Dionysos, le vin et la musique

Coupe attique à figures rouges : médaillon intérieur, attribuée au peintre de Brygos, vers 490-480 av. notre ère, terre cuite, H. 12,1 cm, l. 37,7 cm, D. 30 cm, Paris, BnF, département des Monnaies, médailles et antiques, 576 (© Serge Oboukhoff ; BNF-CNRS-MSH Mondes).

Tout le décor de cette coupe à boire le vin se rapporte au monde de Dionysos, le dieu qui a donné aux hommes la vigne et leur a appris comment boire le vin coupé d’eau. Un monde de fête, d’ivresse et de musique, et le décor de la coupe participe à ce dérèglement des sens. 

A l’intérieur, le médaillon central figuré montre le dieu debout, le corps et la tête penchés en arrière. Il porte une couronne végétale et une fine tunique de lin (un chiton) aux manches ouvertes sur les bras. Par-dessus, un manteau plus lourd en laine (l’himation) passe sur l’épaule gauche et est retenu sur la droite ; ses pieds sont chaussés de bottines nouées. Il tient contre lui une grande lyre (un barbiton) dont il joue avec les doigts de la main gauche, la droite tenant le plectre. Deux petits satyres s’agitent autour de lui. Ces êtres hybrides se reconnaissent à leur face camuse et leurs oreilles et queue chevalines. Ils sont nus, barbus et portent une couronne végétale similaire à celle du dieu. Celui de gauche est à moitié caché derrière Dionysos, le haut de son corps émergeant, penché, à gauche. Il regarde les crotales (sorte de castagnettes) qu’il tient dans sa main droite, tandis que son bras gauche tendu vers le haut tient un cep de vigne qui se dédouble et occupent largement le champ derrière les personnages. A droite, le deuxième satyre est figuré de trois-quarts vers la droite, en train de danser, la jambe gauche pliée de profil, le pied à plat sur la bordure. Il porte une peau de léopard (une pardalide) nouée sur la poitrine qui vole derrière son dos. Sa tête est retournée et il tient deux paires de crotales, une à hauteur de sa hanche, l’autre bien au-dessus de sa tête.

 

Coupe attique à figures rouges : face A, attribuée au peintre de Brygos, vers 490-480 av. notre ère, terre cuite, H. 12,1 cm, l. 37,7 cm, D. 30 cm, Paris, BnF, département des Monnaies, médailles et antiques, 576 (© Serge Oboukhoff ; BNF-CNRS-MSH Mondes).

A l’extérieur, la ronde du thiase, le cortège du dieu, avance vers la gauche sur tout le pourtour du vase. Il est composé de satyres, encore eux, et de ménades, ces femmes ou nymphes qui dansent autour de Dionysos. En face A, la ronde commence à gauche par une ménade avançant en déséquilibre sur le pied gauche, la tête penchée en avant. Elle porte un chiton dont la finesse laisse voir le profil de ses seins ; il est ceinturé par la peau de faon (nébride) dont les quatre pattes fourchues sont visibles. Ses cheveux sont détachés et elle brandit au-dessus de sa tête le bâton caractéristique des personnages dionysiaques, terminé par un bouquet de lierre : le thyrse. Un serpent qu’elle tient de sa main droite est enroulé lâchement autour de son bras. Devant elle avance un satyre, les deux pieds à plat sur le sol, la tête rejetée en arrière comme le dieu du tondo ; il chante accompagné du barbiton. Il porte des bottes à rabat, et une pardalide nouée sur la poitrine, qui retombe pour se mêler à sa queue chevaline. Il suit le dieu Dionysos, avançant aussi les deux pieds au sol, la tête retournée en arrière vers le chant. Il tient dans la main droite un canthare qui apparaît en noir devant l’animal figuré derrière et de la gauche il brandit un cep de vigne dont les branches se dédoublent dans le haut du champ. A ses côtés avance un âne ; sa bouche est entrouverte, ses oreilles sont tendues en arrière et son œil aussi dirigé derrière lui. Tout à droite, un satyre ouvre la marche. Il est figuré de trois-quarts et tourne lui aussi la tête en arrière. Il porte des bottes thraces, comme son compagnon, tient sur son épaule gauche une outre pleine de vin tandis qu’il agrippe de la main droite la queue d’une panthère qui ne touche sol que d’une patte avant. Figurée de profil à droite, sa pupille indique encore qu’elle regarde vers l’arrière ; tous les protagonistes de la scène regardent vers le satyre chantant.

Coupe attique à figures rouges : face B, attribuée au peintre de Brygos, vers 490-480 av. notre ère, terre cuite, H. 12,1 cm, l. 37,7 cm, D. 30 cm, Paris, BnF, département des Monnaies, médailles et antiques, 576 (© Serge Oboukhoff ; BNF-CNRS-MSH Mondes).

