Scipion l’Africain. L’homme qui murmurait à l’oreille des dieux

Gohary (L.), Scipion l’Africain. L’homme qui murmurait à l’oreille des dieux. – Paris :Les Belles Lettres, 2023. – 416p. – ISBN : 9782251454665

Crédit image. Première de couverture – Les Belles Lettres

     Décidément, la figure de Scipion l’Africain connaît, ces derniers mois, une vigueur nouvelle dans l’édition française. Pas moins de trois biographies « grand public » lui sont consacrées : en mai 2022, celle de Luc Mary (Scipion l’Africain, le vainqueur d’Hannibal qui sauva Rome, Nouveau Monde Éditions, Paris), recensée ici même et à l’automne 2023 celles de Jacques Cérini (Scipion le premier Africain : un grand chef de guerre, un fin politique, Éditions Mergoil, Drémil-Lafage) et de Laurent Gohary (Scipion l’Africain. L’homme qui murmurait à l’oreille des dieux, Les Belles Lettres, Paris), qui portent toutes deux en couverture le même buste du grand homme et qui entendent pareillement réhabiliter le genre biographique, selon les mots de leurs préfaciers (respectivement Yann Le Bohec et Dominique Briquel).

     L’auteur, docteur en histoire romaine, précise ses objectifs dans un court avant-propos : il entend « offrir un ouvrage qui s’adresse à un large public, fondé sur les sources, bien sûr, mais aussi sur quelques travaux scientifiques éclairants. Le récit a donc été privilégié ». Le sous-titre retenu – L’homme qui murmurait à l’oreille des dieux – témoigne également du désir de cerner la personnalité de Scipion, sa « profondeur humaine » (D. Briquel), dans toutes ses complexités, avec ses parts de lumières et d’ombres.

     Le livre est clairement structuré en cinq chapitres qui suivent, assez classiquement, un strict ordre chronologique. Les deux premiers consacrés aux années de jeunesse et de formation de Scipion sont de taille moindre (avec respectivement six et huit sous-parties) que les trois suivants (découpés en douze, onze et dix subdivisions), nourris de sources plus abondantes et dévolus aux gloires militaires et vicissitudes politiques du « héros ». Les titres sont à bon escient condensés et expressifs. Un court épilogue retrace la postérité littéraire et artistique de cette figure au cours des âges, depuis les romans courtois jusqu’au manga de Mihachi Kagano. En annexe, sont regroupés des portraits antiques de Scipion, d’Hannibal et d’Antiochos III (une monnaie et trois bustes qui complètent ceux de la page 9 et de la couverture) ainsi qu’une généalogie de la famille des Cornelii Scipiones, mais aussi dix utiles pages de présentation des sources convoquées et des biographies modernes de Scipion l’Africain. L’ouvrage se clôt sur une bibliographie sélective aux titres essentiellement francophones mais ouverte aux publications de langues anglaise, italienne et hispanique.

     L’une des principales qualités du Scipion l’Africain de Laurent Gohary est celle d’offrir un récit vivant, à l’écriture fluide et à la structure limpide, apte à capter et garder l’attention du lecteur. Sa volonté d’atteindre un public élargi se lit également dans le recours très limité aux notes infrapaginales, à la présence de huit cartes soigneusement et personnellement réalisées sur les campagnes et batailles militaires et plus encore à l’explicitation des termes et notions spécifiques qui pourraient dérouter un lecteur novice en réalités antiques. Un autre atout réside dans son utilisation fidèle de sources littéraires variées (de Polybe, de Tite-Live bien sûr, mais aussi d’Appien, de Silius Italicus et même de Sénèque sur les dernières années de vie de Scipion). L’originalité de cet ouvrage est sans doute son parti-pris de ne pas négliger l’aspect psychologique de son protagoniste, « de sentir son caractère, ses pensées et son aspiration réelle » (p. 379), de déceler ses qualités (« une érudition, une sagesse, un penchant pour la ruse », « un charisme résultant d’une grande confiance en soi », p. 41), tempérées de quelques travers (« rusé et pragmatique, manipulateur », p. 23) : outre dans le champ lexical de l’axiologie abondamment employé tout au long du livre, ce biais est visible jusque dans la bibliographie qui sait faire place à quelques ouvrages situés hors du strict champ historique (tel G. Durand, Les Structures anthropologiques de l’imaginaire, Paris, 1992). Apparaissent particulièrement réussis le récit des péripéties militaires sur les différents théâtres d’opération (d’Hispanie, d’Italie et d’Afrique), comme les réflexions sur « la fabrique du héros » (chap. 7), sur l’art consommé de Scipion en matière de mise en scène (en religion comme en politique), ou sur son appétence pour la vie à la grecque : de tels passages permettent de mesurer combien la posture et les pratiques novatrices du premier imperator préfigurent celles des ambitieux généraux du Ier siècle avant notre ère. 

     Pour pasticher H. G. Wells, je dirais que la biographie écrite par Laurent Gohary présente les – légers – défauts de ses qualités.

