Le contresens créateur dans l’exégèse des textes antiques

Date. Jeudi 1er février 2024

Lieu. salle de recherche bâtiment B de l’Université Rennes 2

Cette journée fait partie d’un séminaire thématique sur « Le contresens créateur dans l’exégèse des textes antiques » organisé par les enseignant·es de langues et littératures anciennes du département des Lettres de l’Université Rennes 2, fédéré•es au sein du groupe Mouseion (composante de l’Unité de recherche CELLAM) qui prévoit trois journées d’étude.

Le projet prend son point de départ des réflexions esquissées par Pierre Hadot dans l’article « Philosophie, exégèse et contresens » (repris dans les Études de philosophie ancienne, 1998). Comme le rappelle P. Hadot dans cet article, l’exégèse dans l’Antiquité s’est fondée sur une lecture de textes émanant d’autorités, qui était en partie émaillée de contresens. De tels contresens étaient souvent le résultat d’un principe herméneutique consistant à s’efforcer d’accommoder la lettre du texte à ce qui était considéré comme « la » vérité. P. Hadot montre également que plusieurs de ces contresens ont été créateurs de significations et de concepts nouveaux, voire d’édifices dogmatiques inattendus.

En s’appuyant sur ces réflexions, le groupe Mouseion souhaite à travers ces trois journées d’études élargir le point de vue de P. Hadot — centré sur l’histoire de la philosophie — aux commentaires des textes littéraires, au domaine patristique et aux arts visuels. La spécificité des différents champs disciplinaires et des approches qui leur sont propres sera prise en compte, et l’attention se portera très précisément sur les mécanismes de déformations, sur les tendances exégétiques et sur les outils à l’œuvre dans chaque exemple examiné. Parmi les problématiques que ces journées d’études ont pour projet d’explorer figure la notion de « contresens » elle-même, que l’on saisira à travers les champs lexicaux — grecs et latins — susceptibles de lui être rattachés et qui apparaissent, en particulier, à l’occasion de débats interprétatifs.

Programme.

10h10 > Elie Borza (Université Catholique de Louvain)
« Le pouvoir des mots dans la tragédie grecque »
11h10 > Kévin Dugué (Université Rennes 2 / Cellam)
« Que lisent les Parques ? Retour sur l’identification du Livre du destin »

Déjeuner

14h45 > Avery Colobert (Université Rennes 2 / Cellam)
« Mélanges, faux emprunts et distorsions de l’Antiquité : le cas des Lectiones antiquae de Coelius Rhodoginus »
15h45 > Sophie Van der Meeren (Univ. Rennes 2 / Cellam / IUF)
« ‘En chacun de nous réside une ambition alcibiadienne (Ἀλκιβιάδειος φιλοτιμία), à laquelle il faut imposer la mesure’ : Le « dessein » (σκόπος) du Premier Alcibiade selon les néoplatoniciens tardifs : outils exégétiques, débats d’interprétation, enjeux philosophiques »
17h00 > Clôture de la JE

Organisation : Sophie Van der Meeren (sophie.vander-meeren[at]univ-rennes2.fr)

Source



Citer ce billet
admin (2024, 30 janvier). Le contresens créateur dans l’exégèse des textes antiques. Actualités des études anciennes. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vpok

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search