50 dates historiques de la Grèce antique

Brun (P.), 50 dates historiques de la Grèce antique. -Paris :  Armand Colin, Cursus, 2023. -287 p. -ISBN : 9782200629977

Crédit image. première de couverture – Armand Colin

Patrice Brun, professeur d’Histoire Ancienne à l’université Bordeaux Montaigne, propose, à travers ce livre, de découvrir quelques moments forts de l’histoire grecque pour un public en quête d’un premier savoir historique en s’arrêtant sur « des événements ou des personnages qui ont laissé des traces dans la mémoire hellénique mais aussi – et ce ne sont pas forcément les mêmes – dans notre imaginaire contemporain ». Un avant-propos, une mise au point et un glossaire sont en outre incorporés au livre. La méthodologie de l’ouvrage est présentée en page 18 suivie par une bibliographie succincte.

La démarche de l’auteur est d’autant plus intéressante et pédagogique que, souvent, historiens, amateurs du temps passé et autres curieux tentent d’aborder le passé par l’identification de « dates » et « d’événements chocs ». La « date » est bien l’un des éléments les plus emblématiques de cette matière que les élèves et étudiants ne cessent de gérer de l’école primaire à l’université, en passant par le collège et le lycée. Ou du moins le devraient-ils même si l’approche thématique est bien plus privilégiée, effaçant trop souvent la notion de chronologie.

Élément clé pour les uns, ineptie pour les autres, la « date » n’en reste pas moins indispensable pour mieux comprendre notre représentation de l’histoire et donc notre conception du passé, voire du présent.

Mais comment concevoir que telle date est une illustration d’un événement porteur d’une société en question ou que telle autre marque une césure dans le récit historique d’un avant et d’un après ? P. Brun rappelle d’ailleurs ceci : « La question est plus complexe encore dans le cas de l’Antiquité où tel événement qui a paru considérable en ce temps peut nous apparaitre secondaire aujourd’hui ». Et inversement.

Ici, ce ne sont pas moins de cinquante dates qui sont proposées à la sagacité du lecteur et en toute subjectivité de l’aveu même de l’auteur : la première est c. 1250 av. J.-C. ; la dernière 529 ap. J.-C. couvrant ainsi un espace-temps allant de la période mycénienne jusqu’à l’époque de la fermeture des écoles philosophiques d’Athènes en des temps byzantins. P. Brun reconnait dans le chapitre « Qu’est-ce qu’une date historique dans l’Antiquité » (p. 12) que les dates retenues le sont parce que les Anciens eux-mêmes ou les historiens modernes les considéraient comme primordiales.

Et c’est avec le Marbre de Paros rédigé par un érudit local en 264/3 av. J.-C. que l’on peut aborder la première des chronologies grecques de l’époque. Elle rassemble alors les événements historiques, année par année qui, selon cet érudit, avaient marqué l’histoire grecque. Sa sélection met en évidence des faits militaires, quelques événements naturels mais ce sont bien les faits culturels qui dominent. Athènes et la Macédoine fournissent d’ailleurs l’essentiel de sa matière. On ne sera pas surpris de constater qu’entre sa liste et nos propres bornes chronologiques retenues, il apparait une différence entre l’attention portée aux événements en son temps et ce qui nous retient aujourd’hui. A cela, il faut également ajouter la frontière entre mythe et réalité.

Plus l’espace-temps séparant l’événement de l’observateur était grand, plus le mythe se construisait chez les Grecs ; « ce n’était pas dans la véracité supposée d’un élément que les Grecs distinguaient mythe et histoire ainsi que nous pensons devoir le faire ».

