Perception et appréhension du risque naturel dans l’Antiquité et au Moyen-âge

Date du workshop. Les 7 et 8 octobre 2024
Lieu. Centre international de la Recherche Hôtel Dupanloup – 1 rue Dupanloup – 45000 ORLÉANS
Date butoir. Le 15 mars 2024

Le workshop a pour but d’étudier la perception de l’aléa et l’appréhension du risque naturel dans l’Europe antique et médiévale (projet PARAMA porté par la MSH Val de Loire, les laboratoires POLEN EA 4710 et IRAMAT UMR 7065). Pluridisciplinaire, il propose de réunir les compétences d’archéologues, de géoarchéologues, d’historiens de l’environnement, de spécialistes de la cartographie et des paysages. L’objectif est d’approfondir et de croiser les approches méthodologiques à partir d’études de cas.

Selon une définition classique, nous entendons par aléa les phénomènes naturels susceptibles de se produire et par risque la confrontation des sociétés à ces aléas, qui se mesure par la gravité des enjeux et la vulnérabilité des populations. Sur un site donné, à partir des sources textuelles, cartographiques ou archéologiques, l’analyse ponctuelle des dégradations, destructions, pathologies des espaces naturels et anthropisés pouvant advenir suite à un événement soudain (glissement de terrain, séisme, inondation…) ainsi que l’analyse des mutations progressives du milieu naturel (déforestation, transformations agraires, fluviales, maritimes…), est susceptible de fournir de solides indicateurs sur la façon dont les sociétés ont compris et géré les risques auxquelles elles étaient confrontées. Le questionnement portera sur la façon dont les hommes perçoivent et se représentent le risque, avant, pendant et après sa survenue ; la façon dont ils perçoivent leur vulnérabilité face à ce risque, et comment il y font face, dans le discours et dans l’action. Cet atelier ne vise pas à l’exhaustivité historique mais invite à réfléchir collectivement sur une méthodologie cohérente et pertinente sur ces questions de risque et de vulnérabilité, au-delà des différences liées au contexte géographique et chronologique. Quelles sources employer et comment ? A quelle échelle de temporalité ? A quelle échelle spatiale ? A travers quels concepts ? Quels enseignements tirer des travaux récents sur l’histoire des catastrophes, des risques, de l’environnement, et comment apporter de nouvelles perspectives ?

Cette mise au point méthodologique s’inscrit dans le courant épistémologique de l’histoire environnementale, domaine de recherche très dynamique pour les périodes ancienne et médiévale depuis une trentaine d’années, qui a offert un important renouvellement thématique, méthodologique et épistémologique (voir Annales, 2022/1), en exploitant de nouveaux types de données archéologiques, géoarchéologiques et paléo-environnementales (Durand 2003, Valette &Carozza dir. 2019, Carcaud & Arnaud-Fassetta dir. 2015, Archaeomedes 1998, Archaedyn 2022), en promouvant interdisciplinarité et études de terrain fructueuses. Le projet présenté s’inspire aussi des travaux sur l’environnement et la notion de risque en sciences sociales et en histoire contemporaine, qui ont posé la question de la prise en charge du risque par la société (Beck 1986), des objets hybrides (Latour 1991) et de la réflexivité environnementale des sociétés (Fressoz & Locher 2010). Il prend également en compte l’histoire des catastrophes (Thély 2016, Labbé 2020) et des formes du récit environnemental (Cronon 1992 & 2016).
Pour les périodes anciennes, l’analyse des perceptions et des représentations de l’environnement est un biais méthodologique essentiel, qui passe par l’étude critique des sources littéraires, épigraphiques, archéologiques. L’observation des aménagements et l’analyse du bâti peuvent permettre de mesurer non seulement la vulnérabilité des populations mais aussi, par les réponses ponctuelles ou globales qu’elles ont apportées, la conscience qu’elles en avaient. Pour le Moyen Âge, l’étude des chroniques, des sources littéraires, iconographiques, de la pratique (c’est-àdire de gestion et d’administration) peut révéler la façon dont les sociétés construisent le récit du risque et de la catastrophe, et dont elles le prennent en charge (collectivement ou non, juridiquement, administrativement, économiquement etc.).


En raison de la nature des sources et des spécificités des périodes anciennes, où il est difficile voire impossible de disposer de sources sérielles, notre souhait est de mener un travail de réflexion collectif à partir d’études de cas particuliers. C’est donc principalement à partir de ces études de terrain que le questionnement méthodologique sera envisagé, afin d’évaluer les potentialités du sujet et ses éventuelles apories, de questionner le choix des sources et leur mode d’exploitation, de réfléchir sur des concepts et des questionnements mis en avant par les recherches récentes. Pour mener à bien ce travail, un workshop sur deux journées se tiendra les 7 et 8 octobre 2024 à Orléans (France). Il inclura d’une part les communications d’une douzaine de participants (de format 30 minutes), et d’autre part un travail collectif à partir des études de cas présentées dans les différentes communications. Ces travaux donneront lieu à une publication rendant compte de l’ensemble des travaux menés pendant le workshop. Les frais de déplacement et de séjour des participants pourront être pris en charge sur demande.


Pour le workshop, nous souhaiterions mettre en avant deux questions qui nous paraissent centrales : la conscience du risque d’une part, et la réflexivité environnementale des sociétés d’autre part, c’est-à-dire « leurs manières complexes, historiquement déterminées (…) de penser les conséquences de l’agir humain sur l’environnement » (Fressoz et Locher 2010). Pour creuser ces
notions, nous proposons quatre axes de questionnement qui pourront servir de structure au workshop :
– La perception de l’aléa : peut-on déterminer dans quelle mesure et comment les sociétés anciennes percevaient – ou au contraire ne percevaient pas ou peu – les possibles aléas auxquels elles pouvaient être confrontées (présence ou absence d’observations, d’enquêtes et de relevés sur le terrain…) ?
– L’appréhension du risque : une fois le risque perçu, comment était-il analysé et compris ? Quelles causes étaient-elles avancées ? Dans quelle mesure les effets de l’activité humaine étaient-ils pris en compte ? Une fois le diagnostic posé, comment le risque était-il pris en charge ? Donnait-il lieu à des prises de décision, des transformations ?
– La mesure de la vulnérabilité : comment la société considérée mesure-t-elle sa vulnérabilité face au risque ? Sur la base de quels critères ? Comment l’exprime-t-elle ? Quels sont les acteurs impliqués ? D’autre part, comment l’historien peut-il mesurer la vulnérabilité de ces sociétés face au risque ?
– La mémoire de la catastrophe : peut-on déceler une mémoire de la catastrophe et à travers quelles sources ? Comment cette mémoire est-elle entretenue ? Quel récit est construit autour de la catastrophe ?

Contact : juliette.dumasy@univ-orleans.fr et amelie.perrier@univ-orleans.fr

Source


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
admin (21 février 2024). Perception et appréhension du risque naturel dans l’Antiquité et au Moyen-âge. Actualités des études anciennes. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vvgr


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search