     Ainsi, le souci constant d’éclaircissement des réalités antiques vient quelquefois perturber le fil du récit : il en va ainsi de la définition d’otium (p. 22), de celles de la dictature (p. 32-33) ou des faisceaux (p. 188). Parfois gênantes également sont quelques digressions – toujours à visée pédagogique – sur les rites qui entourent la naissance à Rome (p. 36-37), le monde de l’enfance (p. 39) et de l’éducation (p. 46-47) ou encore sur les pratiques funèbres (p. 108-109), qui peuvent conduire à perdre de vue le sujet d’étude originel. Certaines considérations – plus personnelles – paraissent aussi superflues, comme au terme du récit de la bataille de Cannes quand l’auteur livre quelques réflexions générales sur l’art (p. 88), ou lors de l’exposé de l’attitude de Scipion en Hispanie avec un excursus sur la notion de héros (p. 142-143).

     Un peu discutables également peuvent apparaître certaines approches. Affirmer qu’il faut « accorder une place à ce qui a pu être à défaut d’être certain de ce qui s’est véritablement produit » (p. 382-383) ne relève pas d’une stricte démarche scientifique et laisse libre champ à de simples hypothèses. C’est ainsi que l’auteur multiplie les supputations (« on imagine », p. 40, 45 ; « il est fort probable », p. 77) à propos des années de jeunesse et de formation de Scipion, sur lesquelles les sources sont muettes, ou de ses derniers moments à Literne. De temps à autre aussi, le récit peut apparaître trop proche de l’histoire livienne (traduite par A. Flobert), dans l’exposé des opérations militaires comme dans celui des affaires internes ou diplomatiques de Rome (par exemple p. 90, 197-199, 211-216) : cette dépendance étroite avec les mots mais aussi la structure du récit de Tite-Live conduit parfois à relater davantage l’histoire de la deuxième guerre punique que le strict parcours de Scipion. En outre, le recours à la traduction d’A. Flobert peut surprendre dans une publication des Belles Lettres, alors qu’une quinzaine de livres de la troisième décade de Tite-Live y ont été publiés (dans la Collection des Universités de France).

     Il est aussi un peu dommage que ne soient pas utilisées plus amplement les nouvelles approches historiques qui ont émergé ces dernières décennies, autour par exemple de la « culture politique » (voir K. J. Hölkeskamp, Reconstruire une République. La « culture politique » de la Rome antique et la recherche des dernières décennies, Nantes, 2008) ou des « war studies » renouvelées (voir L. L. Brice (éd.) New Approaches to Greek and Roman Warfare, Hoboken, 2019) qui auraient permis d’enrichir les analyses et les interprétations. La bibliographie mentionne de nombreuses publications anciennes (de J. Bayet, F. Cumont, J. Heurgon, H.-I. Marrou, Th. Mommsen, A. Pigagniol), certes majeures mais parfois vieillies au point de conduire l’auteur à reprendre quelques perspectives désormais dépassées, particulièrement sur la religion présentée comme décadente, envahie par la « superstition » au sens polybien (et dépréciateur) du terme (p. 18, 75, 203), alors que G. Dumézil (La Religion romaine archaïque, Paris, 1987 [1074], p. 458) et plus encore J. Scheid (« Nouveau rite et nouvelle piété. Réflexions sur le ritus graecus », dans F. Graf (éd.), Ansichten griechischer Rituale, Stuttgart-Leipzig, 1998, p. 168-182) ont montré la vigueur et la permanence des pratiques rituelles en cette période de crise. Scipion, lui-même, présenté par l’auteur comme un « manipulateur » et un « cynique » en matière religieuse, reste en fait fidèle à la religion de ses pères : il prend scrupuleusement les auspices, accomplit les sacrifices, remercie les dieux et il ne fait finalement qu’exacerber le lien étroit qui a toujours existé entre le pouvoir et la religion (il n’est pas le premier magistrat romain à « politiser » les rituels). Enfin, parler de « lynchage » à propos de l’ensevelissement des couples gaulois et grec de 216 av. J.-C. (p. 56) est un peu excessif, en ce que ce rituel s’insère dans des procédures hautement codifiées et contrôlées par les autorités.

     Sur le plan formel, la mise en page est soignée et claire, les illustrations (cartes et portraits) sont de qualité. Les erreurs et coquilles sont très rares : on peut tout au plus relever l’oubli de l’article défini devant « jeune prince » (p. 159) ou une méprise sur un nombre (8 000 prisonniers au lieu de 1 800, p. 222) – inexactitudes vénielles qui ne remettent pas en cause les mérites de l’ouvrage.

 

     In fine, cette biographie de Scipion peut à juste titre séduire un large public, selon les vœux légitimes de son auteur qui a su « donner du relief » à cette personnalité complexe, par une écriture vivante et pittoresque, et a ainsi pu « replacer la “grande” histoire dans sa profondeur humaine » (D. Briquel, préface).

 

Jean-Claude Lacam,

UMR 8210 – ANHIMA – Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne



Citer ce billet
Jean-Claude Lacam (2024, 26 février). Scipion l’Africain. L’homme qui murmurait à l’oreille des dieux. Actualités des études anciennes. Consulté le 21 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vwjy

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search