Se pose alors la question de « Compter le temps en Grèce » (p. 15-17). Divers repères ont été employés sans pour autant avoir une unanimité dans leur emploi. Si la date de fondation des ‘Jeux olympiques’ de 776 av. J.-C. put servir d’ancrage à nombre de cités ou de monarchies hellénistiques, il s’avère que c’est bien la diversité qui prédomine alors dans le comput du temps. Certes, l’élection d’un magistrat éponyme d’année en année créait l’illusion d’une gestion cohérente et unanime du temps. Mais en réalité, comme le souligne P. Brun, chaque cité avait son propre calendrier, son propre terme en général pour désigner celui qui donnait son nom à l’année, nommait les mois par un vocabulaire personnalisé. Enfin, l’année ne débutait pas au même moment dans toutes les régions grecques. Thucydide dût prendre en compte cette diversité afin de faire comprendre à l’ensemble de ses lecteurs issus de tout l’espace grec la chronologie utilisée. Trois systèmes de datation servirent à une bonne compréhension de son œuvre : celui des magistrats éponymes d’Argos, d’Athènes et de Sparte, le temps écoulé depuis une expédition militaire et le début du printemps (par exemple Thucydide 2.1.2). Il faut attendre l’expédition d’Alexandre et plus encore l’installation des royautés hellénistiques pour que le comput se base sur les années de règne des rois tout en conservant parfois la pratique d’un magistrat éponyme. À l’époque de Plutarque, au IIe s. ap. J.-C., ce dernier pouvait encore écrire « […] le début et la fin des mois varient selon les régions » (Aristide, 19.9).

Nous nous intéresserons à trois d’entre elles et là encore, ce choix n’est sans doute pas représentatif, ou pas complètement, des événements les plus caractéristiques de ce temps long : c. 1200 av. J.-C. ; 449 av. J.-C. ; 529 ap. J.-C. Il a pour objet de mettre en valeur la question du choix d’une date et de sa symbolique passée ou présente.

 

c.1200 av. J.-C. (p. 27) Et nous débuterons par une « non-date historique » ou une infox. Avec la disparition ou l’abandon des palais mycéniens au tournant des XIIIe et XIIe siècles et l’installation d’une nouvelle organisation qui remplace le système palatial, il s’agit de mettre en avant les raisons d’un tel changement. P. Brun rappelle ainsi les différentes hypothèses tout en soulignant qu’une seule ne peut véritablement apporter la solution. Un ensemble de causes, celles-ci mal cernées par la recherche scientifique encore aujourd’hui, aurait en réalité eu raison de cette civilisation sur un temps plus ou moins long. Il n’est pas possible d’éviter alors d’évoquer les fameuses ou les soit disant « invasions doriennes » que, dans l’Antiquité, les Anciens évoquaient sous le vocable de ‘retour des Héraclides’. Pour nombre d’historiens, il ne s’agit ni plus ni moins que d’un mythe, forgé au cours du Ve s. av. J.-C. alors que chez Homère, il n’y a aucune trace de celles-ci. L’historiographie, notamment allemande avec Karl Müller dès 1824, a popularisé l’idée d’une invasion de peuples venant du Nord. Relayée par les universités prussiennes puis allemandes, cette vision sembla assurer sa pérennité avec la découverte des palais mycéniens et leur destruction, désastre qui fut attribué à ces invasions doriennes. Plus tard, les théories racialistes mirent en scène le peuplement ‘aryen’ de la Laconie par les Doriens. Les Nazis s’en emparèrent ensuite et développèrent ce schéma. Nombre d’historiens, peu enclins aux thèses nazies, n’en furent pas moins influencés tels P. Roussel et G. Dumézil entre autre.

Il faut attendre l’après-guerre et les recherches archéologiques sur le terrain (notamment en Laconie, terre dorienne), pour constater qu’il n’y a aucune trace d’un apport nouveau de population. Au contraire, la région autour de Sparte semble peu habitée voire même désertée par rapport à la période précédente. Point d’invasion dorienne manifestement et l’on peut rappeler que la civilisation mycénienne mettra plus d’un siècle pour disparaître complètement, oblitérant ainsi l’idée d’une arrivée massive ou en quelques vagues successives des Doriens. Aux alentours de 1100 av. J.-C., les dernières traces de cette civilisation disparaissent et laissent la place à de nouvelles pratiques (tombes à ciste, crémation, outillage et armement en fer…).

Les invasions doriennes seraient dès lors un non-événement ou un événement qui n’eut jamais lieu !

 

449 av. J.-C. (p. 121) La prétendue Paix de Callias : comme le rappelle l’auteur dès le début de l’article, il y a une distorsion entre l’événement du Ve siècle, le fait d’être passé inaperçu alors (ni Hérodote ni Thucydide ne l’évoquent réellement), et sa réutilisation dans les sources littéraires 100 ans plus tard (d’ailleurs après le traité dit « de la Paix du Roi » de 386 av. J.-C) et dans les siècles suivants. À l’époque contemporaine, elle est devenue un « point d’ancrage » mais depuis quelques temps, les auteurs remettent en cause ce traité. La date elle-même continue de faire débat parmi les spécialistes, les propositions les plus courantes étant les années 460 ou 449 av. J.-C.

