Les Petits Latins : une formule qui marche ! Euge !

Delors (R.), Gladiator. Gladiateur. — Paris : Les Belles Lettres / La Vie des Classiques, 2024. — (Coll. Les Petits Latins : Confirmé) — 148 p., lexique, annexes, ill., chronologie. — ISBN : 978-2-37775-070-2.

Flamerie de Lachapelle (G.), Vale, Caesar ! Adieu, César ! — Paris : Les Belles Lettres / La Vie des Classiques, 2023. — (Coll. Les Petits Latins : Avancé) — 130 p., lexique, ill., chronologie. — ISBN : 978-2-37775-056-6.

En 2021, nous saluions ici même la naissance d’une nouvelle collection dans la maison d’édition des Belles Lettres, « Les Petits Latins »[1]. Il s’agissait de livres de format 18×12 gros d’environ 150 pages chacun, destinés à rendre plus agréable l’apprentissage de la langue de Rome en évitant aux élèves les exercices fastidieux sur des mots isolés ou des phrases insipides, mais en leur offrant, grâce au vocabulaire joint, une lecture en version originale de pages latines écrites par des enseignants sur des sujets qui intéresseraient les jeunes et leur donneraient l’envie d’aller plus loin, tout en les instruisant peu à peu, sans presque qu’ils s’en rendent compte, en grammaire, en histoire et en civilisation. En outre, avec les commentaires d’accompagnement, les « apprentis » amélioreraient leur français du point de vue orthographique (via les étymologies) et sémantique, ainsi que leur culture générale. La confection de ces textes et de leur appareil de notes était confiée à des professeurs en exercice pour que l’expérience de ces derniers garantisse l’adéquation du produit au but poursuivi. Ce projet a connu une réussite totale, ainsi qu’en témoignent les appréciations élogieuses lues un peu partout et le nombre des fascicules déjà parus : dix-sept.

 

Les deux volumes dont nous rendons compte ici sont les derniers publiés à l’heure où nous rédigeons ces lignes. Ils répondent en tout point aux normes de la collection. L’un, de caractère plutôt historique, évoque une période tourmentée de Rome, et, de ce fait, captivante, la fin de Ier siècle avant notre ère ; il permet de réfléchir sur les notions de démocratie et de dictature, les réactions des politiques et celles du peuple, mais aussi sur les sentiments humains qui se manifestent lors des événements. Le second aborde un sujet tout à fait différent, plutôt sociologique, celui de la gladiature dont le fondement religieux a été vite supplanté par l’aspect de divertissement, et qui suscite de nos jours beaucoup de curiosité et fascine même parfois, comme le prouve son utilisation par la BD, le cinéma ou la publicité, et à propos duquel circulent de nombreuses idées fausses.

 

Crédit image. Première de couverture – La vie des Classiques

Chaque auteur a choisi son thème selon ses goûts ou son domaine de recherche de prédilection. Guillaume Flamerie de Lachapelle qui, entre autres, a publié des articles sur Florus, sur Nicolas de Damas etc., a traduit la Vie des Douze Césars de Suétone[2] où figure la biographie du Divus Iulius et il ne cache pas que cela a influencé le fond et la forme de ce fascicule. Il a d’ailleurs divisé l’existence de son héros en trois parties. Le Vale, Caesar ! dont nous parlons ici et qui traite des dernières années de l’Imperator est en réalité sa troisième contribution aux « Petits Latins », après Salve, Caesar. Salut César en 2022 sur la jeunesse de cet homme et Caesar contra Gallos. César contre les Gaulois, en 2023. La même image de ce personnage figure sur la couverture des trois opuscules ; seuls changent la couleur du vêtement, le côté du profil présenté, la couleur du feuillage encerclant le buste et celle des cheveux qui sont blanchissants sur le dernier (mais on ne remarque pas vraiment de trace de l’information donnée par Suétone, Iul.45, selon laquelle César était affligé d’une calvitie qu’il supportait mal). L’insertion d’anecdotes rendra la lecture plus attrayante, de même que la rendra utile la correction de certaines croyances pourtant bien ancrées, par exemple à propos du fameux Tu quoque, mi fili. Notre collègue aurait même pu donner encore plus d’informations étonnantes sur certains sujets : par exemple, p. 55, quand il explique que les esclaves « lorsqu’ils accédaient à la liberté se coiffaient d’un bonnet de feutre appelé pileus », il aurait pu ajouter un détail piquant (que le texte il est vrai ne nécessitait pas) : au moment de leur affranchissement les futurs ex-esclaves se rasaient la tête[3], en signe de joie selon Nonius (848 Lindsay) parce qu’ils avaient échappé au mauvais temps de la servitude, ce que faisaient aussi les rescapés d’un naufrage ou les malades guéris d’une dangereuse maladie. Se raser les cheveux et en laisser repousser de nouveaux était-il le symbole qu’une époque désagréable était terminée et qu’on repartait à zéro, et le port d’un bonnet était-il lié à la calvitie temporaire ?  Était-ce un geste à connotation religieuse ?

