Figures blanches sur fond bleu Deux céramiques vintages jasperware de la manufacture Wedgwood

Ancien cache-pot en porcelaine bleu pâle décor antique ». Tel a été le titre donné à la petite annonce que je découvris il y a quelques mois sur le site belge 2ememain. Chineuse d’objets « à l’antique » en tout genre, j’en fis l’acquisition. Quelle fut ma surprise de découvrir qu’il s’agissait d’une céramique de la manufacture Wedgwood !

Cet article se propose de revenir sur ces productions céramiques issues de la manufacture britannique Wedgwood, dont l’origine remonte au XVIIIe siècle. Les publications scientifiques de qualité sur ce sujet sont nombreuses[1]. C’est pourquoi, après avoir donné quelques éléments sur l’origine de cette institution anglaise, nous nous intéresserons plus spécifiquement aux deux céramiques ayant récemment rejoint ma collection personnelle (un cache-pot daté de la fin du XVIIIe– début du XIXe siècle et un pot à lait du début du XXe siècle). Enfin, nous essaierons de comprendre comment ces productions éditées de manière industrielle se retrouvent aujourd’hui sur les sites de vente en ligne de deuxième main.

 

La manufacture Wedgwood, une fierté britannique

Josiah Wedgwood (1730-1795) donne son nom à une manufacture de poterie du Staffordshire et devient, par là même, un des marqueurs de la Révolution industrielle en Angleterre. La poterie dite jaspée, que nous connaissons sous le terme anglais de jasperware, participe indéniablement à la réputation de la manufacture. Elle apparait en fin d’année 1774, après de très nombreuses tentatives infructueuses[2]. Le Wedgwood Blue Jasperware, consistant en des céramiques dont les décors blancs en bas-relief se détachent sur un fond bleu, est le plus connu[3]. Dans un ouvrage paru en langue française en 1788 et dont le titre témoigne déjà d’un contenu à la tonalité laudative (Catalogue des camées, intaglios, médailles, bas-reliefs, bustes et petites statues, accompagné d’une description générale de diverses tablettes, vases, écritoires, et autres articles tant utiles que purement agréables, le tout fabriqué en porcelaine et terre cuite, de différentes espèces, principalement d’après l’antique, et aussi d’après quelques-uns des plus beaux modèles des artistes modernes), Josiah Wedgwood définit le jaspe de la manière suivante :

Jaspe : Biscuit de porcelaine blanche d’une beauté et d’une délicatesse infinies. Cette porcelaine possède non seulement les propriétés de la basalte, mais elle a encore l’avantage particulier et unique d’être susceptible d’être colorée d’outre en en outre quand on le veut ; qualité qu’aucune autre composition, soit ancienne ou moderne, n’a jamais possédée, et qui la rend par cette raison particulièrement propre aux camées, aux portraits et aux bas-reliefs, attendu que, sans se servir de peinture ni d’émail, on peut faire les fonds de la couleur que l’on veut d’outre en outre et les reliefs purement blancs[4].

 

Camées, portraits et autres bas-reliefs viennent orner les céramiques aux couleurs unies. Le procédé technique est décrit par Josiah Wedgwood dans une lettre qu’il adresse à Sir William Hamilton (1730-1803), aristocrate et collectionneur, et dont il promeut les productions : « […] la moindre feuille a nécessité un moule particulier ; puis il a fallu reporter sur le vase, avec d’extrêmes précautions, les divers ornements, et enfin les faire terminer par un habile artiste[5] ».

Parmi les artistes « habiles[6] » qui ont travaillé pour le potier, nombreuses ont été les collaborations avec l’artiste Elizabeth Upton, dite Lady Templetown (1746-1823) et le dessinateur et sculpteur britannique John Flaxman (1755-1826). John Flaxman est un fervent représentant d’un courant néoclassique en plein essor, dans un contexte de redécouverte des cités d’Herculanum et de Pompéi qui avaient été ensevelies par l’éruption du Vésuve en 79 apr. J.-C.

 

Le succès de la manufacture Wedgwood s’inscrit pleinement dans le goût néo-classique de l’époque. C’est dans ce moment propice à la création que le sculpteur britannique réinterprète l’Antiquité, et reprend ses formes pour en créer de nouvelles. Il faut reconnaitre que se confronter aux Grecs et aux Romains est valorisable, et permet d’assoir un héritage artistique. Dans le même temps, comme le remarque Laurence Machet, « la tradition représentée par les références explicites à l’Antiquité sert [donc] ici de caution à l’innovation, elle contribue à la rendre acceptable par une élite britannique à la fois fascinée par le progrès et effrayée par son potentiel de remise en cause de l’ordre établi[7] ».

