La revue Anabases

Anabases: une revue consacrée à la réception de l’Antiquité

Fondée en mars 2005 par le groupe de recherche ERASME (Équipe de Recherche sur la Réception de l’Antiquité : Sources, Mémoires, Enjeux) de l’université Toulouse 2 Jean Jaurès, la revue Anabases s’intéresse à la réception de l’Antiquité, c’est-à-dire à ce qu’il advient de l’Antiquité après l’Antiquité, voire dès la période antique. L’Antiquité couvrant plusieurs millénaires, des formes de réception y sont en effet déjà à l’œuvre – il n’est que de penser à la réception la plus « classique », celles des Grecs par les Romains.

La revue aborde les thématiques les plus diverses, allant de la littérature scientifique à la culture populaire.

Evolution des couvertures de la revue Anabases

Une approche résolument interculturelle et transversale

La démarche de la revue Anabases consiste en une approche résolument transversale et comparatiste, selon trois modalités principales :

*la transversalité est d’abord celle de l’interdisciplinarité, puisque dans Anabases, l’histoire côtoie la philologie, l’archéologie, la philosophie, l’histoire des religions, de l’art, de la littérature, de la musique, ou encore les sciences politiques.

*la transversalité est également géographique, touchant à des aires culturelles variées (Méditerranée, Europe, Proche et Moyen-Orient).

*les liens transversaux sont enfin ceux tissés entre les périodes, depuis l’Antiquité jusqu’au très contemporain, en passant par Byzance et le Moyen Âge, la Renaissance et l’humanisme, les temps modernes et les révolutions.

Des rubriques variées

Depuis dix-huit ans, au rythme de deux parutions annuelles – l’une au printemps, l’autre à l’automne –, ce fil rouge de la réception est au cœur de la politique éditoriale de la revue, décliné en différentes rubriques qui reviennent d’un numéro à l’autre :

*Traditions du Patrimoine antique : dans cette rubrique, l’Antiquité est appréhendée comme un legs, un ensemble d’héritages, dont il s’agit de dresser l’inventaire en étudiant les acteurs, parfois méconnus, de cette histoire – voyageurs, hommes d’église, diplomates, architectes –, les lieux et les institutions qui la promeuvent – académies, cercles, séminaires, sociétés savantes, universités, centres de recherche –, les productions scientifiques, sous la forme de sommes éditoriales, de corpus, de dictionnaires, de sites Internet. On y retrouve par exemple des travaux sur la réception d’un auteur antique au Moyen Âge ou sur l’influence du théâtre grec sur le cinéma.

*La rubrique Archéologie des savoirs étudie les processus par lesquels les sciences et les connaissances modernes se sont façonnées dans un rapport tour à tour revendiqué, biaisé ou passé sous silence avec les héritages des Anciens ; qu’il s’agisse de géographie, de médecine, de droit, de genres littéraires, de théorie politique, mais aussi des sciences de l’Antiquité elles-mêmes. Y sont publiées notamment des études sur les antiquaires ou sur les collections.

*La troisième section, Historiographie et identités culturelles, s’appuie sur l’hypothèse que les pays ou les peuples qui ont fréquenté la Méditerranée n’ont pas tous et pas toujours entretenu le même rapport avec l’Antiquité et qu’ils ne l’ont pas étudiée selon les mêmes approches. Toutefois, bien qu’il n’existe pas une, mais des « mémoires » de l’Antiquité, celle-ci contribue durablement et partout à façonner une identité collective et une conscience historique. Cette rubrique accueille donc en particulier les études en lien avec l’historiographie de l’Antiquité.

*Actualités et débats s’intéresse à l’actualité de la réception de l’Antiquité, tandis que les Ateliers de l’histoire rendent compte des grands chantiers historiographiques autour de la réception – ceux par exemple des « archives de savants », des « mots de l’Antiquité » ou de « l’Antiquité au musée », parmi bien d’autres exemples.

*Plus récemment, en 2014, est apparue une nouvelle rubrique, Relire les classiques des sciences de l’Antiquité, qui permet de mettre en perspective l’œuvre d’un antiquisant de la première moitié du XXe siècle qui est à cette occasion republié.

Anabases 38 (décembre 2023)

Dans le dernier numéro de la revue, paru en fin d’année 2023, figure comme d’habitude des contributions variées, reflétant différentes pistes ouvertes par la réception de l’Antiquité. On y trouve entre autres l’étude d’un tableau du peintre Jean-Léon Gérôme – leader de l’école néo-grecque au XIXe siècle –, un article sur le rapprochement franco-roumain de 1957 autour du bimillénaire de la naissance d’Ovide, ou encore une contribution consacrée à l’adaptation d’Antigone par le marionnettiste suédois d’origine allemande Michael Meschke.

Catherine Valenti,

Adjointe de l’éditeur responsable d’Anabases, maîtresse de conférences en histoire contemporaine (UT2J)


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
admin (17 janvier 2024). La revue Anabases. Actualités des études anciennes. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vlzu


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search