Le Livre noir des classiques. Histoire incorrecte de la réception de l’Antiquité

Traina (G.), Le Livre noir des classiques. Histoire incorrecte de la réception de l’Antiquité. Les Belles Lettres : 2023, Paris. – 208 p. – ISBN : 9782251454764

Crédit image. Première de couverture – Les Belles Lettres

Est-il encore nécessaire de présenter Giusto Traina, l’irrévérencieux professeur d’Histoire romaine de l’université de Paris-Sorbonne ? Après une Histoire incorrecte de Rome publiée en 2021, ce spécialiste de l’histoire militaire ancienne et des relations entre Rome et l’Orient nous propose cette fois une Histoire incorrecte de la réception de l’Antiquité.

Publié d’abord en Italie dans la collection Fact checking des éditions Laterza sous le titre I Greci e i Romani ci salveranno dalla barbarie, cet ouvrage a été « francisé » par Éric Vial et son épouse Anne Vial-Logeay. Si l’édition italienne abordait déjà les mauvaises utilisations de l’Antiquité en France, l’auteur et son traducteur ont souhaité ajouter des références spécifiquement françaises.

Au fil des 208 pages de cette édition française, G. T. se donne pour but de dresser l’histoire de la mauvaise réception de l’Antiquité du début du XXe siècle jusqu’à nos jours, entre utilisations toxiques et interprétations fantaisistes. Pour ce faire, G. T. a dû se résoudre à sélectionner quelques exemples significatifs car « les mauvais usages de l’Antiquité sont innombrables et indéfiniment renouvelés » (p.139) et il est impossible d’en dresser une liste exhaustive.

Le livre s’ouvre sur une préface confiée à Johann Chapoutot, contemporanéiste spécialiste de l’Allemagne et du nazisme, qui encense l’érudition et l’humour de l’auteur et laisse présager un ouvrage des plus passionnants.

Après une introduction déplorant la démolition des études humanistes à notre époque s’enchaînent 9 chapitres dans lesquels l’auteur commente avec malice diverses récupérations politiques, interprétations orientées et affirmations farfelues. Le but est d’insister sur les exemples les plus intéressants ou les plus curieux, en récupérant des débats anciens et nouveaux.

Parmi les exemples d’appropriation de l’Antiquité par l’histoire la plus récente retenus par G. T., on trouve : l’usage abusif de l’Antiquité par certains mouvements nationalistes (chapitre 1 et 2) ; le conflit idéologique entre la Grèce et la Macédoine du Nord sur l’identité d’Alexandre le Grand (chapitre 2) ; le débat entre Martin Bernal et ses détracteurs et ses effets secondaires indésirables sur les « afrocentristes » (chapitre 3) ; la lecture distordue du mythe d’Antigone, convoqué dès que l’on place les raisons du cœur au-dessus de la raison d’État (chapitre 4) ; les références durant la Guerre froide à la Guerre du Péloponnèse de Thucydide comme un exemple de polarisation entre deux super puissances aux conceptions politiques opposées (chapitre 5) ; la controverse sur la possession ou la destruction de statues antiques (chapitre 6) ; l’idéalisation de la Grèce par les philosophes et les hommes de lettres comme Martin Heidegger (chapitre 7) ; le « kitsch » classique de Malibu et de Las Vegas (chapitre 7) ; l’exaltation de la mission civilisatrice de Rome dans la réinterprétation fasciste de l’Histoire (chapitre 8) ; l’exploitation de la figure polémique de Caracalla à propos de l’accueil des étrangers à Rome (chapitre 9).

L’ouvrage se conclut en soulevant des problématiques rencontrées par la communauté des antiquisants entre guerres intestines, incapacité à sortir de sa zone de confort et problème de spécialisation excessive.

Dans la postface coécrite avec Éric Vial, G. T. s’attarde pour finir sur une appropriation historique proprement française : l’intégration de « nos ancêtres les Gaulois » à notre « roman national ». Tous deux reviennent notamment sur l’utilisation abusive d’une image stéréotypée des Gaulois et sur le débat autour de l’emplacement d’Alésia…

Fort d’un vocabulaire pointu et d’un humour décapant, cette Histoire incorrecte de la réception de l’Antiquité reste néanmoins accessible au grand public. Complété par des notes bibliographiques fournies, l’ouvrage témoigne de la colossale culture classique de l’auteur, mais aussi de son impressionnante culture pop. Le livre fourmille en effet de références actuelles : Lady Gaga, Le Gorafi, Google Books, Gal Gadot, les films 300, Alexandre et Star Wars…

Ce Livre noir des classiques est surtout un ouvrage réjouissant pour les amoureux de l’Antiquité lassés de voir leur période favorite malmenée.

Les quelques exemples de l’usage toxique de l’Antiquité réunis et commentés par G. T. permettent également de nourrir des réflexions plus actuelles sur nos sociétés modernes et sur notre rapport aux Grecs et aux Romains. Dès le quart de couverture, on s’interroge : « Laissons-nous volontairement les portes de notre civilisation ouvertes aux barbares, oubliant nos racines grecques et romaines ? Ou sommes-nous les barbares, lorsque nous utilisons notre passé pour justifier le pire de notre civilisation ? ». Nos « racines grecques et romaines » sont en effet généralement invoquées de manière inappropriée pour confirmer la supériorité présumée de notre civilisation, pour justifier les prétentions des nationalistes et les ravages de l’impérialisme occidental.

L’ouvrage de G.T. souhaite enfin montrer comment la question de l’usage politique de l’Antiquité ne se limite pas aux habituels cris d’alarme sur la décadence des études classiques ou à la menace de la Cancel Culture. En bref, cette étude passionnée permet de stimuler notre réflexion pour nous aider à comprendre ce qui est vivant et ce qui est mort dans notre rapport à l’Antiquité classique.

Ludivine Beaurin,

Docteur en Sciences de l’Antiquité



Citer ce billet
Ludivine Beaurin (2024, 15 janvier). Le Livre noir des classiques. Histoire incorrecte de la réception de l’Antiquité. Actualités des études anciennes. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vkzo

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 14/03/2024

    […] incorrecte de la réception de l’Antiquité, Actualités des études anciennes, janvier 2024. https://reainfo.hypotheses.org/32080.   Fei-Hsien Wang, Pirates and Publishers. A Social History of Copyright in Modern China, […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search