Pour mener à bien son entreprise, Josiah Wedgwood fonde en 1766 Etruria. Sur près de 142 hectares furent édifiés la maison familiale certes, mais également, et surtout, une manufacture et un village pour les travailleurs. Les Etruria works désignent les céramiques en jaspe produites à décors antiques[8] et en séries. Il est intéressant d’observer que ce goût « étrusque » repose sur une erreur d’appréciation. En effet, alors qu’il n’en était rien, auteurs, penseurs, et archéologues, tel que James Stuart (1713-1788), estimaient que les céramiques de l’Antiquité grecque et romaine étaient d’inspiration étrusque. Le « style étrusque », affilié au style néo-classique, s’inspire donc ici très librement de l’art étrusque, et surtout des formes de l’Antiquité grecque et romaine.

 

Des bas-reliefs à l’antique. Études de cas à partir de deux récentes acquisitions personnelles

La céramique la plus connue de Josiah Wedgwood est très certainement le Vase Portland. Portant le nom de ses anciens propriétaires, il s’agit à l’origine d’une amphore en verre camée antique, datée du ier siècle av. J.-C.[9], et que le potier s’est évertué à reproduire à l’identique en céramique[10]. Il en existe de nombreuses copies réalisées à partir de 1789. Cependant, elles ne caractérisent pas pour autant l’ensemble des productions sorties des ateliers Wedgwood[11]. En effet, la manufacture tient sa réputation des nombreux services en porcelaine édités en séries et dont nous proposons, dès à présent, d’observer en détail.

Dans le Catalogue édité en 1788, et qui doit être considéré comme un ouvrage destiné à la vente, le potentiel futur acquéreur peut y lire une typologie des différents objets manufacturés disponibles. Nous pouvons découvrir, à la mention des « Pots à fleurs et à plantes », les mots suivants :

Classe xiv. Pots à fleurs et à plantes

Quant aux Pots propres à admettre des plantes à racines bulbeuses ou fibreuse, et aux simples Pots-à-fleurs appelés encore Bouquetiers, il y en a une quantité très considérable aussi variée dans les modèles que par la couleur, et dont le prix varie conséquemment en même raison. Ceux qui sont destinés à admettre des Fleurs ou des Plantes, vont depuis six sols jusqu’à sept shellings six sols la pièce. Il est des pots à racines bulbeuses qui sont d’un plus fini que d’autres et qui sont ornés d’émaux, de bas-reliefs, etc. ; mais, en conséquence, ils sont aussi plus ou moins chers en proportion. Il y a des Pots-à-fleurs d’ornement, ou en vases, qui vont depuis un jusqu’à dix-huit shellings, et d’avantage la pièce[12].

 

Formes et tarifs différenciés permettent ainsi de multiplier les ventes et les acheteurs. Bien évidemment, les décorations apposées sur la céramique influent sur le prix. Ces éléments décoratifs sont listés dans ce même catalogue. Les différentes thématiques apposées sur les céramiques permettront, pour ceux qui le souhaitent, de « former des cabinets mythologiques ou historiques »[13]. Les références sont ainsi faites aux mythologies égyptienne, grecque et romaine. Pour ne citer que quelques exemples, pensons aux représentations d’ « Horus assis sur le lotus, avec le soleil & la lune, & d’autres hiéroglyphes », « Jupiter, assis sur son char attelé de quatre cheveux, lançant les foudres sur les géants », « Neptune & Minerve disputant à qui donnera son nom à Athènes », ou bien encore «  Offrande à Minerve ».

En 1831, Rose Lawrence publie un ouvrage intitulé Cameos from the Antique ; or, the Cabinet of Mythology: Sections illustrative of the Mythology of Greece and Italy, for the use of children, and intended as a sequel to the poetical primer. Un passage de la préface retient particulièrement notre attention : « Les enfants, à qui ces figures mythologiques sont familières, prendront plaisir à les reconnaître dans les camées souvent portés comme ornements vestimentaires, ainsi que dans les exquises copies de gemmes antique, largement diffusées par Tassie et Wedgwood[14] ». Tentons, à notre tour, de reconnaître les figures apposées sur nos cache-pot et pot à lait.

