Les mythes grecs en contexte

Tardy-Kentaka (M.-A.), Les mythes grecs en contexte. – Paris : Les 3 colonnes, 2023. – 518p. – ISBN : 9791040602170

Crédit image. Première de couverture – Les 3 colonnes

Vaste champ de recherche empli d’incertitudes que celui entourant le contexte dans lequel les mythes et épopées du monde grec furent élaborés, déclamés et rédigés pour la première fois. Plus vaste encore peut-être, la question du contexte dans lequel ils se sont vus transmis, retranscrits, remaniés et actualisés, à toutes les époques et de toutes les manières possibles, digressant parfois largement du sujet premier. On a ainsi pu les voir se recouper, se superposer, voire se contredire purement et simplement, sans qu’il soit possible de trancher sur leur authenticité historique. Les causes de ces lacunes sont par ailleurs multiples : la distance chronologique qui nous en éloigne, notre méconnaissance des cultures antique – ou le prisme à travers lequel elles nous sont connues, la partialité des sources parvenues jusqu’à nous, etc. Ces multiples facteurs laissent planer de vastes zones d’ombre sur le sujet, ouvrant le champ libre à de multiples possibilités d’interprétation.

C’est précisément pour se livrer à certaines d’entre elles que Marie-Andrée Tardy-Kentaka nous présente son essai. Les mythes grecs en contexte, paru en 2023 aux éditions Les trois Colonnes, est un ouvrage à la hauteur de son ambitieux projet : au long de ses cinq cent dix-huit pages, trois livres, onze chapitres et plus d’une centaine de sous-parties parfois très brèves, il s’attaque à détailler autant de thématiques différentes, heureusement consignées dans une table des matières qui s’étend sur vingt-quatre pages, facilitant la vue d’ensemble de l’ouvrage.

Marie-Andrée Tardy-Kentaka est détentrice d’une maîtrise de Grec ancien et moderne, et a de surcroît occupé la fonction de guide conférencière à Athènes. Cette fonction influence largement son travail d’écriture : l’auteure ne se prive pas de glisser commentaires ironiques ou subtils traits d’humours dans le détail de ses explications ; rien de tel en effet qu’une note de légèreté occasionnelle pour garder son public éveillé et attentif lors d’une démonstration théorique conséquente. C’est ce même trait professionnel qui pousse l’auteure à diversifier largement son panel de données historiographiques, à simplifier ses références aux sources ou encore à retranscrire en caractère latins l’essentiel des termes grecs employés[1].

 

Dans cette étude, l’auteure reprends les notions fondamentales du mythe et de sa définition. Au fil des pages, elle décortique une foultitude de fragments mythiques sous leurs aspects les plus variés ; elle replace ses extraits dans leur contexte historique pour y apporter une explication à la fois rationnelle et plausible.

En premier lieu, les fonctions éducatives et moralisatrices des mythes sont véhiculées sous la forme de contes aux dimensions épiques et merveilleuses. Au travers des quêtes surmontées par les héros et des défis auxquels ils se trouvent confrontés, les jeunes auditeurs sont amenés à s’identifier aux personnages mythiques, et à s’imprégner des valeurs et idéaux défendus par eux. De par cette démarche pédagogique, les mythes occupent une place prépondérante dans l’éducation des nouvelles générations citoyennes[2]. Ces récits occupent par ailleurs une fonction didactique pour tous les habitants de la cité, à tous les âges et niveaux de la société. Ils enseignent la hiérarchie sociale, les règles de savoir-vivre en communauté, les lois régissant la demande d’asile et l’accueil de l’étranger, et même des savoir d’ordre pratique[3]. Qu’ils soient une découverte pour les plus jeunes ou un rappel pour leurs anciens, les mythes proposent à l’auditoire divers modèles de pensée ou de comportement, tout en lui laissant la marge d’interprétation dont il a besoin. Le destinataire est invité non pas à se conformer au modèle qui lui est fourni, mais à adopter une démarche de réflexion quant aux qualités et aux défauts, aux vices et aux vertus, aux crimes et aux actes héroïques de ces personnages, de leur histoire et de leur aventure, et à en retirer les leçons qui s’imposent.

Dans le cadre de la transmission des mythes, l’étude nous rappelle les processus d’appropriation et de modification par lesquels ils seront inévitablement amenés à passer. Bien sûr, ils ne manquent pas d’évoquer l’admiration ou la crainte respectueuse que portaient au divin les peuples antiques. Mais leur rôle n’est pas seulement religieux ou éducatif ; récits fondateurs à la fois historiques et mythiques, transmis de génération en génération au sein de la cité, ils sont amenés à servir concrètement sa cause, allant parfois jusqu’à légitimer ses engagements politiques ou ses actions militaires, entretenant les conflits ou établissant des alliances durables. Notre principale connaissance des mythes nous vient des sources littéraires laissées par les auteurs antiques ; c’est pour l’auteure l’occasion d’évoquer les formes prises par la transcription des chroniques et des chants, favorisé par la généralisation de la pratique de l’écriture dans le monde grec[4].

