comme l’atteste l’excellent état d’un grand nombre d’effigies réalisées selon ce procédé, dont le portrait d’Eutychès. En effet, il fait partie des rares portraits d’enfants qui soient d’un naturalisme abouti, avec une vivacité chromatique toujours intacte qui ne fait que renforcer davantage le réalisme du visage. L’identité du jeune garçon nous est connue grâce à une inscription en grec ancien placée sur l’encolure de la tunique blanche. Celle-ci, dont les lettres noires sont partiellement lisibles, nous apprend qu’« Eutykhès, [était] affranchi de Kasianos, fils d’Hèrakleidès […] ».

Malgré son jeune âge, Eutychès est représenté à l’instar des autres portraits du Fayoum, en buste et légèrement de trois-quarts. Le jeune affranchi est vêtu d’une tunique blanche assortie d’un manteau recouvrant l’épaule gauche. La tunique est bordée d’une bande verticale pourpre visible le long de l’épaule droite. Le talent du peintre (l’encauste) a permis de rendre cet éternel visage enfantin dans les moindres détails : les grands yeux à la lueur innocente, les lèvres roses du jeune Eutychès, ses joues rebondies voire légèrement replètes, ses cheveux courts aux mèches brunes parfois désordonnées ne font que renforcer l’allure poupine d’un enfant dont seule la tenue vestimentaire nous rappelle que cette effigie date du IIe siècle de notre ère. Les grands yeux bordés de longs cils portent le regard légèrement vers la droite si bien que le jeune défunt n’affronte pas directement le spectateur. Les pupilles sombres brillent toujours d’un rehaut blanc encore visible, comme si l’éternité brillait dans ces yeux qu’aucun battement de cils ne viendra fermer. Ce regard à la fois captivant et intemporel interroge en même temps qu’il semble être une obsession récurrente dans la plupart des ouvrages traitant des portraits du Fayoum.

Détail du visage d’Eutychès – New York, Metropolitan Museum of Art (n° d’inventaire 18.9.2)

L’observation du portrait, à l’instar des autres effigies fayoumiques, permet de déceler des indices que l’historien de l’art relève avec la précision d’un détective : la partie supérieure du panneau a été visiblement retaillée d’où sa forme cintrée quoique altérée. Un tel découpage est certainement lié à l’utilisation funéraire du panneau peint puisqu’il était destiné à orner la dépouille du jeune Eutychès, maintenu par un réseau de bandelettes voire un cartonnage, afin que le portrait « remplace » le visage du défunt momifié. D’autre part, nous ne pouvons que remarquer la facture bien différente entre le visage, saisissant et naturaliste, et le vêtement que nous pourrions aisément qualifier de grossier. Les larges traits de pinceaux sont encore discernables et la tunique s’arrête à quelques centimètres du bord inférieur du support, laissant apparaître la couleur naturelle du bois. Cette partie n’était certainement pas destinée à être visible, ce qui explique que le peintre n’ait pas étendu davantage l’aplat de couleur.

Les inscriptions sur ces portraits funéraires, bien que trop rares, sont particulièrement précieuses puisqu’elles révèlent l’identité du défunt. Parmi les hypothèses figure celle selon laquelle le maître d’Eutychès, mentionné dans la dédicace, aurait soit commandé soit financé ce portrait d’excellente grande facture pour le jeune garçon décédé après avoir été affranchi, sans que nous ne puissions toutefois confirmer ces théories. Cependant, le naturalisme qui émane de ce visage laisse fortement supposer que le portrait a été peint du vivant du jeune garçon, ce qui soulève bien d’autres interrogations concernant à la fois l’identité de l’enfant ainsi que la finalité première de l’effigie, tout comme le contexte de sa réalisation. Mais plutôt que d’émettre des hypothèses dignes des meilleurs scénaristes, qui n’hésiteraient pas identifier le jeune affranchi comme le fils illégitime de Kasianos, nous ne pouvons que nous contenter d’interrogations qui ne sont pas sans étoffer la part de mystère qui entoure ces portraits dits « du Fayoum ».

Les seuls éléments de réponse sont peut-être détenus par le jeune Eutychès lui-même et le sourire mutique qu’il paraît esquisser… Lui, comme tous les autres visages anonymes, semble nous contempler distraitement, comme à travers une fenêtre hors du temps qui traverse justement le temps. Ils sont figés à jamais, pour l’éternité, prêt à affronter l’au-delà que leur promettait le recours à de telles pratiques funéraires. L’individu est alors représenté comme un « absent » éternellement présent, un « mort » figuré vivant qui contemple à son tour les vivants – nous, spectateurs – à moins qu’il ne contemple les derniers instants d’une vie qu’il sait éphémère et pour laquelle la mort ne sera que l’ultime étape.

Sarah Kourdi

Docteure en Histoire de l’Art et Archéologie. Membre associée laboratoire de recherche Ausonius – UMR 5607

Pour aller plus loin : 

Aubert Marie-France, Cortopassi Roberta (dir.). Portraits de l’Égypte romaine, Paris, éditions de la Réunion des Musées Nationaux, 1998, Musée du Louvre 5 octobre 1998 – 4 janvier 1999.

Bailly Jean-Christophe, L’apostrophe muette : essais sur les portraits du Fayoum, Paris, Hazan, 1997.

Doxiadis Euphrosyne, Portraits du Fayoum, visages de l’Égypte ancienne, traduit de l’anglais par Dennis Collins, Paris, éditions Gallimard, 1995.

Dunand Françoise, Lichtenberg Roger, Les momies et la mort en Égypte, Paris, éditions Errance, 1998.

Parlasca Klaus, Repertorio d’arte dell’Egitto greco-romano. Serie B 1. [Pittura] [Ritratti di mummie], tavole 1-60, numeri 1-246, Palerme, Fondazione Ignazio Mormino del Banco di Sicilia, 1969.

Rondot Vincent, Derniers visages des dieux d’Égypte, Paris, éditions du Louvre, PUPS, 2013.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Sarah Kourdi (19 décembre 2023). Un visage pour l’éternité : le portrait du jeune Eutychès. Actualités des études anciennes. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/veg3


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search