Cache-pot. Détail : Junon et Cérès © Tiphaine A. Besnard

La petite dimension du cache-pot (H : 11 cm, Ø : 10,5 cm) n’a pas permis au potier d’appliquer une grande scène mythologique. Sur l’ensemble de la panse, deux frises ont été apposées. Le registre supérieur consiste une frise florale continue richement ornée. Le registre inférieur figure sur une face deux divinités voilées, dont les attributs que sont le paon et le sceptre pour l’une, la corne d’abondance pour l’autre, permettent d’identifier Junon/Héra et Cérès/Déméter. Sur l’autre face, séparée par un arbre est représentée une offrande à la Paix, laquelle se compose d’un Cupidon à l’arc, de deux jeunes femmes, d’un enfant et d’une brebis. Notons que les noms des divinités romaines Junon et Cérès, comme l’offrande à la Paix, figurent bel et bien dans la liste des divinités et des thèmes pouvant être représentés en camées par la manufacture.

Cache-pot. Détail : Offrande à la Paix © Tiphaine A. Besnard

Le cache-pot n’est à ce jour pas précisément daté. Toutefois, deux autres conservés au musée national de Varsovie présentent des caractéristiques similaires, tant dans la forme que dans les motifs utilisés. L’institution estime qu’ils ont été produits au début du XIXe siècle[15]. La représentation de l’offrande à la Paix est ancienne puisque nous savons que le dessin a été réalisé par Lady Templetown, vers 1783-1790[16]. Une autre plaque céramique, conservée cette fois-ci au Victoria & Albert Museum, présente un bas-relief dans lequel est aussi clairement identifiable l’offrande à la Paix[17]. L’estimation de la datation se veut plus large, entre le XVIIIe et le XIXe siècle. Ainsi nous proposons de dater notre cache-pot de la fin du XVIIIe au début du XIXe siècle.

 

Pot à lait. Détail : Offrande à Cérès © Tiphaine A. Besnard

La plaque conservée au Victoria & Albert Museum est doublement intéressante pour nous, car elle figure également une jeune femme entretenant un feu. Nous pouvons l’observer, à l’identique, sur notre pot à lait (H : 10,5 cm, Ø : 6,5 cm). De nombreuses lectures peuvent être faites des décors apposés sur cet objet. La frise décorative telle qu’elle a été composée, peut-être analysée et comprise comme représentant une offrande à la déesse Cérès/Déméter[18]. Une plaque conservée au Birmingham Museum of Art sur laquelle sont reproduites les deux mêmes figures féminines, la première portant sur sa tête une corbeille de fruits, la seconde entretenant le feu sur un trépied, abonde en ce sens puisqu’elle a pour titre Sacrifice to Ceres[19]. Dans le même temps, les feuilles de vigne et les raisins qui composent la frise du registre supérieur, tout comme la jeune femme tenant en ses mains un stamnos (grand récipient en bronze ou en terre cuite, à panse ronde, destiné à contenir du vin et à le conserver) peut évoquer les fêtes des vendanges que sont les Vinalia.

Pot à lait. Détail : Jeune femme tenant un stamnos © Tiphaine A. Besnard

Ce pot à lait (milk jug) présente un bleu plus profond (dark blue jasperware) que celui que nous connaissons habituellement. Les délicats décors en camées qui y sont apposés créés davantage de contraste. Cet objet, issu d’un service constitué d’une vingtaine de pièces, n’est pas précisément daté. Même si nous savons que les motifs qui y sont déposés sont anciens, nous estimons qu’il est daté de la première moitié du XXe siècle grâce à la diffusion d’une affiche présentant l’ensemble du service Wedgwood bas-relief ware, édité par la manufacture Josiah Wedgwood & Sons.

Il est intéressant de remarquer la permanence des motifs représentés à travers le temps. Ils ont été permis grâce aux nombreux petits moules individuels. Car une figure mythologique équivaut à un moule, le potier peut démultiplier les histoires.

 

Des céramiques vintages à collectionner

Le cache-pot et le pot à lait ont été acquis via les sites d’occasion 2ememain et Vinted. Des milliers d’annonces indexées avec le mot-clé « Wedgwood » sont actuellement consultables sur ces plateformes[20], et pour tous les budgets.

Si ces céramiques sont aussi nombreuses sur le marché de seconde main, c’est bien car elles sont, depuis les débuts de la manufacture, les objets et témoins privilégiés de la culture de masse. En effet, si Josiah Wedgwood a bien reçu des commandes royales (déjà au temps de la Reine Sophie-Charlotte de Macklembourg-Strelitz [1744-1818]) et produit des pièces uniques, il est aussi à l’origine des céramiques réalisées en série, puis achetées par milliers tant en Angleterre qu’en France. N’oublions pas que le Catalogue avait pour finalité l’exportation des productions.

