Sirène, debout ; Ovide rechanté

Mac Laughlin (N.), Sirène, debout ; Ovide rechanté, traduit de l’anglais par Iuvan. – Clamart : La Volte, 2023. – 308p. – ISBN: 978-2-37049-216-6

Crédit image. Première de couverture – La volte

Nina Mac Laughlin, journaliste et critique littéraire américaine fascinée par les Métamorphoses d’Ovide, se propose de réécrire une trentaine d’épisodes de l’épopée ovidienne, en adoptant le point de vue des héroïnes féminines. Le projet n’est pas sans rappeler celui d’Ovide lui-même dans les Héroïdes. Dans ce recueil, en effet,  le jeune poète avait donné la parole à des héroïnes célèbres de la mythologie grecque, souvent abandonnées par leur amant, et leur avait permis, par le biais de la forme épistolaire versifiée, de faire entendre leurs voix, jusque-là inaudibles. Pénélope écrivait ainsi à Ulysse, Phèdre à Hippolyte, Didon à Enée… Ovide jouait alors avec la tradition littéraire, bien connue de ses lecteurs, tout en mettant en valeur son érudition, sa finesse d’analyse et sa propre sensibilité. La démarche de Nina Mac Laughlin est assez proche. La romancière connaît très bien le recueil des Métamorphoses d’Ovide. Elle utilise, elle aussi, avec beaucoup de précision, des éléments du texte ovidien, dans un jeu de retractatio, qui rappelle les exercices des écoles de rhétorique antiques. Ainsi, pour ne donner qu’un seul exemple, dans le chapitre consacré à « Egérie », Nina Mac Laughlin, s’amuse, sans le nommer, à faire deviner l’identité du personnage qui rend visite à la nymphe et qui s’exprime ainsi  : « Ma belle-mère a dit à mon père que j’essayais de la séduire. Elle lui a dit que j’essayais de me mettre dans son lit pour la toucher. Même pas vrai. […] C’était elle qui me désirait, pas l’inverse ! […] Donc je pars de chez moi, je m’échappe de cet enfer, et en chemin, alors que j’emprunte la route côtière pour partir en exil sur mon char, une violente tempête se lève, et il y a cette espèce de taureau gigantesque qui sort des vagues, qui expulse de l’eau de mer par les naseaux, qui donne des coups de cornes dans tous les sens et qui se précipite sur nous ». Le lecteur qui connaît le chant XV des Métamorphoses ou plus généralement la tradition littéraire du mythe de Phèdre reconnaît sans difficulté le personnage d’Hippolyte et, par ce jeu d’allusion littéraire, entre ainsi en connivence avec la romancière. Chaque exercice de réécriture révèle ainsi, au fil des chapitres, une très fine connaissance du texte-source.

Mais un peu à la manière d’Ovide, qui, dans les Héroïdes, effaçait les spécificités de ses sources multiples pour créer un genre original et propre à son talent, Nina Mac Laughlin utilise l’œuvre  d’Ovide dans une perspective nouvelle, pour aborder la question sensible des violences liées aux genres et aux classes. Dans la lignée de certaines lectures féministes anglo-saxonnes de la littérature ancienne (cf. Richlin, Amy. 1992. “Reading Ovid’s Rapes,” in Amy Richlin, ed., Pornography and Representation in Greece and Rome. New York. 158–79), la romancière nous livre un texte féministe très engagé qui dénonce, dans une écriture alerte, variée et souvent très percutante, les abus d’une société patriarcale et les multiples violences subies par les femmes d’hier et d’aujourd’hui. Se succèdent ainsi, à un rythme très soutenu, des scènes de viols, d’incestes, de métamorphoses de femmes qui tentent d’échapper à des agresseurs, mais aussi des épisodes qui révèlent le désir féminin inavoué, celui d’une jeune fille pour son père ou celui d’une femme au grand âge. Nina Mac Laughlin multiplie les voix et les formes littéraires, associant habilement les éléments mythologiques antiques à des contextes de vie plus contemporains : on assiste ainsi à une  conférence publique donnée par Hécube, à la visite de la maison de Procné à dos d’hirondelle comme dans un parc d’attraction vertigineux, à l’échange de messages électroniques entre Polyphème et Galatée, à la séance de psychothérapie de Myrrha… Dans ce jeu de variation polyphonique, il faut souligner aussi le talent de la traductrice, Iuvan, qui adapte avec finesse à la langue française la forme, parfois poétique, du texte original.

 L’objectif de Nina Mac Laughlin est donc de montrer, par l’évocation de figures féminines mythiques réintégrées dans un contexte contemporain, la permanence de la violence masculine. Ce discours n’était certes pas totalement absent de l’œuvre ovidienne, puisque le poète soulignait déjà la violence du comportement des hommes et notamment des divinités masculines envers les mortelles. Il suffit de penser à la description de la toile d’Arachné, au livre VI, et de se rappeler que le poète y énumère toute une série de viols de femmes, commis par Jupiter, Neptune, Apollon et Saturne. Mais le point de vue adopté par Nina Mac Laughlin, qui se focalise exclusivement sur cette question, a tendance  à noircir l’œuvre et à faire oublier qu’Ovide dénonce plus généralement, dans les Métamorphoses, toutes les formes de violences subies par le corps humain ou animal, mais aussi qu’il y célèbre avant tout la vie, la beauté, le mouvement et la liberté. Même en adoptant le point de vue des héroïnes féminines, on aurait donc aimé que la romancière laisse davantage de place à des voix plus apaisées, présentes mais très discrètes dans son recueil, comme celle de Baucis, heureuse de vieillir près de Philémon, ou celle de la statue de Pygmalion, émerveillée de découvrir, en ouvrant les yeux, « le ciel et son amant ».

Si  l’Ovide rechanté par Nina Mac Laughlin nous est apparu parfois un peu trop désenchanté, il nous semble cependant fidèle au projet du poète, qui proclamait dans le livre XV des Métamorphoses :  Omnia mutantur, nihil interit  « Tout change de forme, rien ne périt». Par son jeu de réécriture, par son imagination visuelle, par son humour parfois grinçant, Nina Mac Laughlin révèle, en effet, l’éternelle modernité de l’œuvre d’Ovide et lui permet de vivre sous une nouvelle forme. Elle nous invite ainsi à relire les Métamorphoses et à nous les réapproprier, encore et encore :  « Mâche et mâche. », nous dit-elle, «  Rien ne demeure à l’identique. La grande histoire du nouveau nous avale à chaque instant »… (Nina Mac Laughlin, Ovide rechanté, p.308).

Déborah Roussel,

Maîtresse de conférence – Université de Tours


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Déborah Roussel (8 janvier 2024). Sirène, debout ; Ovide rechanté. Actualités des études anciennes. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://reainfo.hypotheses.org/32064


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search