Une petite tête de Dioscure dans une grande collection d’antiques un peu oubliée

Petite tête de Dioscure avec l’étoile sur son bonnet, actuellement à l’honneur dans une vitrine éphémère présentant la collection Paul Marguerite de la Charlonie au Musée d’art et d’archéologie de Laon, cliché : Musée d’art et d’archéologie de Laon

Provenant d’une riche collection privée constituée en début du XXe siècle à Paris, une petite tête masculine coiffée d’un couvre-chef conique surmonté d’une étoile peut être admirée aujourd’hui dans une des vitrines de la salle « La Charlonie » du Musée d’art et d’archéologie du Pays de Laon. Elle provient du legs de Paul Marguerite de la Charlonie (1844-1921), ingénieur chimiste devenu ardent collectionneur dans les vingt dernières années de sa vie.

Cette tête n’est en aucun cas l’œuvre la plus précieuse ni la plus complète de la collection mais, bien que de taille réduite et dépourvue du corps sur lequel elle se dressait à l’origine, elle est intéressante à observer de près comme de plus loin, c’est-à-dire comme œuvre à part et comme élément d’une collection.

D’une hauteur de 14 cm à peine du sommet de son bonnet jusqu’à la cassure au niveau du cou et avec un visage de presque 7 cm mesuré du menton jusqu’à la racine des cheveux au plus haut niveau du front, elle faisait partie d’une statuette dont la taille ne devait certainement pas dépasser 90 cm à l’origine. Elle regarde droit devant, aucune inclinaison ni torsion n’est palpable au niveau du cou indiquant une représentation strictement frontale. Les marques de râpe qu’on distingue sur la surface du bonnet attestent que celui-ci avait été peint.

Petite tête de Dioscure reproduite en noir et blanc, cliché : G. Geng

Le visage ovale est caractérisé par un menton lourd et rond et des joues charnues. Les yeux, de forme allongée, sont marqués par des paupières supérieures lourdes et étonnamment gonflées. Le front avec des arcades sourcilières peu marquées et basses et dans son axe de prolongement le nez, court et large, surplombent le regard, qui n’est pas sculpté. Les cheveux ressortent sous le pilos à partir d’une raie médiane et encadrent le visage en une masse compacte. Des petites mèches, dont le tracé est souligné au foret, permettent de donner le rythme à la masse capillaire qui garde toutefois un aspect délavé. La chevelure contraste ainsi de manière frappante avec le visage finement poli et permet, comme la forme et l’exécution des yeux, d’insérer la sculpture dans la production de l’époque de règne de l’empereur Hadrien (117-138).

Le couvre-chef conique couvrant la chevelure du jeune homme permet de l’identifier aisément comme un Dioscure, ce que confirme son étoile. Les Dioscures, jumeaux divins célèbres de la mythologie gréco-romaine, figurent dans l’Iliade (XI, 300) déjà, Castor comme dompteur des chevaux et Pollux comme pugiliste. Leur fonction première en Grèce tout comme plus tard à Rome résida dans leur qualité de sauveurs et d’annonciateurs des victoires dans les batailles. Vénérés dans de nombreuses cités grecques d’abord, notamment à Sparte, c’est dans les premières décennies de la République romaine que leur culte fut importé à Rome. Même si on continua à honorer le binôme, on les appela alors Castores, ce qui prouve une prédominance de la figure de Castor chez les Romains explicable par son attachement explicite aux chevaux qui aurait permis d’établir un lien étroit avec l’ordre équestre.

 

Désignés comme Dioscures, venant du grec Διὸς κοῦροι, c’est à dire les fils de Zeus, selon la légende Castor et Pollux étaient néanmoins des demi-frères. La plupart des versions transmises en Grèce et à Rome, dont celle d’Euripide, racontent comment Zeus, transformé en cygne, s’unit à Léda, l’épouse de Tyndare, roi de Sparte. C’est de cet amour que surgirent l’immortel Pollux et la belle Hélène, alors que Castor et Clytemnestre, nés au même moment, furent fruit de l’union entre Léda et Tyndare et furent par conséquent tous les deux mortels. Un élément notable de ces naissances est qu’elles résultèrent de l’éclosion d’œufs. L’inséparabilité des Dioscures fut établie par l’épisode dans lequel Castor fut mortellement blessé et Pollux le sauva en partageant avec lui son immortalité. Ce partage donna lieu à diverses interprétations, dont le principe d’une alternance des deux frères se partageant à tour de rôle la vie aux Enfers et sur l’Olympe et affichant leur symbolisme cosmique comme personnifications des deux hémisphères célestes. Par la suite, transformés en étoiles, Castor et Pollux furent identifiés au signe des Gémeaux et apparaissaient aux marins sous la forme du feu de Saint-Elme. Ces évènements expliquent l’étoile comme leur attribut mais aussi le bonnet conique qui rappelle à la fois un hémisphère et une coquille d’œuf.

