Les Impératrices de Rome

McCabe (J.), Les Impératrices de Rome. –Versailles : Omblage Éditions, 2023. – 379 p. traduction de l’anglais par Grégoire Ladrange. – ISBN : 9791096997299

Crédit image. Première de couverture – Omblage Editions

L’ouvrage intitulé Les Impératrices de Rome est la traduction d’un livre ancien publié à Londres et à New-York, respectivement chez Methuen et H. Holt & Co, en 1911, sous le titre original The Empresses of Rome. Son auteur Joseph McCabe (1867-1955) est un catholique irlandais, entré au séminaire à l’âge de quinze ans, ordonné prêtre à vingt-trois ans, mais qui abandonna son sacerdoce six ans plus tard, en 1896. Joseph McCabe n’est pas universitaire, mais un homme de grande culture maîtrisant les langues anciennes et leurs sources littéraires. Il deviendra un auteur polygraphe très prolifique et un conférencier tout autant actif.

En se consacrant à la rédaction de son travail Les Impératrices de Rome, Joseph McCabe (JMcC) tend à exposer puis expliquer la place et le rôle politique ou social qu’ont tenus des femmes mariées à un empereur romain. L’auteur dresse ainsi un catalogue chronologique de plusieurs dizaines de ces femmes, depuis la première d’entre elles, Livie, femme d’Auguste, jusqu’à Galla Placidia la Jeune, femme d’Olybrius, cinq siècles plus tard. Il s’agit d’une tâche ardue, car les sources anciennes écrites sont d’abord consacrées aux hommes, et, anecdotiquement, à leurs femmes. Pour ses besoins, JMcC complète habilement son corpus documentaire par la statuaire et la numismatique mais en utilisant des pratiques scientifiques de son temps. L’ouvrage est organisé en vingt-et-un chapitres en fonction, semble-t-il, de la documentation disponible plutôt que d’une stricte logique historique.