Mais l’étude ne se cantonne pas à la relecture des auteurs classiques : elle entend mettre à l’honneur les travaux archéologiques et leurs avancées plus ou moins récentes en tant que sources de premier plan, conjecturant sur les temples, les fresques ou les statues, pour en proposer de nouvelles lectures. Un réexamen des sources et des sites est entrepris, replaçant l’archéologie à la lumière de liens complexes, réels ou supposés, qu’elle entretient avec les mythes[5]. L’auteure se reporte également à l’apparition des notions « d’histoire » ou de « géographie » telles qu’elles naissent dans l’antiquité, lorsque les écrits des intellectuels commencent à s’émanciper des éléments fantastiques, dont le caractère manifestement fictif vient parfois heurter les disciplines scientifiques en plein essor.

 

On assiste ainsi à une relecture systématique d’une multitude d’extraits de mythes et de thèmes, pour chacun desquels sera proposée une perspective d’interprétation réaliste et pragmatique. Plus spécifiquement, de nombreux mythes présentant des caractéristiques violentes et barbares à nos yeux (parricide, inceste, sacrifice humain, et autres joyeusetés), difficilement concevables de la part de sociétés prétendument « civilisées », trouvent ici une ou plusieurs propositions interprétatives qui mettront en avant leur portée symbolique, leur valeur éducative ou l’attachement aux valeurs traditionnelles qu’ils transmettent.

Ce type d’analyse, qui tend à apporter une explication « rationnelle et scientifique » à l’ensemble des éléments merveilleux de ces mythes n’est pas sans rappeler les théories portées par l’« évhémérisme[6] », qui propose un rattachement des personnages mythiques et légendaires à des êtres humains ayant bel et bien existé, mais dont le souvenir aurait été mythifié voir divinisé par le générations postérieures. En cela, l’étude de M.A. Tardy-Kentaka s’inscrit dans la lignée de travaux déjà entrepris, qui faute de certitudes, demeureront probablement inachevés.

Que penser de l’agencement si particulier de cet essai, très dense, qui pourrait désarçonner un lecteur peu familier des ouvrages universitaires ? Si la multiplication des sous-thématiques est la bienvenue pour l’exploration de tel ou tel mythe en particulier, leur surabondance peut également nuire à une lecture cohérente, le lecteur finissant rapidement par se noyer sous une avalanche de paragraphes à l’équilibre parfois relatif. De plus, il est fréquent que ces mêmes paragraphes sautent d’un sujet à l’autre sans souci réel de continuité et de cohérence. Il est vrai que le format de l’ouvrage ne se prête pas à une lecture linéaire conventionnelle ; au contraire, cet assemblage disparate de pièces thématiques appelle à une exploration ponctuelle et ciblée, qui peut s’avérer bien plus enrichissante au vu de la masse d’informations qu’elle contient. On regrettera peut-être à cet égard l’absence d’un index, outil qui ne finira jamais de démontrer son utilité pour toute recherche universitaire, en particulier dans un ouvrage aussi vaste.

À quel public l’auteure entendait-elle s’adresser à travers son ouvrage ? Les mythes lorsqu’ils sont évoqués sont dépeints à grands traits, sans entrer dans les détails. Il n’est pourtant pas réellement nécessaire d’avoir révisé son encyclopédie des grands mythes pour s’y intéresser : l’auteure se chargera de nous en récapituler les éléments essentiels. Dans l’ensemble, il est facile de rapprocher le lectorat du public touristique venu bénéficier des explications avisées de la guide-conférencière sur les vestiges athéniens. Un ouvrage de vulgarisation donc, à destination d’un public certes élargi, encore qu’une connaissance initiale des bases de la mythologie gréco-latine ne soit pour lui jamais malvenue.

Pourtant, l’aspect global de cette étude, ainsi que la pluralité de ses sources ne manquent pas de doter l’ouvrage d’un intérêt universitaire certain. Il est toujours audacieux de proposer des réinterprétations de ces mythes déjà longuement épurés, sans risquer de prêter le flanc à de vives critiques et remises en question par les études concomitantes. En ce sens, l’auteure relève brillamment le défi en proposant ses hypothèses qui, si elles demeurent crédibles, restent avancées avec la prudence interprétative que leur examen nécessite. En somme, une nouvelle lecture de la mythologie qui témoigne encore une fois, si besoin était, de la complexe richesse historique encore renfermée par l’héritage légendaire des aèdes antiques, que nous n’aurons probablement jamais fini totalement d’explorer et de redécouvrir.

Axel Fourcaud,

Université Bordeaux Montaigne

[1] Toutes les mesures prises pour permettre au lecteur la meilleure compréhension face à la complexité du sujet (digressions, simplification, omission de données complexes) sont par ailleurs récapitulées dès l’introduction, en p. 13.

[2] On connaît l’importance donnée à la paideia au sein de la cité, vecteur majeur dans la transmission de la « véritable » culture grecque. La question du parcours initiatique des jeunes gens dans les récits héroïques est souvent relevée par les mythographes.

[3] Tels que savoir lire le ciel, dompter un cheval ou encore construire un bateau, selon l’auteure (p. 7).

[4] Notamment avec l’adoption au VIIIe siècle de l’alphabet phénicien.

[5] Son interrogées à titre d’exemple les fouilles controversées du site présumé de la guerre de Troie.

[6] Du nom du mythographe Évhémère, théoricien des croyances sacrées à la fin du IVe et au début du IIIe siècle av. J-C.



Citer ce billet
Axel Fourcaud (2024, 22 janvier). Les mythes grecs en contexte. Actualités des études anciennes. Consulté le 21 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vmxc

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search