 

Crédit image. Première de couverture – La vie des Classiques

Robert Delord, à qui est dû Gladiator, Gladiateur, est professeur de Lettres Classiques dans le secondaire. Sa passion pour son métier et pour la matière qu’il enseigne se révèle de maintes manières : organisation de voyages scolaires, activité dans des associations, conférences, publications dont l’une des plus connues est Mordicus. Ne perdons pas notre latin[4]. Ce qui attire les élèves vers l’Antiquité selon ce qu’il rapporte dans Mordicus (entre autres, le goût de l’étrange p. 200, l’appétence pour des images de dureté, de violence, voire de sauvagerie p. 203-204) peut justifier le choix de la gladiature comme thème de son opuscule en langue latine. Adapté au niveau du lectorat qu’il cible, ce livre donne une image juste de cette pratique en expliquant son origine et son évolution, en décrivant les personnes, leur aspect, leurs actions, les temps, les lieux, etc. Au passage il redresse quelques erreurs véhiculées par la tradition et par les adaptations modernes cinématographiques ou autres. En revanche, il est dommage qu’on y trouve des informations erronées. Ainsi, p. 99, dans la notice intitulée « Grammaire : l’imparfait de l’indicatif et le rhotacisme », on lit : « Même si on ne le voit pas, l’imparfait du verbe être (eram, eras, erat, eramus, eratis, erant) repose sur ce[5] infixe –ba-. En effet, à l’imparfait, le verbe être présente un radical en –s– qui s’est transformé en –r– par une modification phonétique appelée rhotacisme qui a transformé la forme *es-ba-m en eram ». Premièrement, –s– ne peut devenir –r– qu’entre deux voyelles pour des raisons phonétiques[6] ; deuxièmement pour l’imparfait du verbe être en latin –b– n’a jamais été utilisé. C’est –a-, à l’origine peut-être marque d’opposition, qui caractérise l’imparfait (et aussi le plus que parfait) quel que soit le verbe[7], et non –b-, qui, selon certaines théories serait peut-être en rapport avec la racine *bhw- de fui ou fore, et dont le sens interdirait de l’ajouter à *es-.  Évidemment tous ces détails ne conviennent pas aux néophytes, mais il aurait mieux valu ne donner aucune explication, comme le font L. Égo et M. Samoy dans le manuel Gradatim I. Le Latin pas à pas, de la même collection des « Petits Latins » (Paris 2023) p.129, que de donner une explication fausse.

 

Ces deux fascicules s’adressent à des élèves de niveaux différents. Vale, Caesar ! est conçu pour des étudiants « avancés » ; aussi G. Flamerie de Lachapelle avertit -il p. 6 : « Pour la compréhension des textes de cet ouvrage, toute la morphologie est supposée connue à l’exception du subjonctif, du gérondif et de l’adjectif verbal ». Cette ignorance du subjonctif oblige notre collègue à ne pas respecter la règle qui veut que les phrases titres de chapitre soient présentées comme des propositions interrogatives indirectes. En face de cela, on relève dans Gladiator qui, lui, est destiné aux « confirmés » l’emploi du subjonctif, du gérondif et de l’adjectif verbal.

 

Bref, dans l’ensemble, deux nouveaux « Petits Latins » pleins d’attraits, qui font souhaiter que cette collection se poursuive encore longtemps. Et les illustrations, davantage sources de suggestions dans Vale, Caesar !, plus pourvoyeuses de documentation dans Gladiator, ne comptent pas pour rien dans cette appréciation.

 

Lucienne Deschamps,

Université Bordeaux-Montaigne, UMR 5607 Institut Ausonius

 

[1]  Voir Lucienne Deschamps à propos de : Les Petits Latins, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 06/09/2021.

[2] Les Belles Lettres, Paris 2016.

[3] Voir Servius, Aen. 8, 564, Plaute, Amph. 462. Dans une note au chapitre XVI du livre XXIV de L’Histoire romaine de Tite-Live, M. Nisard évoque également Prusias qui d’après Polybe XXX 16 « se reconnaissant pour l’affranchi du peuple romain et portant les insignes de cet état se présenta aux députés de Rome la tête rasée et couverte du pileus » ; voir Œuvres de Tite-Live (Histoire romaine), avec la traduction en français de M. Nisard, Paris 1869, p. 910.

[4] Lucienne Deschamps à propos de Mordicus. Ne perdons pas notre latin!, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 13/01/2020.

[5] Sic. D’ailleurs, ce fascicule présente de nombreuses coquilles. À titre d’exemples, p. 79 on lit pour « quarantième » quadringentesimo dans le texte et quadringentegesimus dans le vocabulaire, p. 81cursor est traduit par « coueur » au lieu de coureur, p. 87 on lit « Filiorum earum vidi. Mot à mot “J’ai vu le fils de celles-ci ” » et il y a beaucoup d’autres étourderies de ce type.

[6] Voir par exemple P. Monteil, Éléments de phonétique et de morphologie du latin, Paris 1970, p. 59-60 : entre deux voyelles, sonores par définition, -s- se sonorise par assimilation de sonorité, ce qui le rapproche du point de vue articulatoire de -r– « produit en latin par des vibrations de l’extrême bout de la langue ».

[7] Voir P. Monteil, op. cit., p. 326-328.



Citer ce billet
Lucienne Deschamps (2024, 12 février). Les Petits Latins : une formule qui marche ! Euge ! Actualités des études anciennes. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vsy6

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search