Commande, atelier, diffusion : la production « en série » dans les sociétés anciennes

Date. Mercredi 21 février 2024

Lieu. Université Bordeaux Montaigne

Journée d’étude organisée par Maëlle Métais et Méganne Moulon (Ausonius, UMR 5607)

Ces dernières années, la question de la production dite « sérielle » ou « de masse » a fait l’objet de nombreuses études dans la recherche en histoire de l’art et en archéologie. Touchant différents objets des sociétés anciennes – de l’Antiquité au Moyen Âge et jusqu’à l’époque moderne –, il s’agit de comprendre, d’une part, les enjeux derrière la production à grande échelle et, d’autre part, les techniques de fabrication et de diffusion. Si l’expression production « en série » est souvent débattue dans la communauté scientifique – s’appliquant davantage aux productions industrielles – elle permet d’interroger les notions de création, de conception et de diffusion des objets d’art et d’artisanat dans les mondes anciens.

À la fin du Moyen Âge, la production d’albâtres anglais connaît un important essor et se diffuse dans toute l’Europe. Sur près de deux siècles, l’esthétique de ces tablettes évolue peu : il s’agit d’un exemple le plus éloquent d’art « en série » étudié ces dernières années. Outre la question de la production en tant que telle (lieu de création, technique de fabrication), de nombreuses autres questions se dégagent de ce type d’étude : circulation des modèles, commande artistique, diffusion des œuvres, etc. Des interrogations similaires émergent d’autres productions à l’instar de la monnaie, des œuvres sculptées (sculpture monumentale, bas-reliefs, gravures), des portraits peints ou encore, plus vastement, de l’épigraphie et de la métallurgie.

Cette journée a pour objectif de questionner la notion de production sur une période large s’étalant du Ve siècle a.C. au début du XVIe siècle p.C. afin de repenser et de décloisonner les notions d’art et d’artisanat. Il s’agit de comprendre les méthodes et les outils d’analyse qui permettent aujourd’hui, dans différentes disciplines, d’identifier une production à grande échelle et de mettre au jour toutes les étapes de création, de fabrication et diffusion. Elle s’ouvrira par une communication de Markus Schlicht, chercheur CNRS du laboratoire Ausonius, qui présentera son étude des albâtres anglais tardo-médiévaux avant de laisser la place aux communications des dix intervenants doctorants ou jeunes docteurs. À la pause méridienne, un buffet sera proposé aux intervenants et aux participants de cette journée afin de poursuivre de manière plus informelle les discussions.

Programme



Citer ce billet
admin (2024, 15 février). Commande, atelier, diffusion : la production « en série » dans les sociétés anciennes. Actualités des études anciennes. Consulté le 21 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vu6o

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search