Or, c’est après le Traité de 386 av. J.-C que les Athéniens revisitent leur passé et mentionnent l’existence d’un traité antérieur dans lequel la cité interdisait aux Perses toute ingérence dans les affaires grecques. C’est Démosthène en 343 av. J.-C qui associe Callias à une paix entre Athéniens et Perses. Plus tard, le récit plus détaillé de Diodore de Sicile devient la référence en la matière.

Le plus intéressant est qu’il y eut un rebondissement sur cette question de l’existence ou pas de cette Paix de Callias. Déjà au IVe siècle, des auteurs anciens (Théopompe de Chios ou Callisthène d’Olynthe) avaient remis en cause l’existence même de celle-ci pour différentes raisons que P. Brun rappelle.

Ce sac de nœuds s’enrichit aussi d’un constat incontestable : à compter de la bataille navale de Salamine de Chypre et la victoire athénienne, plus aucune information ne mentionne une quelconque attaque perse ou athénienne tant dans l’espace géré par les premiers que dans les territoires du second. Pour P. Brun, exit un traité qu’il faudrait plutôt remplacer par un état de fait où la cessation des hostilités arrangeait les deux parties.

 

529 ap. J.-C. (p. 273) La fermeture des écoles philosophiques d’Athènes. Sans entrer dans le détail du pourquoi et du comment (cf. p. 274-275), retenons que c’est Justinien qui, deux ans après son accession au trône, fit fermer l’école néoplatonicienne d’Athènes. Cette pensée antique, empreinte de paganisme, disparait ainsi définitivement à cette date. Celle-ci pourrait apparaitre comme un moment clé. Pourtant, si l’on tient compte du fait que depuis le règne de Constantin, la foi chrétienne avait fortement progressé au détriment de la philosophie grecque, « on pourrait finalement admettre que cette date ne possède qu’une portée symbolique et qu’elle ne toucha que peu de monde ». C’est sans doute pour nous que cette date prend tout son sens en raison de ce que cette civilisation a apporté à notre propre personnalité.

Ainsi, P. Brun nous amène, avec ce livre rédigé dans un souci didactique, à nous interroger non seulement sur le passé et notre passé, mais aussi sur le sens que chacun d’entre nous ou chaque civilisation peut donner aux événements, aux personnages devenus célèbres ainsi qu’à la reconstruction historique que nous souhaitons réaliser. Ce sentiment n’est pas nouveau et à la lecture de ce livre, on comprend mieux qu’il n’y a pas une vérité historique mais des vérités historiques forgées par les liens créés entre des dates, des actions, des personnages.

Fort de ces constats, « 50 dates historiques de la Grèce antique » sera une excellente lecture pour les étudiant-e-s mais également pour tous les passionné-e-s de l’histoire antique. La diversité dans le choix des dates et dans les conséquences que cela peut engendrer montrera à tout un chacun que « la date » est à la fois un repère sur le fil du temps mais aussi un moment d’affirmation qui peut tendre dans un sens ou dans un autre selon ce que l’on veut valoriser.

Le choix d’une date n’est donc pas neutre ! Et en cette année olympique (la date officielle de leur création remontant à 776 av. J.-C.) qui voit les Jeux s’arrêter en France, il est aisé de reprendre un passage du livre (p. 47) pour conclure : « 776 est donc une date faussement historique en ce sens qu’elle ne signifie rien d’autre qu’un commencement dont toute société a besoin pour se créer un passé explicatif du présent. […]. Les Grecs, en prenant pour début d’un comput historique la naissance des concours olympiques, montraient que ceux-ci illustraient les traits de caractère de leur civilisation ». Nul doute que la lecture de cet ouvrage sera d’un apport assuré tant aux étudiants qu’à tous ceux qui prennent le temps.

Frédéric Maffre,

Docteur en Histoire grecque ancienne. Enseignant


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Frédéric Maffre (4 mars 2024). 50 dates historiques de la Grèce antique. Actualités des études anciennes. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vy2h


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search