Sur l’autre face avancent toujours vers la droite trois couples de satyres et de ménades. La première ménade danse, les deux bras tendus à l’horizontale, la tête vers la gauche et le bas, les cheveux dénoués. Elle porte un chiton long ceinturé dont la finesse laisse voir la jambe levée et les seins ; une pardalide est attachée sur sa poitrine. Le satyre qui la précède et qui se retourne vers elle porte des bottes thraces et joue de la double flûte (aulos) qu’il tient à deux mains, les doigts largement écartés. Le couple suivant est plus statique ; la ménade avance vers la droite, la jambe droite tendue en avant, mais elle est retenue par le satyre qui a passé sa main gauche derrière sa tête et la droite sous son chiton long. Elle se tient de face, la tête penchée vers celle de son compagnon. Un sein et son pubis apparaissent sous le tissu de la tunique ; une pardalide nouée sur sa poitrine vole à droite, tandis qu’elle brandit à gauche un thyrse au large bouquet et un serpent au corps sinueux dont la tête revient vers l’assaillant. Ce dernier est nu comme son prédécesseur mais ne porte pas de botte ; sa position acrobatique, le corps recourbé en avant, la jambe droite pliée et la gauche tendue à l’horizontale derrière la ménade laisse voir son sexe ithyphallique. Les deux derniers membres du thiase avancent ensuite : d’abord un satyre tenant le barbiton comme son compagnon de l’autre face, enfin une ménade en mouvement vers la droite, les bras largement écartés et la tête rejetée en arrière. Le chiton couvrant ses mains forme comme deux ailes.

Sur chaque face on retrouve les inscriptions Ο ΠΑΙΣ ΚΑΛΟΣ, le garçon est beau, et simplement ΚΑΛΟΣ, beau.

 

Cette coupe élégante a été fabriquée à Athènes à la fin de l’époque archaïque vers 490-480 avant notre ère. Elle a été attribuée au potier Brygos et au peintre à qui il a donné son nom conventionnel, le peintre de Brygos. Les traces de réparations antiques laissées par les anciens tenons métalliques (sans doute en bronze) qui avaient été mis en place de part et d’autre de la grande cassure sont la preuve de l’utilisation de cette coupe, et de la valeur qui y était attachée, puisqu’on a pris le soin d’une intervention délicate ; cette réparation a pu être effectuée en Grèce ou plus probablement en Étrurie où elle a été découverte, sur le site de Vulci.

Cette coupe à boire était utilisée dans le cadre du banquet grec, le symposion, où les citoyens se réunissaient pour boire, discuter, philosopher, chanter ou séduire. Son décor est donc en parfaite harmonie avec son utilisation, et le peintre de Brygos a largement traité des thèmes dionysiaques sur les vases de banquet. La sauvagerie des satyres et ménades est rendue visible par les peaux animales qui les vêtent et les animaux sauvages vivants qui sont brandis, serpents et panthères. Certaines ménades offrent une image marquante de la frénésie de la danse et de l’ivresse, les cheveux défaits, les manches en forme d’ailes accentuant le tourbillon de leur mouvement. Le couple de la face B montre aussi l’appétit sexuel des satyres : la ménade semble cependant ici dominer son assaillant. Mais l’aspect essentiel de la coupe est la musique, évoquée dans toutes les scènes, à commencer par le médaillon qui offre une image rare et particulièrement élégante de Dionysos en train de jouer et de chanter.

Cette coupe provenant de la collection du duc de Luynes est visible dans le musée de la Bibliothèque nationale de France, à Paris.

 

Cécile Colonna,

Conservatrice générale du patrimoine, conseillère scientifique pour le domaine histoire de l’art antique et de l’archéologie à l’INHA (Paris)

 

Pour en savoir plus :

Colonna (C.), De Rouge et de Noir : vases grecs de la collection Luynes, Montreuil, 2013.

Lissarrague (F.), Un flot d’images : une esthétique du banquet grec, Paris, 1987.

Lissarrague (F.), La cité des satyres : une anthropologie ludique, Athènes, VIe-Ve siècles avant J.-C., Paris, 2013.

Isler-Kerényi (C.), Dionysos in Classical Athens: An Understanding Through Images, Leyde, Boston, 2015.

Villanueva-Puig (M.-C.), Ménades : recherches sur la genèse iconographique du thiase féminin de Dionysos des origines à la fin de la période archaïque, Paris, 2009.

Musiques ! échos de l’Antiquité, exposition, Lens, Musée du Louvre-Lens , 13 septembre 2017-15 janvier 2018, Barcelone, Caixa Forum Barcelone, février-mai 2018, Madrid, Caixa Forum Madrid, juin-septembre 2018, Lens-Gand, 2017.



Citer ce billet
Cécile Colonna (2023, 20 décembre). Dionysos, le vin et la musique. Actualités des études anciennes. Consulté le 20 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/veg4

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search