Mythos. La mythologie grecque revisitée

Fry (S.), Mythos. La mythologie grecque revisitée. – Paris : Calaman-Lévy, 2022 pour la traduction française. – 549p. – ISBN : 978-2-253-94123-1.

Crédit image. Première de couverture – Calmann Lévy

Dans Qu’est-ce que la Mythologie grecque ? (Paris 2015, p. 40), Claude Calame, célèbre helléniste et anthropologue suisse, se demande si le mythe ne peut être défini tout simplement comme « un récit mettant en scène dans un passé reculé, mais dans une géographie familière, la relation fondatrice entre une divinité et les humains de ce temps d’autrefois ». Sa définition a le mérite de conjuguer plusieurs éléments que le lecteur pourra aisément retrouver dans l’ouvrage de Stephen Fry, dramaturge, acteur, humoriste de la scène londonienne : le temps, la relation privilégiée entre les dieux et les hommes, l’espace. Mythos. La mythologie grecque revisitée est la lumineuse réécriture d’une chaine ininterrompue de récits pétris d’une prose riche, ironique, parfois pétillante, grâce à la traduction dynamique de Diniz Galhos. Ce riche coffre narratif dévoile un passé très éloigné, un terrain fabuleux où dieux et hommes pouvaient bien se connaitre, se promener ensemble, tomber amoureux l’un de l’autre. S’ajoute le paysage des lieux qui servent de cadre aux mythes, un scénario topographique de la Grèce à l’Asie Mineure, à l’Italie, à une ample portion de l’Europe. Fry nous parait parfaitement à son aise quand il nous décrit les monts grecs hébergeant la naissance des dieux, tout en évoquant une géographie bien aimée et bien connue, rendue accessible grâce à une belle carte et à un tableau généalogique qui aident les lecteurs à s’orienter et à placer la narration dans une perspective spatio-temporelle moins abstraite et insaisissable.

La sélection des mythes est forcément limitée et glisse sur Homère et sur ses héros les plus connus, tout comme sur les protagonistes de la tragédie, pour dresser un itinéraire qui, sans jamais interrompre la narration ou l’alourdir de citations, va de la Théogonie d’Hésiode (cf. surtout la première et la deuxième partie, « Le commencement », p. 24-159) aux Métamorphoses d’Ovide et Apulée. Là, l’helléniste ‘bien entrainé’ qui lit les textes avec une grille de lecture codifiée au préalable (je le souligne car moi-même, j’ai la même tentation) pourrait se retrouver un peu déboussolé par le mélange des sources de Fry. La sélection opérée par l’auteur n’est pas un problème si on accepte la trame de lecture proposée par l’auteur et le défi d’une re-écriture brillante et autonome, qui se place dans le sillage de la meilleure tradition humaniste.

Si les deux premières parties narrent ainsi la naissance du Chaos, de la terre et de ses enfants jusqu’à la conquête d’un ordre universel indiscutable, sous l’égide de Zeus, la troisième partie du volume, titrée « Les jouets de Zeus » (p. 161-512), s’avère être consacrée aux châtiments et aux amours entre mortels et immortels. Si l’auteur utilise le mythe d’Eros et Psyché d’Apulée, une grande place est laissée aux multiples métamorphoses d’Ovide. Le privilège ovidien s’explique en partie par le lien entre Shakespeare – et la culture anglo-saxonne – et le poète latin.

Même éparpillée et masquée, la Théogonie d’Hésiode est réassemblée avec ironie et intelligence, on soulignera notamment la lutte primordiale entre Urane et Cronos et entre Cronos et le jeune Zeus.

La maitrise narrative de Fry associée à un goût théâtral certain transforme l’Olympe, le Tartare, le mont Othrys en une mise en scène permanente où les dieux jouent un rôle plus comique que solennel. Du reste, à partir de l’avant-propos, l’auteur déclare ouvertement les raisons de sa démarche narrative, un amour de jeunesse pour la mythologie grecque et la certitude de « l’unicité » de cette mythologie : « la Grèce antique fut la première civilisation européenne à présenter ses dieux, ses monstres et ses héros dans des récits structurés, et même dans toute une littérature » (p.11).

Pour revenir aux remarques de C. Calame, le mythe grec est indissociable de la source et du récit de cette dernière, de son époque singulière, des significations historiques, politiques et fondatrices qui se cachent dans chaque conte fictionnel. De plus, il constitue une grammaire sociale commune et le continuum littéraire latin, des Métamorphoses d’Ovide à la romance d’Apulée, font partie, à bien voir, d’une autre culture et de toute une autre civilisation, qui ne peut être juxtaposée tout court à la précédente. S. Fry, pourtant, ne veut pas interroger la valeur sociale et le statut politique, philosophique ou littéraire des histoires qu’il raconte, il veut juste amuser son lecteur : « Je ne répèterai jamais assez que mon but n’a jamais été d’interpréter ou d’expliquer les mythes, mais simplement de les raconter. […] Si quelqu’un estime que je n’ai pas raconté ‘correctement’ une ou plusieurs de ces histoires, je crois être en droit de répondre que ce ne sont après tout que des fictions » (post-faction, p. 523). De ce côté-là, son ouvrage offre au lecteur un tour extraordinaire, le vertige d’une narration passionnante, d’une histoire d’amour qui se déroule avant tout entre l’auteur lui-même et l’objet vif, en tant qu’originellement recréé, de sa narration.

Paola Schirripa,

Liceo classico Tito Livio Milano



Citer ce billet
Paola Schirripa (2024, 19 février). Mythos. La mythologie grecque revisitée. Actualités des études anciennes. Consulté le 21 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vuzo

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search