Selon le dictionnaire Larousse, le terme anglais « vintage » désigne « un vêtement, un accessoire, etc., des décennies précédentes, remis au goût du jour[21] ». Démodés et appartenant au passé, les objets vintages sont pourtant aujourd’hui très recherchés. Ils permettent de décorer des intérieurs à moindre coût, et ce dans une perspective éco-responsable. Certaines formes et couleurs sont plus prisées que d’autres, comme les céramiques en jaspe rouge. A contrario, des modèles se retrouvent fréquemment sur les sites de seconde main, sans doute car ils sont aujourd’hui dépassé de mode. Pensons aux assiettes sur lesquelles figurent les portraits des feues Reine Elisabeth II et Diana Spenser.

 

En guise de conclusion

Les manufactures Wedgwood n’ont pas cessé leurs activités. Renommées, elles s’adressent aujourd’hui à des clientèles fortunées[22]. Ainsi notons-nous un glissement au fil du temps. Après avoir inondé le marché, l’institution semble resserrer sa diffusion, tout en diversifiant par ailleurs ses créations. Le blue jasperware qui a fait la réputation de l’institution a laissé place à de nouvelles créations. À titre d’exemple, depuis 2002, Wedgwood collabore avec la styliste américaine Vera Wang. Le service de table Noël, intitulé Winter White, se compose de fines porcelaines blanches aux motifs de sapin, de couronnes et de branches de houx couleur platine. Le jaspe bleu n’a pas pour autant disparu des ateliers. Pour rester dans la thématique de Noël, citons les décorations du sapin aux formes originales : boules certes, mais aussi bonshommes de neige et… tasses[23].

Tiphaine A. Besnard,

Docteur en histoire de l’art

Chercheuse associée au Laboratoire PLH-ERASME, Université Toulouse – Jean Jaurès

 

Bibliographie.

Blake-Roberts Gaye, Wedgwood Jasperware, Londres, Shire Library, 2011.

Machet Laurence, « De la novation technique à l’invention d’une tradition nationale. Le cas de Josiah Wedgwood », Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques, 2009, 131-1, pp. 72-85.

Machet Laurence, « De la fabrication de ‘pots’ à la création d’un goût national : le cas Wedgwood », Revue Française de Civilisation Britannique, XIII-E, 2006 [en ligne], consulté le 4 décembre 2023.

Machet Laurence, Les Wedgwood : entre tradition familiale et paradigme industriel, thèse de doctorat soutenue à l’Université Michel de Montaigne – Bordeaux 3, 2003.

Machet Laurence, Les Wedgwood : de la poterie à l’industrie des arts de la table, CTHS, 2008.

Machet Laurence, « The Portland Vase and the Wedgwood copies: the story of a scientific and aesthetic challenge », Miranda. Revue pluridisciplinaire du monde anglophone, 7/2012, [en ligne : https://journals.openedition.org/miranda/4406], consulté le 8 décembre 2023.

McKendrick Neil, « Josiah Wedgwood and Factory Discipline », The Historical Journal, Cambridge University Press, 1961, vol. 4, n° 1, pp. 30-55.

Jones Catrin, Wedgwood. Craft & Design, Londres, Thames & Hudson et V & A Museum, 2023.

Jonveaux Émile, « Josiah Wedgwood », Histoire de trois potiers célèbres. Bernard Palissy, Josiah Wedgwood, Frédéric Böttger, Paris, Hachette, 1874, pp. 145-207.

Lawrence Rose, Cameos from the Antique ; or, the Cabinet of Mythology: Sections illustrative of the Mythology of Greece and Italy, for the use of children, and intended as a sequel to the poetical primer, Liverpool, Evans, Chegwin and Hall & Longman, Rees and Co. ed., 1831.

Wedgwood Josiah, Catalogue des camées, intaglios, médailles, bas-reliefs, bustes et petites statues, accompagné d’une description générale de diverses tablettes, vases, écritoires, et autres articles tant utiles que purement agréables, le tout fabriqué en porcelaine et terre cuite, de différentes espèces, principalement d’après l’antique, et aussi d’après quelques-uns des plus beaux modèles des artistes modernes, 1788.

Wiegel Hildegard, « Céramographie antique et collections modernes : nouvelles recherches sur les vases grecs dans les musées virtuels », Perspective, 2009, [en ligne], consulté le 4 décembre 2023.

 

[1] Citons les recherches menées sur ce sujet par Laurence Machet, notamment dans le cadre de sa thèse de doctorat soutenue en 2003, mais aussi celles publiées par les équipes du Victoria & Albert Museum (Londres), le musée conservant en effet une riche collection d’objets issus de la manufacture.

[2] Environ 5000 tentatives furent nécessaires pour réussir à produire les céramiques jaspées. Voir « Introduction », dans Catrin Jones, Wedgwood. Craft & Design, Londres, Thames & Hudson, V&A, 2023, pp. 12-13.