Les deux têtes de Dioscures de la collection de P. Marguerite de la Charlonie au Musée d’art et d’archéologie de Laon, cliché : K. Kaderka

La petite tête de Dioscure de Laon ne se laisse malheureusement plus reconstituer dans son contexte antique car son lieu de découverte reste inconnu. Les représentations des Dioscures en ronde bosse de toutes tailles pouvaient autant orner les espaces publics comme théâtres, thermes ou temples, que les villas privées des Romains fortunés. On a pu néanmoins remonter aux circonstances de son acquisition par Paul Marguerite de la Charlonie qui la mentionne à la date du 19 février dans son agenda de l’année 1920 conservé dans les archives du musée de Laon, avec l’annotation de la somme dépensée pour son acquisition, « 258,50 francs ». Cette indication précieuse a permis de la retrouver

Sonnet composé par P. Marguerite de la Charlonie en 1914 devant sa première tête de Dioscure, cliché K. Kaderka

dans un catalogue de vente de l’hôtel Drouot des 19-21 février 1920 où elle est décrite comme « Petite tête en marbre antique : Dioscure coiffé du bonnet conique, orné d’une étoile ». Elle n’était estimée que « 60 francs ». L’intérêt du collectionneur pour la tête est ainsi attesté par l’écart entre le prix de départ et la somme pour laquelle il l’a acquise, ce que justifie son fin travail d’exécution mais aussi le sujet représenté : il possédait à cette époque une autre tête de Dioscure déjà, plus grande et belle, mais sans étoile sur le pilos. Il avait en effet composé en 1914 un sonnet, comme il en avait habitude pour les pièces privilégiées de sa collection, intitulé Devant une tête de Dioscure et qui commence ainsi : « Des deux frères jumeaux de la brillante Hélène, voici l’image d’un. Pollux ou bien Castor ? Que nous importe ? Avec ou sans étoile d’or tous deux ont même casque et même masque hellène (…) ».

 

Collection « Paul Marguerite de la Charlonie » au Musée d’art et d’archéologie de Laon, cliché : K. Kaderka

Les deux têtes de Dioscures étaient destinées avec l’ensemble de la collection à un projet d’envergure de l’ingénieur qui voulait créer un musée de l’Hellénisme. Par manque de temps et de fonds, et resté sans héritiers, il a finalement légué sa collection aux institutions publiques et, conscient des difficultés de l’époque après la guerre, il avait établi un classement des musées dans l’ordre dans lequel la collection indivisible devait être proposée. Après que le musée Guimet tout d’abord, le Petit Palais par la suite et le musée de Nice enfin aient refusé le legs, c’est le musée municipal de Laon, dans la région où il possédait sa manufacture entièrement brûlée par les Allemands, qui l’accepta en 1936. Les caisses abritant toutes ses pièces y restèrent intouchées jusqu’aux années 1950 et c’est alors que les antiques – plus de 800 terre cuites, 300 vases et une centaine de sculptures de marbre notamment, furent triés, restaurés et exposés dans une aile du musée dont un niveau leur est entièrement dédié. La petite tête de Dioscure constitue ainsi avec l’ensemble de la collection étonnante de Paul Marguerite de la Charlonie une raison supplémentaire pour visiter la vielle ville fortifiée de Laon sur un plateau qui surplombe de plusieurs centaines de mètres la plaine picarde.

 

Karolina Kaderka,

Docteure en archéologie et histoire de l’art antique, ingénieure d’études à l’EPHE, chargée de cours à l’Institut catholique de Paris et à l’American University of Paris

 

Pour aller plus loin :

Dasen (V.), Jumeaux, jumelles dans l’Antiquité grecque et romaine, Kilchberg : Akanthus Verlag, 2005.

Kaderka (K.), « La collection Paul Marguerite de La Charlonie (1844-1921) au Musée d’art et d’archéologie de Laon », in D. Boschung, C. Colonna, N. Mathieu, F. Queyrel (éd.), La Belle Époque des collectionneurs d’antiques en Europe (Actes du colloque international organisé à l’INHA et au musée du Louvre, les 7-9 novembre 2019), Paris : Hermann, 2022, 160-169.

Kaderka (K.) et Scheding (P.), Les sculptures antiques du Musée d’art et d’archéologie du Pays de Laon. Die antiken Skulpturen des Musée d’art et d’archéologie du Pays de Laon, Wiesbaden : Reichert Verlag (coll. « Monumenta Artis Romanae », no 42), 2021.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Karolina Kaderka (21 décembre 2023). Une petite tête de Dioscure dans une grande collection d’antiques un peu oubliée. Actualités des études anciennes. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/veg5


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search