Le titre de l’ouvrage interpelle immédiatement avec l’emploi du mot « impératrice ». Le mot « imperatrix » existe bien en latin, mais il ne désigne pas la femme d’un imperator : il désigne une femme qui donne des ordres (Cicéron, Pro Caelio, 67). L’emploi du mot « impératrice » est maladroit dans le contexte romain, même s’il fait sens à l’époque de l’auteur et de ses lecteurs du moment, tous contemporains de femmes dépositaires de cette titulature, telles Victoria, Eugénie, Élisabeth (Sissi) ou Alexandra Fiodorovna. En français, le mot « impératrice » semble remonter seulement au XVe siècle (CNRTL) tandis que son équivalent anglais « empress » dériverait du moyen-français « emperesse », légèrement antérieur. JMcC est conscient de cette difficulté, toutefois, même s’il s’en explique sommairement, il va jusqu’à trahir les textes latins les plus fameux. Il fait prononcer le mot « impératrice » à l’empereur Claude recherchant la défunte Messaline (p. 95) quand Suétone utilise le terme plus domestique « domina » (Suétone, Claude, 39, 2). De même, lors du célèbre naufrage dont survécut Agrippine, JMcC fait dire à Acerronia, sa servante, le mot « impératrice » (p. 118) quand Tacite parle de la « mater principis » (Tacite, Annales, 15, 5, 3). L’abus de langage va parfois plus loin avec certaines femmes de la famille impériale et le titre d’Augusta qui a pu leur être accordé ; l’auteur, en effet, fait de toute augusta une femme d’empereur, ce qui n’est pas toujours le cas. Ces remarques lexicales ne peuvent toutefois qu’affecter les personnes les plus rigoureuses, et non un simple lectorat curieux. Au-delà de ce détail, JMcC se livre régulièrement à un exercice qui paraitrait particulièrement audacieux aujourd’hui mais tout à fait légitime et d’actualité à la fin du XIXe siècle, la physiognomonie. Cette pratique prétend établir le caractère et la personnalité d’un sujet à travers l’observation des traits de son visage. JMcC a recours aux bustes de plusieurs femmes ou mères d’empereur voire à leur représentation sur des pièces de monnaies afin d’établir leur profil psychologique, par exemple celui Messaline (p. 87), Agrippine (p. 99), Plotine (p. 157), Sabine (p. 174), Faustine la Jeune (p. 194), Julia Domna (p. 224), Maesa (p. 238), Cornelia Salonina (p. 263), Zénobie (p. 235), etc. JMcC s’inspire des travaux de l’un des pères de la physiognomonie, Cesare Lombroso, qui avait lui-même étudié les traits de Messaline et de Néron (L’homme criminel, Paris : Alcan, 1887, p. 182,192, pl. XIII). L’auteur respecte des pratiques de son temps utilisées même devant la justice pour établir les traits d’un criminel. De surcroît, les Anciens s’étaient déjà montrés sensibles à la physiognomonie : par exemple, au IVe siècle lui fut consacré un célèbre traité rédigé en latin et dont l’auteur est aujourd’hui inconnu. JMcC ne pouvait qu’intégrer dans ses travaux les rares représentations matérielles de ces femmes d’empereur, car les sources écrites disponibles permettent difficilement de dresser avec précision leur vie et leur portrait. Dans beaucoup de cas, elles n’y sont que des sujets secondaires dans la biographie d’un homme ou dans un récit historique. Quand des auteurs anciens – toujours des hommes – se délectent à évoquer les femmes de l’entourage impérial, c’est plutôt pour mettre en avant des comportements, vrais ou imaginés, qui ont nui à leur mari ou à l’empire. Dans leurs lignes, le mal semble souvent passer par les femmes si facilement, lit-on, corrompues par le luxe et la chair. La vertu faisant moins recette que le vice, JMcC emprunte malheureusement cette voie sans assez de réserves, accusant les mères de transmettre tous leurs débordements à leur propre descendance, et allant jusqu’à parler de la tare des deux Faustine qui pesa sur le sort de Rome pendant plusieurs générations (p. 186, 192, 199, 240, 279). Quant à Sabine, grief lui est fait de ne pas s’être opposée à la passion d’Hadrien pour les jeunes gens (p. 180), ce dont JMcC semble s’émouvoir. En avançant des condamnations morales dans ses récits historiques, l’auteur, peut-être, était-il lui-même tenu par les impératifs moraux et les convenances de son propre environnement ? Quand JMcC renonça à l’état ecclésiastique catholique en 1896, son compatriote Oscar Wilde purgeait, en effet, une peine de deux ans de prison pour gross indecency. Inversement, lorsque JMcC dispose de peu d’informations, surtout défavorables, sur une femme, il se répand facilement sur la vie de son impérial mari. Cet écueil était inévitable en procédant à un inventaire le plus exhaustif possible de cinq siècles d’épouses impériales romaines, quitte à citer leur nom, comme celui de Charito, femme de Jovien, pour dire que l’on ne sait rien d’elle hormis ce détail onomastique (p. 335).

La version française de The Empresses of Rome présente parfois une traduction quelque peu artificielle. Il est désagréable de voir mourir Néron auprès d’une vieille « infirmière » (p. 138) alors qu’il s’agit d’une nutrix, nourrice (Suétone, Néron, 50, 1), nurse en anglais. De même sont employés à plusieurs reprises les mots « Allemagne » et « kilomètres » (p. 172, 175, 202, 203, 336) ; même si en anglais l’on parle de Germany ou de miles, dans le contexte romain il s’agit de Germanie et de milles.

Lors de sa publication, ce livre s’adressait à un lectorat cultivé qui n’avait probablement pas besoin d’explications quand, sans les présenter, JMcC nomme les auteurs anciens dont il utilise les écrits, tels Suétone, Tacite, Lactance, Ammien Marcellin, Zosime, etc. La lecture de ces vies féminines pouvait alors susciter l’imagination avec une tacite émotion, tout autant que dans les sources anciennes. De ces dernières, l’auteur ne donne jamais de références précises, ce qui, pour un historien, pourrait gommer tout caractère scientifique à l’ouvrage. Si ce livre reste toujours agréable à lire pour un esprit curieux, il demeure sans véritable apport scientifique pour la connaissance du monde romain, par défaut d’approfondissement et souci d’exhaustivité. En revanche, cet ouvrage peut être utile dans l’histoire de la perception sociale et politique des femmes à travers un prisme diachronique. Il y a d’abord les sources anciennes elles-mêmes, puis l’analyse qu’en fit un homme d’époque victorienne dans les premières années du XXe siècle, et qui deviendra un défenseur du droit des femmes.

 

Gérard Minaud,

Chercheur associé au Centre Camille Jullian – Aix-en-Provence


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Gérard Minaud (29 janvier 2024). Les Impératrices de Rome. Actualités des études anciennes. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/voti


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search