[3] Il existe également d’autres couleurs telles que le vert pâle, l’ocre ou le lilas. Dans tous les cas, les décors en bas-reliefs apposés sur les céramiques sont blancs.

[4] Josiah Wedgwood, Catalogue des camées, intaglios, médailles, bas-reliefs, bustes et petites statues, accompagné d’une description générale de diverses tablettes, vases, écritoires, et autres articles tant utiles que purement agréables, le tout fabriqué en porcelaine et terre cuite, de différentes espèces, principalement d’après l’antique, et aussi d’après quelques-uns des plus beaux modèles des artistes modernes, 1788, p. 3.

[5] Émile Jonveaux, Histoire de trois potiers célèbres. Bernard Palissy, Josiah Wedgwood, Frédéric Böttger, Paris, Hachette, 1874, p. 202.

[6] L’habilité des artistes avec lesquels il a collaboré est mise en avant dans son Catalogue : « les figures dont nous avons orné nos vases sont tirées indifféremment de gemmes, de peintures antiques, et de bas-reliefs, comme des vases étrusques, et sont exécutées avec le plus grand soin par les plus habiles artistes qu’il nous a été possible nous procurer[6] », ibid., p. 78.

[7] Laurence Machet, « De la novation technique à l’invention d’une tradition nationale. Le cas de Josiah Wedgwood », Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques, 2009, 131-1, p. 76.

[8] Émile Jonveaux, Histoire de trois potiers célèbres, op.cit., p. 202 : « Il serait trop long de donner la liste des ouvrages qui, pendant ces années fécondes, sortirent de la manufacture d’Étruria. La poterie qui la plus souvent servait à ces délicates créations, était le jaspe, l’une des plus originales et des plus heureuses inventions de Wedgwood. »

[9] L’amphore a rejoint les collections du British Museum en 1945 (inv. 1945,0927.1). Consulté le 12 décembre 2023.

[10] Laurence Machet, « The Portland Vase and the Wedgwood copies: the story of a scientific and aesthetic challenge », Miranda. Revue pluridisciplinaire du monde anglophone, 7/2012, [en ligne], consulté le 8 décembre 2023.

[11] Une copie du Vase Portland éditée vers 1840-1845 est visible au Victoria & Albert Museum. Consulté le 12 décembre 2023.

[12] Josiah Wedgwood, Catalogue des camées, intaglios, médailles, bas-reliefs, bustes et petites statues, op. cit., 1788, p. 72-73.

[13] Josiah Wedgwood, ibid. p. 6.

[14] Rose Lawrence, Cameos from the Antique ; or, the Cabinet of Mythology: Sections illustrative of the Mythology of Greece and Italy, for the use of children, and intended as a sequel to the poetical primer, Liverpool, Evans, Chegwin and Hall & Longman, Rees and Co. ed., 1831, preface, vii. Notre traduction : “Children, to whom these Mythological pictures are familiar, will delight to recognize them in the Cameos so much worn as ornaments of dress, and in the exquisite copies of the antique gems, so cheaply furnished by Tassie and Wedgwood”.

[15] Nous renvoyons ici aux deux notices consultables sur le site du musée. Voir, Cache-pot, inv. no. SZC1768 [en ligne] ; Cache-pot, inv. LKr 1440 [en ligne], consultés le 15 décembre 2023.

[16] Un camée figurant exclusivement le sujet est conservé au Metropolitan Museum de New York. Voir : An Offering to Peace, vers 1783-1790 [en ligne], consulté le 15 décembre 2023.

[17] Voir Plaque, inv. WE.10855-2014 [en ligne], consulté le 15 décembre 2023.

[18] Voir, par ailleurs, Amandine Declercq, « Les offrandes à Déméter », dans Rituels grecs. Une expérience sensible, cat. exp., Musée Saint Raymond, Toulouse, 24 novembre 2017-25 mars 2018, p. 61.

[19] Voir Sacrifice to Ceres, inv. AFI.1295.2011 [en ligne : https://www.artsbma.org/collection/sacrifice-to-ceres/], consulté le 18 décembre 2023.

[20] Citons également Etsy et Marketplace.

[21] « Vintage », Larousse [en ligne], consulté le 4 décembre 2023.

[22] Nous renvoyons expressément au site internet de l’institution [en ligne], consulté le 19 décembre 2023.

[23] Voir en ligne, consulté le 19 décembre 2023.



Citer ce billet
Tiphaine-A. Besnard (2023, 22 décembre). Figures blanches sur fond bleu Deux céramiques vintages jasperware de la manufacture Wedgwood. Actualités des études anciennes. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/veg6

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search